François Hollande, le président qui ne sait que faire la guerre. Belote, belote et rebelote.

Dès son élection en 2012, François Hollande s'est tout de suite positionné comme un vrai faucon.Continuant sur la lignée de Sarkozy qui avait lui-même opéré une cassure avec la vision française du moyen Orient du Général de Gaule, Hollande s'est calqué sur la position américaine, dépassant même l'Oncle Sam de son intransigeance comme on vient de le voir sur l'accord iranien.

Dès son élection en 2012, François Hollande s'est tout de suite positionné comme un vrai faucon.Continuant sur la lignée de Sarkozy qui avait lui-même opéré une cassure avec la vision française du moyen Orient du Général de Gaule, Hollande s'est calqué sur la position américaine, dépassant même l'Oncle Sam de son intransigeance comme on vient de le voir sur l'accord iranien. La France a même remplacé en l'espace de quelques années la Grande Bretagne dans son triste rôle du petit chien étasunien.Qu'il est loin le discours de Dominique de Villepin de 2003 aux nations unies où la France refusait de rentrer dans la deuxième guerre d'Irak.


Mais reprenons depuis son élection en mai 2012., 

Eté 2012, à peine arrivé au pouvoir, Hollande met la pression pour une intervention en Syrie, et la France n'ayant elle même pas les moyens, il tente de pousser les américains à attaquer Bachar el Assad. Il paraît également certain que la France organise ou finance directement des livraisons d'armes aux rebelles qui n'ont pas encore pris le nom d'Etat Islamique. Hollande continue également sur la voie de Sarkozy en entretenant des liens étroits avec le Qatar et l'Arabie Saoudite, les deux plus gros soutiens aux factions sunnites extrémistes sévissant en Syrie et en Irak, et deux gros clients en armement.

Janvier 2013, Hollande intervient au Mali pour stopper les djihadistes qui avancent sur Bamako. Cette intervention est annoncée comme étant une intervention rapide de 3 mois qui doit laisser sa place à la Misma, force africaine gérée par l'Onu. Deux ans plus tard, en 2015, des forces françaises sont toujours sur place, des incidents arrivent fréquemment, le problème reste entier, rien n'est résolu. Plus aucune 'information sur la mission des forces françaises au Mali, leur nombre, leur retour en France, etc...

Décembre 2013, nouvelle opération pour Hollande avec l'opération Sangaris menée en Centrafrique. Opération qui dure toujours mais qui a la particularité comme pour l'opération au Mali de ne pas faire parler d'elle et de n'avoir rien résolu. On ne sait pas grand chose sur cette intervention qui n'a pas empêché des massacres de part et d'autre. Cette opération est louée par certains pays comme ayant évitée le pire, certains pays africains la critique y voyant un retour en puissance de la Franceafrique et du rôle de superpuissance que la France veut conserver.

Années 2013-2014, la France met en place son système de surveillance dans tout le Sahel, elle acquiert des drones Reapers des Etats Unis basés à Nyamey, capitale du Niger, à deux pas de ses deux plus grands intérêts dans le Sahel, à savoir la mine en activité d'Arlit et la future mine d'Imouraren qui devrait ouvrir en 2016, avec quelques années de retard. Deux sites miniers d'Areva gardés en permanence par les forces de sécurité françaises, à la suite de la prise d'otages d'Arlit. 
Niger frappé récemment par des manifestations anti françaises sans précédent suite à la sortie du Charlie Hebdo des survivants.

Février 2015, la France envoie son porte Avion Charles de Gaule pour effectuer des frappes sur l'Etat islamique, opération de deux mois qui n'aura sans doute aucun effet si ce n'est que de faire une démonstration "live" de ses avions Rafale que personne ne veut. Personne si ce n'est Al Sissi qui vient de passer la première commande pour Dassault, Al Sissi, le tout frais dictateur d'Egypte, venu au pouvoir sur un coup d'Etat militaire après les premières élections démocratique de l'Egypte moderne, qui ne cesse de prononcer des des condamnations à mort en série suite à des jugements honteux sans justice.

Mars 2015, Hollande soutient tout de suite les bombardements saoudiens sur le Yemen, bombardements qui ne peuvent apporter que le chaos dans un pays déjà bien agité. Alors que les bombardements sur l'Afghanistan, l'Irak, la Libye et la Syrie n'ont amené qu'à la recrudessence des groupes radicaux, Hollande soutient donc une nouvelle guerre au Moyen Orient, un nouveau front qui aura les même effets, avec des centaines de milliers de réfugiés à la clef, et des milliers voire centaines de milliers de morts.

Mars 2015, négociations sur le nucléaire iranien à Lausanne, Hollande et la France adoptent la position la plus dure du groupe des 6 envers l'Iran, un peu vexée de son deuxième rôle dans la négociation. Depuis l'accord signé hier, la France répète en boucle par l'intermédiaire de Fabius et d'autres, que de toute façon, toutes les sanctions envers l'Iran, si elles devaient être levée peuvent être rétablies à n'importe quel moment, suivant l'attitude de l'Iran. Et gnagnagna et gnagnagna...

Parallèlement à cette attitude guerrière de la France en Afrique et au Moyen Orient, la France par l'intermédiaire de son premier ministre Manuel Valls exprime que le plus grand danger actuel pour la France se trouve dans le regroupement familial et l'immigration africaine. Une pure contradiction avec ce soutien actif de la France pour plusieurs guerres qui créent des millions de réfugiés dont une partie importante ne pense qu'à risquer leur vie pour quitter l'Afrique et rejoindre l'Europe.

Comment est-il possible que cet abominable cercle vicieux ne s'arrête : 

- Guerres et bombardementssur des pays musulmaans effectuées et/ou soutenus par les occidentaux

- Afflux de réfugiés des différentes guerres par millions sur l'Europe.

- Scores records des partis d'extrême droite européens surfant sur l' islamophobie et l'immigration, dépassant facilement les 25% de votants comme en France avec le Front National, l'UDC en Suisse, idem en Belgique, Hollande, Scandinavie...

Belote, belote et rebelote !

L'occasion de dire NON à la nouvelle guerre du Yemen commencée la semaine passée et soutenue par la France et les Etats Unis.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.