Seveso

Une catastrophe à Rouen hier. Et un « risque faible » ? Un risque faible reste un risque. Tous les citoyens honnêtes vous diront qu’ils sont contents de ne pas habiter dans la région de Rouen aujourd’hui. Fraternité républicaine à nos concitoyens. Et depuis Tchernobyl, nous avons appris que les nuages ne connaissent pas les frontières…

lubrizol

Nous sommes tous logés près d’un risque…

Il suffit de consulter la carte qui indiquent les 1300 sites classés Seveso pour voir qu’on n’est à l’abri nulle part.

Voila ce qu'on peut lire sur le site de la Préfecture de Seine Maritime concernant l'incendie au sein de l'entreprise Lubrizol et ce n'est pas rassurant du tout :

« Il importe de ne pas encombrer les services de secours pour cette problématique d’odeur. Néanmoins, pour les personnes qui présentent des fragilités et qui en éprouveraient le besoin, celles-ci doivent naturellement consulter un médecin.

Malgré une odeur désagréable le risque pour la population reste faible.

Consignes de nettoyage en cas de présence de suies :
Comme pour tous résidus de combustion et de produits pouvant être irritants, il convient d’adopter les gestes de précaution habituellement recommandés, à savoir :

- éviter tout contact cutané.
- nettoyer les locaux, fenêtres, mobiliers et jeux extérieurs et les abords (préau, cours...) uniquement à l'eau
- ne pas utiliser de nettoyeur haute pression pouvant mettre en suspension des particules
- ne pas effectuer de balayage à sec
- ne pas utiliser d'aspirateur
- lors du nettoyage, protéger sa peau par le port de gants de ménage
- ne pas consommer les végétaux souillés par les suies et se laver les mains en cas de contact »

Est-ce pour ça que sur tous les media en France, il n’était question que de la mort de l’ancien président ? Une fumée pour en cacher une autre…

Nous sommes en 2019 et ce pouvoir n’a toujours pas compris que grâce à Internet nous nous informons en direct…

Et une pensée spéciale pour tous les pompiers qui sont en première ligne...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.