Guillaume Mouralis
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 nov. 2014

Détournement de mémoire. Das Zentrum für politische Schönheit

Guillaume Mouralis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Détournement de mémoire. Das Zentrum für politische Schönheit

http://www.politicalbeauty.de/ © http://www.politicalbeauty.de/

Le 9 novembre 2014, le Centre pour la beauté politique, c'est-à-dire la beauté du geste politique, a lancé une action peu remarquée de ce côté du Rhin : ce jour là, il célébrait la chute du Mur européen. Armés de pinces et de tenailles, les « activistes », comme les dénomment les média allemands avec une certaine condescendance, ont convergé vers un lieu tenu secret en Bulgarie, pour ouvrir une brèche dans le « Mur européen de la honte ».

C’était le deuxième acte d’une série d’actions d’éclats. Le lundi 3 novembre au petit matin, la police berlinoise constatait la disparition des quatorze croix blanches disposées sur la berge de la Spree, non loin du Reichstag, en la mémoire des fugitifs assassinés au Mur de Berlin. Ce mémorial érigé d’abord en 1971 par une association ouest-berlinoise, face au Mur, n’a pris qu’en 2003 sa place et sa forme actuelles - sept emplacements avec une croix blanche de chaque côté, ainsi qu’un emplacement vide. Il s’agit de l’un des plus anciens mémoriaux honorant les 136 à 250 victimes qui - selon les estimations - périrent au Mur de Berlin entre 1961 et 1989.

Le Centre pour la beauté politique revendiquait immédiatement l’enlèvement. „Les victimes du Mur ont disparu du quartier gouvernemental sur la berge du Reichstag. Elles ne participeront pas aux commémorations du 9 novembre.[2]“  Les proches des victimes ne devaient pas s’inquiéter. Les croix seraient manipulées avec le plus grand soin et retrouveraient leur place après les festivités du 25e anniversaire. En attendant, elles devaient honorer les victimes passées, présentes et futures du Mur européen.  

Les croix subtilisées apparurent bientôt sur les clôtures barbelées de Bulgarie et de Grèce ainsi que dans les mains de candidat-e-s au départ à Melilla, victimes de la militarisation des frontières (photo ci-dessus).

« Nous ne commémorons pas le passé, nous commémorons le présent – et nous faisons tomber le mur extérieur de l’Union. Non avec des mots qui viennent du cœur,  mais avec des pinces coupantes », écrit Philipp Ruch, membre du collectif d’artistes, qui revendique l’art comme « cinquième pouvoir » et conduit une diplomatie allemande « parallèle » en usurpant symboles et titres officiels. Vingt-cinq ans après la chute du Mur, « l’Europe s’est barricadée militairement » ajoute Cesy Leonard. Plus de 14.000 personnes sont mortes aux frontières de l’Europe entre 1988 et 2011[3] et 2500 ont péri en Méditerranée depuis le début de l’année 2014[4].

En Allemagne, les réactions indignées ne se sont pas fait attendre : plusieurs représentants de la CDU, des institutions mémorielles et associations de victimes ont dénoncé une action « de très mauvais goût », qui « porte atteinte à la mémoire des morts de la RDA». La police a ouvert une enquête pour vol aggravé, diligentée par le service de protection de l’Etat.

On notera la voix discordante de Jürgen Hannemann, dont le frère Axel a été abattu en 1962 au Mur de Berlin par les gardes-frontière est-allemands. Il a déclaré comprendre le geste, tout en souhaitant le retour de la croix à sa place. La performance du Centre pour la beauté politique suscite un malaise, dans la mesure où elle rappelle à chacun « pour quelle raison ces croix ont été érigées », comme le remarque un quotidien de Francfort.

 Un geste salutaire face à la désespérante vacuité du « devoir de mémoire. »

Guillaume Mouralis

Chercheur au CNRS, Institut des Sciences sociales du Politique et Université Paris Ouest Nanterre, auteur de : Une épuration allemande. La RDA en procès 1949-2004, Paris, Fayard, 2008.


[1] http://www.politicalbeauty.de/

[2] https://www.indiegogo.com/projects/erster-europaischer-mauerfall

[3] D’après l’ONG United for Intercultural Action. http://owni.fr.

[4] Selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), 15/9/2014, http://www.unhcr.fr.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison