Guillaume De Chazournes
Journaliste freelance en Arménie
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2014

Guillaume De Chazournes
Journaliste freelance en Arménie
Abonné·e de Mediapart

Nos convictions: un dialogue permanent

La tribune est un espace donné à une personne pour exprimer ses idées, son ressenti, ses impressions, et ses partis-pris.

Guillaume De Chazournes
Journaliste freelance en Arménie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La tribune est un espace donné à une personne pour exprimer ses idées, son ressenti, ses impressions, et ses partis-pris. Le billet consacré à Conchita Wurst la semaine dernière fait parti de cette catégorie. Comme un journaliste qui relate les faits, les décrypte, et essaye de donner le meilleur cadre d’analyse à ses lecteurs, celui qui souhaite exprimer ses idées publiquement se doit de répondre à celles et ceux qui ont bien voulu ajouter leur commentaires, soit en critiquant, en approuvant ou même en rejetant totalement.  

C’est ainsi que j’ai souhaité écrire cette deuxième tribune, à la fois pour répondre aux commentaires que j’ai reçu sur mon article traduit en Arménien (je remercie d’ailleurs à ce propos un journaliste de Civil Net qui m’a aidé à les traduire) mais aussi pour aborder la question importante, et pas nouvelle, de la légitimité à écrire hors de son pays, dans un contexte culturel et social différent.

Le journalisme et les tribunes doivent être participatifs et en dialogue continue avec les lecteurs-trices, notamment depuis l’avènement des nouvelles technologies qui permettent aux internautes, quel que soit leur statut, de prendre part au débat. Aucune tribune ni aucun article ne peut se suffire à lui-même. Tout peut être enrichi avec l’apport des dizaines, parfois centaines, ou milliers de personnes qui lisent et apportent leurs critiques, suggestions, remarques. Nietzche disait, « le pire ennemi de la vérité n’est pas le mensonge mais les convictions ». Toujours rester vigilant donc quand on s’exprime publiquement et toujours prendre en considération l’autre, son analyse, son regard, sa sensibilité.

Les commentaires arméniens reçus la semaine dernière étaient de deux ordres.

D’abord il y a eu ceux, auxquels je m’attendais, ceux de rejet. Constante dans l’histoire des débats, l’invective et la dénégation de l’autre dans son identité est une méthode classique pour éviter de parler du fond du sujet. J’ai ainsi été traité de nombreux termes péjoratifs que je ne veux pas énumérer ici. Au-delà de l’insulte, ce que je conteste dans ces commentaires c’est leur facilité, celle de ne pas vouloir rentrer dans le cœur du sujet et de se réfugier derrière des insultes, incarnation de peurs irrationnelles, souvent entretenues.

Les autres commentaires se sont concentrés sur le fond de l’article et je remercie celles et ceux qui y sont allés de leur plume. Je veux essayer d’y répondre ici brièvement.

A celles et ceux qui parlent de propagande pour les LGBT, je veux rappeler le sens du mot propagande qui désigne une « action systématique exercée sur l’opinion pour lui faire accepter certaines idées ou doctrines » (Larousse). L’homosexualité et les différentes formes de sexualités ne sont pas des idées ou des doctrines. Ce sont des réalités humaines, avec leurs lots d’histoires, de passions, de souffrances, et bien sur d’amours. Ce sont des oncles, des tantes, des neveux, des pères, des fils, ou des filles. Des personnes proches, obligés de quitter leur pays, pour vivre librement leur identité. Ou pire : vivre à l’intérieur, caché, enfoui dans un déni de soi, à mener une double vie.

Je ne souhaite cette existence à personne, car l’exil de son pays ou de son identité, est quelque chose de déchirant. Alors, à celles et ceux qui parlent de propagande, en Arménie mais aussi en France et dans d’autres endroits, ne mettez pas d’idéologies ou de doctrines la ou il n’y a qu’existence et encore trop souvent souffrances.

Cette critique vaut aussi pour tous les discours qui continuent d’insister sur un prétendu « ordre naturel » imposé par un discours théologique, au mépris total de la réalité humaine, de sa diversité, et de sa complexité. Mais ce point doit faire bien sur l’objet d’un débat et de discussions approfondies tant les sensibilités sont exacerbées et tant les dogmes et vérités imposés pendant des siècles par les différentes églises ont encore la vie dure dans nos sociétés contemporaines.

Je veux conclure ce billet par la question de la légitimité pour un « étranger » à écrire hors de son pays. Car beaucoup de commentaires m’ont fait ce reproche : « Quitte le pays,  étranger ! » « Gardes tes idées de la d’où tu viens ». C’est intéressant, car nous retrouvons parfois aussi ces remarques en France à propos d’auteurs, compositeurs, écrivains dits étrangers. Un chanteur connu, dont je n’arrive plus à retrouver le nom disait il y a longtemps déjà, « il n’y a jamais eu d’autant d’étrangers dans le monde ». Rien de nouveau sous le soleil donc.

C’est une évidence de dire que les idées n’ont pas de frontières, heureusement d’ailleurs, car sinon la France aurait manqué la beauté de l’architecture arménienne dans nombreuses de ses villes et les douces mélodies du compositeur Komitas. Et heureusement que le célèbre résistant Missak Manouchian ne s’est pas arrêté aux frontières de son origine pour venir défendre Paris contre les nazis. Je profite de cet article pour lui rendre hommage.

Si j’ai décidé d’écrire ici (en Arménie), c’est parce que je suis tombé sous le charme du pays, et que depuis que je suis ici, je me suis toujours efforcé de comprendre, par les livres, les discussions, les regards, ce qui faisait la culture arménienne. Et j’ai choisi de rester vivre ici pour encore quelques temps. 

Exprimer ses idées, les partager, et débattre est une des sources d’ouverture, de changement, et de mouvement. C’est un échange perpétuel, où chacun donne et reçoit. C’est au cœur de l’idée démocratique, qui s’incarne dans une révolution et une invention permanentes.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit