Guillaume Corpard
Conférencier, auteur, musicien, réalisateur
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 sept. 2019

LETTRE OUVERTE à ALAIN FINKIELKRAUT

Greta Thunberg et la jeunesse sont-elles manipulées ? Réponse à Alain Finkielkraut, suite à ses propos lors de l’émission « Le Grand Entretien France Inter », le 20 septembre 2019.

Guillaume Corpard
Conférencier, auteur, musicien, réalisateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Monsieur Alain Finkielkraut, avec tout l’amour et le respect que j’ai pour vous, tout autant que les autres je veux dire, je m’aperçois qu’il n’est pas bon de prendre de l’âge, quand la voie empruntée n’a été que celle de la raison, et non du cœur.

Vous vous moquez de Greta Thunberg, et méprisez encore plus qu’elle soit suivie par une partie de la jeunesse. Vous refusez que les « adultes » se mettent « au garde à vous » face à une parole si « puérile ». Je vous cite : « Je trouve lamentable que des adultes s’inclinent aujourd’hui devant une enfant. Je crois que l’écologie mérite mieux, et il est clair qu’une enfant de 16 ans, quel que soit le symptôme dont elle souffre, est évidemment malléable et influençable. Nous avons mieux à faire pour sauver ce qui peut l’être de la beauté du monde que de nous mettre au garde-à-vous devant Greta Thunberg et les abstraites sommations de la parole puérile. »

Alors je vous pose la question : qui voulez-vous que l’on suive ? Ces adultes qui ont mené notre monde à sa perte, portant le capitalisme et la philosophie matérialiste au panthéon de notre civilisation ? Ces adultes qui utilisent le mot « écologie » parce qu’il est à la mode, et qu’il faut bien l’utiliser… ? Si tout le monde parle d’écologie aujourd’hui, c’est parce que nous sommes face au mur et que nos fesses commencent à sentir le roussi. C’est aussi parce qu’il faut être dans le coup, n’est-ce pas ? Mais ces adultes penseurs, dirigeants politiques, actionnaires et financiers, qu’ont-ils fait pour la planète, les êtres humains et les animaux ? Rien. Même les écologistes, jusqu’à aujourd’hui, n’ont été pour la plupart que des techniciens de la nature, et non des exemples de bienveillance, de compassion et de bonté pour tout le vivant. Où se situent la sagesse et l’amour ? Dans quels programmes politiques les trouve-t-on ?

À présent, quand une jeune femme - aux pensées et aux actes plus élevés que la moyenne -, intervient et rassemble autour d’elle, vous tirez à boulet rouge en mettant en avant sa différence et sa naïveté. Pourtant, c’est avec peine et espoir qu’elle crie pour la Planète.

Philosopher sans élévation spirituelle mène toujours à la même chose, finalement : un manque de sang-froid, une absence de contrôle de ses paroles et de ses émotions, et enfin un incontournable mépris.

Bien sûr, bien loin de moi l’idée de vous en vouloir, Monsieur Finkielkraut. Seulement vous représentez, malgré vous, cette époque que nous voulons quitter : celle de l’ego, de la pensée matérialiste, de la raison qui se croit autonome.

Où est la chaleur du cœur ? Où est la hauteur du point de vue ? En d’autres termes, où sont votre gentillesse et votre bienveillance ? Cette philosophie que vous représentez, qui était peut-être impressionnante dans les années 70, est-elle encore bénéfique et utile à notre société ? Le fait qu’elle soit étalée avec tant de sécheresse et de dédain montre dans quelle impasse elle nous mène.

Greta Thunberg, manipulée ou non, nous montre qu’il est important de savoir, et surtout de décider où se situent nos priorités. Mais au-delà de cette évidence, la nouvelle période que nous abordons nécessite que nous pensions et agissions différemment. Celles et ceux qui ont dirigé notre société jusqu’à aujourd’hui ne sont plus écouté.e.s ! De la même façon, entendre des intellectuels vomir sur Greta Thunberg et ces milliers de jeunes grévistes inexpérimentés, c’est un peu comme écouter les dirigeants politiques s’entretuer pendant les élections. Il n’y a pas de surprise. C’est toujours négatif et agressif.

