guillaume ereteo
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2012

Livret A: le hold-up de ce début d'année

Voici un résumé de l'entourloupe de ce début d'année 2012, anticipée par mediapart la semaine dernière. Comme vous devez déjà le savoir, notre cher et tendre gouvernement vient de refuser de remonter le taux du livret A de 0,5%.

guillaume ereteo
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici un résumé de l'entourloupe de ce début d'année 2012, anticipée par mediapart la semaine dernière. Comme vous devez déjà le savoir, notre cher et tendre gouvernement vient de refuser de remonter le taux du livret A de 0,5%.

Un calcul automatique du taux du livret A avait été instauré par le gouvernement Raffarin "'afin d'éviter l'intervention de décisions politiques",
d'après wikipedia. Les détails du calcul de la rémunération du livret A mentionnent deux exceptions à l'application de son résultat:
"Toutefois, lorsque, à l'occasion de son calcul, la Banque de France estime que des circonstances exceptionnelles justifient une dérogation à l'application de l'un ou de plusieurs des nouveaux taux calculés selon les règles fixées au I du présent règlement, ou que l'application de la règle mentionnée au I 1° du présent règlement conduit à un nouveau taux des « livrets A » (Arrêté du 28 juillet 2008) ne permettant pas de préserver globalement le pouvoir d'achat des épargnants, le Gouverneur transmet l'avis et les propositions de taux de la Banque de France au ministre chargé de l'économie, président du Comité de la réglementation bancaire et financière. Dans ces cas, les taux sont maintenus à leur niveau antérieur et le Comité de la réglementation bancaire et financière examine l'opportunité de les modifier. (Règlement n o 2003-03 du 24 juillet 2003)"
Voilà l'argument retenu par le gouverneur de la Banque de France sur Europe 1 la semaine dernière (à 6min20) pour justifier de ne pas relever le taux du livret A:
«Ce que je regarderai, c'est l'inflation qui va venir, parce que ça ne servirait à rien que le taux augmente légèrement pour rebaisser immédiatement ensuite (...)  Si l'inflation baisse il n'y a pas de raison d'augmenter le Livret A, en effet.»
Si ma compréhension du français ne défaillit pas, cela ne correspond aucunement à des "circonstances exceptionnelles" et surtout pas à une "préservation du pouvoir d'achat des épargnants"... De plus, la loi ne parle que des taux d'inflation passés et non à venir... surement parce qu'on se plante à chaque prédiction... Cette décision est donc en quelque sorte illégale!

La prochaine révision de ce taux se fera dans 6 mois, ce qui prive donc assurément les petits épargnants français de 0,5% sur la moitié de l'année. Par ricoché les épargnants du livret de développement durable et du livret d'épargne populaire, indexés sur le livret A, seront également privés de ces 0,5%. En Décembre 2011, les encours du livret A et du livret de developpement durable étaient de 280 milliards d'euros. Donc 0,5% correspond à1,4  milliard d'intérêts par an, soit 700 millions d'intérêts volés à l'ensemble des petits épargnants français sur 6 mois! A l'échelle d'un épargnant qui a atteint le plafond de son livret A, 15 300€, et de son livret D, 6000€, cela correspond à 53,25€ que personne ne refuserait pour bien commencer l'année.
En bref, Baroin a discrètement socialisé "par effraction" un hold-up de plus de 0,7 milliard d'euros.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo