Guillaume HALB
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mai 2019

Rodez : pour quelques statues propres…

Lundi 20 mai, le ‘’collectif 12 ensemble pour le climat’’ avait organisé une action symbolique pour médiatiser l’appel pour le climat du 24 mai. Ses militants ont recouvert les statues du centre-ville de la préfecture de l’Aveyron de masques anti-pollution accompagnés de slogans sur des pancartes en carton. Action de com’ typiquement non-violente, elle a néanmoins déplu à la mairie.

Guillaume HALB
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous avions pourtant expliqué notre démarche aux employés municipaux rencontrés dans les rues mais ceux-ci nous ont opposé des ordres formels émanant de leur hiérarchie : l’espace public doit rester neutre et immaculé. Masques et pancartes ne sont donc restés en place qu’une demi-heure.

Nous considérons cependant notre opération comme réussie. Des photos ont été prises et elles circulent avec succès sur les réseaux sociaux. Peu importe qu’il s’agisse d’une censure municipale ou d’un excès de zèle des agents municipaux, nous n’en faisons pas une affaire d’État et nous n’en tiendrons pas rancune.

Cette anecdote est néanmoins significative de deux choses.

Elle est d’abord significative du comportement des pouvoirs qui traitent toujours les mobilisations populaires par le mépris. Convaincus de dégager ainsi une image de fermeté (« ce n’est pas la rue qui gouverne » et « les rues de ma ville resteront propre »), ces pouvoirs capitalisent en fait du mécontentement qui se traduira en différé dans les urnes. Ils poussent ensuite certains activistes à radicaliser leurs actions. C’est pourtant un engrenage que nous ne souhaitons pas.

Elle est ensuite significative de l’état d’esprit dans lequel s’illustrent aussi bien notables locaux que responsables politiques nationaux. Les uns comme les autres veulent bien faire (ou faire semblant) en matière d’écologie mais supportent mal le moindre débordement. Les citoyens sont sommés d’adopter des comportements responsables individuels et de laisser élus et grandes entreprises décider des orientations politiques et économiques favorable, à leur sens, au climat et à la biodiversité. En somme : « ne nous dérangez pas, restez chez vous, on s’occupe de tout ! » Penser ainsi ce n’est pas prendre la mesure de l’ampleur de la mobilisation civile nécessaire. C’est croire que la transition écologique indispensable pour supporter les bouleversements climatiques qui vont arriver pourra se faire en bougeant simplement quelques curseurs. Le texte d’appel des soixante-dix-sept organisations participant à la grève mondiale pour le climat du 24 mai en France ne laisse aucune illusion à l’égard d’une telle pensée. Réduire les émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité carbone en 2025, arrêter la destruction des écosystèmes océaniques et terrestres et engager leur restauration écologique à la mesure des dégâts causés imposent une mobilisation générale comparable à celles déployées en temps de guerre. Or, poursuit le texte d’appel et nous partageons ce constat : « les gouvernements qui se sont succédés ces dernières années, aveuglés par une logique de croissance et de court terme, ont montré leur incapacité à s’occuper sérieusement de ses questions. Nous voulons donc que le pouvoir soit rendu aux citoyens. Au niveau local et régional, une démocratie plus vigoureuse et inclusive doit être mise en place. Au niveau national, nous demandons la création d’une assemblée citoyenne souveraine et adaptée à ce changement de société ».

Telle est ainsi l’alternative qui s’offrent aux élus : changer de politique ou nous changerons les politiques… et tant pis si quelques innocentes statues sont bâillonnées le temps d’une matinée.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
par C’est Nabum