Écoutez votre cœur, Alain ! Écoutez-le ! Il pleure en écoutant vos tempêtes froides d’intellectuel ! Aimez ce monde, aimez la jeunesse ! Cette jeunesse tente quelque chose, au moins. Parfois maladroitement, naïvement, voire sous influence... Et alors ? Au moins, elle le fait avec sincérité.

Donnons à la jeunesse le droit de se tromper : l’essentiel est qu’elle se réunisse, s’informe, se mobilise... en tentant de ne pas reproduire les bêtises des adultes, justement. Ces adultes qui nous ont menés à la catastrophe.

À leur âge, Alain Finkielkraut, vous étiez maoïste. Alors aujourd’hui, pourquoi certains jeunes ne feraient-ils pas la grève des cours, suivant l’appel d’une jeune femme « autiste asperger » criant pour la planète ? Pourquoi ne devrions-nous pas les écouter et nous laisser interpeller par eux ?

Soyons compréhensifs et ouverts, accompagnons cette jeunesse qui n’est pas encore pétrie d’habitudes. Aidons-les à transformer leur assiette, leur consommation, leurs pensées et leurs occupations : aidons-les à s’élever. Encourageons-les dans leur amour, leur bienveillance, leur lucidité politique et leur volonté d’entraide.

D’ailleurs, pourquoi ne pas sortir de votre zone de confort en exprimant des idées nouvelles, Monsieur Finkielkraut ? Vous pourriez leur conseiller, par exemple, de ne plus manger d’animaux terrestres, car ils souffrent et leur élevage accélère le dérèglement climatique, ainsi que la déforestation. Vous pourriez leur intimer de ne plus manger de poissons, car les océans sont en train de mourir ! Vous pourriez également leur dire de participer à des stages de permaculture, de cuisine végétalienne, de production zéro déchet, de méditation, d’écoconstruction et d’autres choses dans le style… car c’est notre avenir !

En bref, Monsieur Alain Finkielkraut, au lieu de râler de façon si aigrie, proposez-nous de vraies solutions, et profitez de cette énergie formidable qui est celle de la jeunesse. Nous avons besoin de tout le monde, y compris de vous. Éclairez-nous !

Guillaume Corpard - Le 21 septembre 2019
Conférencier et auteur de « Un cri pour la Terre »
Cofondateur de « Happy Earth Now - animaux, humains, planète »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Chez Lidl, la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause. Premier volet d’une enquête en deux parties. 
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
« Les intérimaires construisent le Grand Paris et on leur marche dessus »
Des intérimaires qui bâtissent les tunnels du Grand Paris pour le compte de l’entreprise de béton Bonna Sabla mènent une grève inédite. Ils réclament une égalité de traitement avec les salariés embauchés alors qu’un énième plan de sauvegarde de l'emploi a été annoncé pour la fin de l’année. 
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
En Biélorussie, certains repartent, d’autres rêvent toujours d’Europe
Le régime d’Alexandre Loukachenko, à nouveau sanctionné par l’UE et les États-Unis jeudi, semble mettre fin à sa perverse instrumentalisation d’êtres humains. Parmi les nombreux exilés encore en errance en Biélorussie, certains se préparent à rentrer la mort dans l’âme, d’autres ne veulent pas faire machine arrière.
par Julian Colling
Journal
Autour de la commande publique « Mondes nouveaux » et des rétrospectives des artistes Samuel Fosso et Derek Jarman
Notre émission culturelle hebdomadaire se rend à la Maison européenne de la photographie pour la rétrospective Samuel Fosso, au Crédac d’Ivry-sur-Seine pour l’exposition Derek Jarman et décrypte la commande publique « Mondes nouveaux ».  
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai