Les lobbies de la viande au lycée : infiltration permanente

Depuis le 15 mars 2019, dans le monde entier, lycéens et étudiants se mobilisent pour le climat, pour notre planète, pour leur futur. Malheureusement, ils se heurtent à des discours méprisants et contre-productifs de la part des politiques et des lobbies. Ces derniers s’opposent farouchement aux changements, à une prise de conscience collective et bienveillante.

 

Dans cet article, j’aimerais vous illustrer avec deux anecdotes personnelles, un type de lobby bien particulier, celui de l’alimentation dans les lycées.Comme vous vous en doutez, mes conférences dérangent de plus en plus, en même temps qu’elles inspirent des gens. Il arrive que le lobby de la viande et des produits laitiers réagisse vivement à mes interventions, surtout quand je m’approche de leur chasse gardée : le milieu scolaire. Pourtant, ce n’est pas contre eux que nous allons. Je me souviens particulièrement de ce rendez-vous raté, à Melle (79). J’avais reçu une invitation pour l’hiver 2017, de la part d’une jeune étudiante dans un lycée agricole, Julie Cosseau. C’était dans le cadre d’un projet pédagogique pour son BTS : Julie m’avait invité pour une projection de My Life’s a Cage suivie d’un débat, en compagnie de mon ami Jean-Luc Daub, auteur du livre Ces bêtes qu’on abat. Nous devions intervenir tous les deux dans un cinéma, non loin de Niort (dans les Deux-Sèvres).

Or, quelques jours avant notre venue (qui était prévue depuis plusieurs mois), l’évènement fut annulé par la proviseure de l’établissement. Julie, ainsi que l’équipe enseignante (qui était favorable à ce projet), furent abasourdies. Cette jeune femme avait monté ce projet avec tant d’enthousiasme et de courage, depuis des mois ! Voilà que celui-ci était annulé, sans aucune discussion possible ! Pourquoi ? La réponse fut très floue. Le professeur responsable du projet m’indiqua, avec une sincère déception, que nous dérangions beaucoup trop les syndicats d’agriculteurs (FNSEA et « Jeunes Agriculteurs »). Ceux-ci n’appréciaient visiblement pas notre venue.

La vie faisant bien les choses, cet évènement fit plus de bruit qu’il n’était prévu. France Culture diffusa un reportage radio spécialement sur cette mésaventure, qui fit l’objet d’une enquête journalistique. Plusieurs personnes furent interrogées : Julie, son enseignant, la proviseure et même l’un des responsables du syndicat « Jeunes Agriculteurs ». L’explication devint claire. Je vous laisse la découvrir sur internet, si vous en avez envie. [1]

Rien ne peut aller contre la Vérité. Je crois sincèrement qu’il faut aider tous ces jeunes agriculteurs à comprendre que le monde auquel ils s’accrochent désespérément n’est plus envisageable. Plus vite ils changeront leurs habitudes, mieux nous nous porterons tous. Je souhaite évidemment que le dialogue reste ouvert. 

À présent que je suis invité dans des universités et même dans certains lycées, je suis habitué à ce genre de réactions. Au Lycée public d’Épinal, quand je suis intervenu au mois de mars 2019 avec des membres de mon équipe Happy Earth Now, nous avons eu droit à de sacrés retours ! Une chaine tv locale avait couvert l’évènement. Alors que les élèves, les professeurs et la proviseure furent particulièrement enthousiastes, je reçus de sévères menaces et un flot d’insultes très inventives de la part d’éleveurs courroucés, sur certaines de mes pages web. Ceci est sans grande importance. Le plus notable est qu’Interbev*, qui passe son temps à promouvoir la viande et les produits laitiers dans les écoles, s’est plaint de mes interventions auprès de l’Éducation Nationale, insistant pour passer après moi, afin de « rétablir » la vérité auprès des élèves. [2]

En voilà une réaction intéressante : faudrait-il que 100 % des jeunes deviennent de futurs consommateurs de viande et de produits laitiers ? Ce puissant lobby a tenté de me faire passer pour un manipulateur de jeunes esprits, qu’il faut chasser au plus vite de nos écoles républicaines ! Notons que d’autres associations subissent le même traitement, alors qu’elles tentent de proposer de l’information allant dans le sens d’un mieux-être pour les animaux, la planète et les enfants.

Ces défenseurs d’un ancien monde ont peur. Ils ne supportent pas de voir que de plus en plus de jeunes veulent du changement. Pouvons-nous nous mettre à la place de cette jeunesse, aujourd’hui ? Quelles bonnes nouvelles lui annonçons-nous ? « Le monde est en péril, le climat est déréglé, les animaux d’élevage souffrent, la faune sauvage disparait, la nature est détruite, le cancer nous pend au nez, et notre civilisation risque de disparaître… ». Croyez-vous qu’elle va garder les bras croisés, et continuer de manger des steaks et des yaourts comme si de rien n’était, pour faire plaisir à Interbev ? Quelle plaisanterie ! Les jeunes ne sont pas des idiots. Et ils le sont encore moins quand ils sont correctement informés. S’il existe des solutions, ils feront tout pour les trouver. Cette jeunesse est formidable, car elle sait regarder la réalité en face et s’adapter. J’insiste : ce sont les jeunes qu’il faut alerter, car ils ne sont pas encore pétris d’habitudes, comme les anciens.

Même si les lobbies ne sont pas contents, cette jeunesse veut autre chose qu’un monde en péril. Aidons-la et faisons-lui confiance.

Aussi je remercie sincèrement les enseignants et les proviseurs qui osent m’inviter, ainsi que certains responsables de l’Éducation Nationale, qui ont compris qu’on ne pouvait plus laisser Interbev et les chasseurs faire du matraquage d’esprit dans les établissements scolaires, sans information contradictoire. Sinon, que faire du droit à l’information objective, pour former de futurs citoyens… libres ? N’est-ce pas cela, l’École de la République ?

Prenons les jeunes pour des personnes intelligentes. Aidons-les à s’éveiller le plus rapidement possible. Encourageons de toutes nos forces les associations et les bénévoles qui s’investissent pour faire de l’éducation, leur priorité.

 

Écrit par Guillaume Corpard - Extrait du livre “Un cri pour la Terre”

* INTERBEV est l’Association Nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes, fondée en 1979 à l’initiative des organisations représentatives de la filière bétail et viandes. Vous pouvez visiter leur site internet et visionner leurs vidéos à propos des ateliers qu’ils organisent dans les écoles : www.interbev.fr

Retrouvez "Un Cri Pour La Terre" sur notre boutique : http://editions-parhelie.com/index.php/shop/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.