Guillaume De Chazournes
Journaliste freelance en Arménie
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mai 2014

Guillaume De Chazournes
Journaliste freelance en Arménie
Abonné·e de Mediapart

Une contrée énorme où tout se tait : sur la victoire de Conchita

« Rencontrer un homme c’est être tenu en éveil par une énigme » nous disait le philosophe Levinas.

Guillaume De Chazournes
Journaliste freelance en Arménie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Rencontrer un homme c’est être tenu en éveil par une énigme » nous disait le philosophe Levinas.

Celle de Conchita est de ces énigmes qui laissent silencieux, qui questionnent, qui étourdissent parfois et dont la réponse est pleine de malice. Que s’est –il passé samedi soir à Copenhague ? Thomas « Tom » Neuwirthde, ou Conchitas Wurst de son nom de scène, a fait de ses paroles un acte, s’élevant vers le ciel, contre les lourdeurs et les oppressions, et s’envolant (« You know I will rise like a phoenix »). Immobile au cœur des ailes du phœnix, rayonnant d’une beauté noire, elle est devenue indestructible.

Et les millions d’européens qui ont voté pour elle ne s’y sont pas trompés. Comment rester insensible face à ce cri aigu du de l’oiseau de feu où les paroles de haine deviennent, le temps d’un instant, silencieuses. Ces paroles de rejet qui nient l’humanité même de l’autre et qui finissent toujours par détruire l’humanité même de celui qui les prononcent. La haine de l’autre comme perdition de soi.

Victor Segalen, médecin poète Breton, disait qu’il fallait cultiver une esthétique du divers, de la différence car c’est à travers eux que s’exalte l’existence. Conchita nous chante, nous crie et nous sourit tendrement son identité croisée, mêlée, transformée, en perpétuel mouvement, comme les ondulations d’une flamme d’un brasier incandescent. Un phœnix aux ailes d’or et de feu, indestructible car entier et vrai, beau et léger.  

Bien sur ce n’est qu’un chant, une cérémonie savamment orchestrée dans le cadre d’un programme télévisé. Rien de bien méchant donc, nous ne parlons pas ici d’une victoire historique pour de nouveaux droits politiques et sociaux. Mais comme ces chants de l’histoire qui ont poussé les hommes sur les chemins de la résistance, du combat, et de l’ardeur, comme ces morceaux que nous écoutons tous au creux de la nuit pour apaiser nos souffrances, et comme ces mélodies qui accompagnent notre réveil dans l’aube naissante des premiers rayons, « Rise like a phoenix »  est porteur d’ouverture, d’espérance, et de mouvement. Face à l’immobilisme, choisir le mouvement pour évoquer la réalité de notre complexité humaine, qui nous rend si beau et si différent, mais si semblable dans notre beauté.

Edwy Plenel, écrivait dans son dernier livre « le conservatisme ne correspond pas à la réalité, c’est une construction idéologique au service de l’immobilité des conditions, de l’immobilité des oppressions. » Car c’est aussi de cela dont nous parle Conchita, de ces oppressions, de ces discriminations quotidiennes, souvent violentes, qui percent la chair et laissent des traces, des empreintes. C’est à partir de ces empreintes que Conchita s’élève et nous chante son histoire et à travers elle, l’histoire de milliers d’autres. Le visage de la différence face à une certaine normalité imposée. Bien sur, tous les membres de la communauté LGBT ne se reconnaissent pas dans Conchita, et certains critiquent son mode de revendication, d’expression, ce symbole de la barbe portée sur du rouge à lèvre et du mascara, croisant les identités dites masculines et féminines. « Ma barbe est une preuve qu'on peut parvenir à tout, peu importe qui vous êtes et votre apparence », proclame-t-elle. Conchita ne prétend représenter personne, mais seulement chanter, vivre sa passion, car au-delà de sa personne, Conchita est avant tout l’une des plus belles voix d’Autriche.

Elle ne cherche aucune forme de vengeance,  mais seulement de la reconnaissance (« Seeking rather than vengeance, retribution »). « Aujourd’hui je veux provoquer », dit-elle en assumant son positionnement. Pas une position de principe, mais une position de survie, de revendication d’existence.

Cette reconnaissance que ne souhaitait pas lui accorder Aram MP3, le candidat arménien à l’eurovision qui avait jugé que la présence de Conchita à l’Eurovision n’était « ni normale, ni appropriée », et espéré que « Copenhague lui permette de décider s’il est un homme ou une femme ». Mots de l’ignorance, de l’aveuglement, du rejet. Malgré tout le chanteur acceptera de la rencontrer peu avant la finale de l’Eurovision, et la serrera dans ses bras. Réel mea culpa ou parodie pour les caméras, cela n’a pas vraiment d’importance. Ce qu’il faut retenir, c’est que sur les votes des arméniens, l’Autriche arrive en deuxième position, signe que face à l’émerveillement d’une énigme, les mentalités peuvent s’adoucir et évoluer.

Il ne s’agit pas ici d’idéaliser une personne mais de lui porter une reconnaissance pour son courage et son humanité. Finalement son message n’est pas si compliqué, et probablement partagé par tous : « Cette soirée est dédiée à tout ceux qui croient à un avenir qui se construira grâce à la paix et à la liberté. » a-t-elle proclamé dans son discours de remerciementsamedi soir à Copenhague.

Hier soir, Conchita Wurst nous a chanté la beauté, cette « contrée énorme ou tout se tait » (Apollinaire).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal
Pénurie de places en lycée technologique : des élèves « oubliés » ou forcés de redoubler
Des centaines d’élèves se sont retrouvés sans affectation à la rentrée, en particulier dans les classes STMG, filière négligée par les autorités depuis des années. Alors que des lycéens n’ont toujours pas d’établissement, le mutisme du rectorat nourrit un sentiment d’abandon.
par Névil Gagnepain (Bondy Blog)
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot peut mener au pire lorsque l’on a définitivement quitté les vestiaires par la mauvaise porte. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod