guillaume basquin
Ecrivain
Abonné·e de Mediapart

20 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 oct. 2015

17e Festival des cinémas différents et expérimentaux de Paris

guillaume basquin
Ecrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

  Du 7 au 18 octobre 2015 se tient à Paris, comme chaque année, le 17e Festival des cinémas différents et expérimentaux. Le lieu d’accueil principal se trouve au lieu dit « les Frigos »[1] près de la BNF site François Mitterrand dans le 13e arrondissement de Paris. C’est le Collectif Jeune Cinéma (qui est aussi une coopérative de distribution de films expérimentaux : vous pouvez louer les films qui restent la propriété des ciné-artistes contrairement à ce qui se passe dans le cinéma dit par opposition NRI (Narratif Représentatif Industriel)) qui organise cet événement anti-industriel. Rien que pour cette expérience de cinéma différent, le déplacement vaut déjà le coup : imaginez-vous sous d’anciennes voûtes industrielles – c’est une caverne – (quand ce n’est pas tout simplement en plein air), assis sur des fauteuils de fortune, au milieu d’un public jeune et enthousiaste, parfois (mais pas toujours) tout près de machines devenues en l’espace de 2 ou 3 années aussi précieuses que des fossiles d’espèces disparues : des projecteurs-Lumière 8 ou 16 mm – ça tourne – ça fait un doux bruit (TRRRR) — et ça clignote (noir/image/noir, etc.) : ça vibre sur l’écran la toile de lin de l’ancienne Église Cinématographe !

Fig. 1 : Histoire de détective, Charles Dekeukeleire © 

  La projection d’ouverture (j’y étais) fut un film rare du cinéaste belge Charles Dekeukeleire, Histoire de détective (1929, 49’) (fig. 1) : l’histoire d’une ouverture du festival à la fiction – terme honni dans une certaine veine de ce type de cinéma – : « Fiction, Déviation ». Ici (c’est de plus en plus rare), on considère les films comme des œuvres d’art, et donc on essaie de trouver les copies sur leur support original (ils sont plus beaux comme ça, c’est l’évidence – et surtout, est-ce un art ou pas ? Dans les musées de photographie, on fait attention aux tirages montrés au public, non ?) ; Histoire de détective a été montré avec une copie 35 mm restaurée en photochimique de la Cinémathèque Royale de Belgique (merci à Jonathan Pouthier pour son remarquable travail au département « FILM » du Centre Pompidou), et projeté à la bonne cadence (c’est encore plus rare), soit 18 images/seconde. Effet immédiat : hypnose du spectateur-homme-ordinaire-du-cinéma (auquel on pense toujours trop peu[2]) devant l’effet quasi-stroboscopique du clignotement de l’obturateur du projecteur-Lumière : ma fille de 5 ans, que j’avais emmenée, s’est endormie très vite, ce qui ne lui arrive jamais devant un iPad ou un « écran » de fauteuil de passager d’avion de ligne, devant lesquels elle peut rester des heures sans s’endormir si on la laisse faire. Morale : la projection-Lumière des films vient bien du monde de la nuit, quand la diffusion numérique des films, elle, est un bombardement sans répit de photons – monde du (trop de) jour. Le grand écrivain français Jean-Jacques Schuhl l’a dit et redit, « le cinéma rendant les armes devant la télévision »…

  Ce soir, vendredi 9 octobre, on pourra voir à la Maison de la Culture du Japon un rare film autrefois censuré de Shûji Terayama, L’Empereur Tomato Ketchup (1971, 71’) (fig. 2), sur son support d’origine, 16 mm. Courez-y, si vous le pouvez.

Fig. 2 : "L'Empereur Tomato Ketchup", Shûji Terayama. © 

  Pour la soirée de clôture, le 18 octobre à 20 h, on pourra voir certaines des dernières productions du précieux laboratoire photochimique collectif L’Abominable, sis à La Courneuve : No Ouestern (2015, 27’) (fig. 3) et Sème ton Western (2014, 25’) du collectif Les Scotcheuses, le tout en projection super-8 ! Car oui, le scotch sert à coller les petits bouts de pellicule ; et, le co-fondateur de L’Abominable, Nicolas Rey (quel nom prédestiné !), l’avait déclaré dès 2013 lors d’un colloque au Centre Pompidou sur l’avenir de l’argentique à l’heure du tout numérique (« 35 ans/35mm : l'argentique à l'heure du numérique », disponible à la lecture en ligne sur le précieux site Dérives autour du cinéma) : « Personne n’a semble-t-il pensé au fait que certains ciné-artistes pourraient souhaiter voir leurs films projetés en argentique » !… Personne ne pense jamais à rien… Et puis, comme l'a dit le grand Giacomo Casanova, « rares sont les personnes que j'ai rencontrées qui m'ont semblé avoir pensé une seule fois dans leur vie »… Mais chut !

Fig. 3 : "No Ouestern", Les Scotcheuses. © 

  Enfin, dans le très élégant programme en noir & blanc de la manifestation on trouve d’étranges textes d’artistes du film, comme celui-ci : « Collectif & Pellicule (ou “pourquoi filmer avec une caméra super 8 quand on fait un film en collectif”) » ; ou même des textes carrément encyclopédiques dans leur domaine : « Cinéfils de l’underground français ? » par Raphael Bassan. À se procurer de toute urgence pour tous les amoureux du film-en-tant-qu’art.

G.B.

Informations pratiques :

Collectif Jeune Cinéma – festival@cjcinema.org ; www.cjcinema.org ; 01 80 60 19 83.


[1] Les Voûtes, 19, rue des Frigos, Paris 13e.

[2] Voir, par exemple, mon dernier texte publié sur ce sujet (« On a assassiné le film ») dans un livre collectif écrit par tous les intervenants de l’ancienne chaîne physique du livre, à lire de toute urgence, L’Assassinat des livres (par ceux qui œuvrent à la dématérialisation du monde), éd. L’Échappée, sortie nationale le 13 octobre 2015.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Migrations
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie