Guillaume Hervier
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2011

Besson, dégage!

Ce matin, m'étant levé assez tôt, prenant un petit déjeuner pour la première fois depuis bien longtemps, j'ai décidé de me poser dans mon canapé et d'allumer la télé. J'ai connu des matins plus inspirés, me lever à midi, prendre un bain, écouter un bon disque en regardant le soleil se lever...

Guillaume Hervier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce matin, m'étant levé assez tôt, prenant un petit déjeuner pour la première fois depuis bien longtemps, j'ai décidé de me poser dans mon canapé et d'allumer la télé. J'ai connu des matins plus inspirés, me lever à midi, prendre un bain, écouter un bon disque en regardant le soleil se lever... Mais non, aujourd'hui, j'ai voulu voir un peu ce qui se passait à la télé. Eh bien les amis, je dois bien vous avouer que ce n'était pas vraiment aussi amusant que les fameux matins dessins annimés, avant de prendre le bus pour l'école. Rien d'amusant, non, juste du révoltant et de l'équeurant. Sur BFM TV, il y avait Marine, fidèle à elle-même, mais que voulez-vous, je ne m'y suis jamais fais. Entre deux tartines de nutella, cette dernière m'a servit l'expulsion de tous les imigrés, la suppression de l'aide médicale pour ces mêmes immigrés et quoi d'autre, ah oui, les islamistes qui menacent l'égypte. Bon pas possible d'aller au bout, malgrés un Jean Luc qui l'a plutôt bien contré je l'avou. Zappons donc. Canal, il y a Besson. Si je ne suivais pas la politique aussi acidument, je pourrais croire que celui-la est du même parti que la marine. Je vous laisse apprécier, si vous en avez le courage. "Le ministre de l'industrie, Eric Besson, a affirmé, lundi 14 février, qu'il n'y aurait pas de "tolérance pour l'immigration clandestine" au sujet des flux de Tunisiens vers l'Italie, estimant que les soutiens de Zine El Abidine Ben Ali pouvaient prétendre à l'asile politique. Alors que 5 000 immigrants clandestins sont arrivés sur les côtes de Lampedusa en cinq jours, l'ancien ministre de l'immigration a mis en garde les Tunisiens contre la traversée de la Méditerranée, "un cimetière à ciel ouvert". "Ne faites pas cela. Ne le faites pas parce que vous mettez votre vie en danger et ne le faites pas parce que l'entrée en Europe, contrairement à ce que vous pensez, n'est pas automatique", a-t-il conseillé. "Ceux qui sont arrivés en Italie vont voir leur situation individuelle regardée au cas par cas ; ceux qui ont droit à l'asile, ceux qui s'estiment menacés et qui vont en apporter la preuve, vont pouvoir rester sur le sol européen, mais tous les autres vont être reconduits dans leur pays. Donc prise de risques insensés pour un résultat extrêmement limité pour eux", a-t-il précisé, dans un entretien sur Canal + au sujet des soutiens du président déchu. source: Le Monde Je sais bien que cet affreux est coutumié du fait, mais il faut continuer à le dénoncer, à montrer au grand public qui est cet homme. Quel honte d'avoir un ministre pareil dans notre beau pays! Si ceux qui crèvent de faim de l'autre côté de la méditerranée n'étaient pas encore au courrant, ils sont maintenant prévenus: Venir en Europe, c'est dangereux, ça peut même tuer. Besson parle donc ici comme un chimiste proposant sa nouvelle invention à un terroriste: Attention, si tu te sers de cette bombe, tu peux tuer des gens. Autrement dit si certain ne comprenne pas mon raisonnement à travers cet exemple, Besson donne des conseils à ceux qu'il assacine. Il met en place des lois rendant clandestin toute personne voulant entrer sur le territoire français sans visa, les obligeant du même coup à risquer leurs vies sur des embarcations de fortune. Le cynisme incarné. Oui Besson, tu es en partie responssable de la mort de ces milliers de malheureux, et tes conseils ne sauraient le faire oublier. Ca me rappel ce type qui lors du blocage de mon lycé il y a quelques années, brandissait une barrière vers nous en nous disant: "Attention, si vous ne bougez pas, vous allez vous blesser. Enfin les amis, sachez que la sécurité d'anciens proches de dictateur est plus précieuse pour notre cher ministre, que la survie de pauvres gens vivant dans la misère, cherchant une vie meilleur: ""Ceux qui sont arrivés en Italie vont voir leur situation individuelle regardée au cas par cas ; ceux qui ont droit à l'asile, ceux qui s'estiment menacés et qui vont en apporter la preuve, vont pouvoir rester sur le sol européen, mais tous les autres vont être reconduits dans leur pays. Donc prise de risques insensés pour un résultat extrêmement limité pour eux", a-t-il précisé, dans un entretien sur Canal + au sujet des soutiens du président déchu." Besson, dégage! Puisque tu te préocupes tant du sors des anciens amis du dictateur, allez donc tous le rejoindre. Le pote de MAM se serait d'ailleurs déjà proposer pour vous préter son avion.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ». Une enquête réalisée avec un consortium de 13 médias, dont Mediapart, coordonnés par The Signal Network.
par Jérôme Hourdeaux
Journal
Le casse-tête des enseignants français
Avec seulement deux applications mises en cause, la France fait figure de bonne élève dans le rapport de Human Rights Watch sur la collecte de données durant la pandémie. Mais, dans les salles de classe, la situation est en réalité plus complexe, notamment en raison de l’usage d’outils non validés par le gouvernement.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Fil d'actualités
Au Texas, au moins 21 morts dont 19 enfants dans une tuerie : Biden appelle à « affronter le lobby des armes »
Le président américain Joe Biden, visiblement marqué, a appelé mardi à « affronter le lobby des armes » pour prendre des mesures de régulation, alors que l’Amérique vient de replonger dans le cauchemar récurrent des fusillades dans des écoles.
par Agence France-Presse
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS