guillaume robin historien
Essayiste et historien d’art.
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 mai 2022

guillaume robin historien
Essayiste et historien d’art.
Abonné·e de Mediapart

Où sont donc passés les génies ?

Lançons un pavé dans la mare : ce que l’on nomme « le génie » existe-t-il encore de nos jours ? Est-on en mesure, à l’heure actuelle, de désigner et de révéler au monde un créateur en avance sur son temps ? Répondre à cette question et donner une définition du « génie » demeure une entreprise à haut risque tant la démarche semble arbitraire.

guillaume robin historien
Essayiste et historien d’art.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Portrait présumé de Léonard de Vinci, Francesco Melzi, 1515-1517, Windsor, Royal Collection © fr.wikipedia.org

Rien ne peut réduire le génie à un stéréotype figé, il n’y a aucune règle en la matière ou éléments de réponse concrète. Et pourtant, si l’on désire se soustraire au relativisme ambiant, il s’avère nécessaire de se jeter à l’eau, d’imposer sa vision et de pouvoir proposer ne serait-ce qu’une ébauche de définition. À ce propos, remettons-nous en mémoire les dires de l’historien d’art, Ernst Gombrich, connu pour ses ouvrages à succès. Ce dernier s’opposait à l’hyper objectivité de l’éminent théoricien allemand, Erwin Panofsky qui lui, définissait le génie comme la manifestation logique de l’esprit d’une époque. Au détriment de cette pensée catégorique, merveilleusement étayée par le dialecticien allemand, Gombrich y opposait son sens de l’instinct. Selon lui, en ôtant la nature même de la subjectivité, qui englobe l’insaisissable émotion, on supprimait, par ricochet, les facteurs porteurs d’un idéal. A l’instar de Gombrich, l’illustre historien Bernard Berenson, spécialiste de la Renaissance italienne, corroborait ces propos en accréditant l’idée que l’indifférence et l’insensibilité ne pouvaient siéger au cœur de la plupart des domaines de la connaissance. De fait, il est vrai que l’homme, par principe, réagit. Il s’émeut, se passionne en face d’une création ; il exprime ses réserves ou s’enthousiasme pour une idée, une pensée. En conséquence de quoi, on peut dire que l’objectivité est un concept « mort-né » auquel il faut, pour exister, lui trouver une légitimité.

Portrait de l'historien d'art Sir Ernst Gombrich. © fr.wikipedia.org

A ce mystère de l’être éclairé, de nombreuses questions surgissent dans notre esprit. De quoi parle-t-on lorsque l’on attribue à quelqu’un les traits d’un génie ? Est-il un grand homme, un modèle, un chef, un héros, un saint ? En réalité, la notion même du génie s’est construite de manière progressive et a traversé les siècles en ayant connu des significations différentes. Sa définition a tellement varié qu’il n’est pas aisé d’en donner une explication exacte, exempt de maladresse. Il est néanmoins envisageable de retracer les étapes qui ont forgées à chaud le culte de cette singularité.

La première étape émerge sous l’Antiquité. On qualifie de génie antique celui dont la ferveur céleste s’est abattue sur son être au point de lui avoir accordé des dons particuliers. Le prototype du génie apparaît ici comme celui de l’élan vital, comme une force intérieure dotée d’un caractère surnaturel. L’âme s’associe au daimon, modèle de sagesse régit par un esprit étranger, héroïque, miraculeux, jonction entre l’homme et les figures mythologiques.

La seconde étape, fondamentale, semble répondre à celle de l’apparition de l’ingenium durant la Renaissance. L’ingenium hérite de la redécouverte des vertus antiques mais celle-ci s’additionne à l’idée d’une faculté naturelle de l’homme pour l’inventivité et l’imagination. En somme, tout ce qui est inné. On passe en quelque sorte d’un talent ouvert à tous à des prédispositions personnelles d’où émerge les premiers relents de la gloire, du renom et de l’immortalité. En cela, le profane entre en collision avec le sacré. Le créateur, prophète en son domaine, serait suffisamment virtuose pour dépasser les dogmes de son temps et affirmer sa suprématie sur son monde environnant. Il est également intéressant de relever qu’à cette époque, dans les arts, on assiste à la genèse de l’historiographie comme en témoigne l’immense fresque des Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes de Giorgio Vasari ; un ouvrage qui divinise certains hommes au firmament de leur art comme Michel-Ange, Brunelleschi ou Raphaël.

Il s’en suit, au XIXe siècle, à l’époque du Romantisme, un renforcement du mythe. Cette troisième étape active une nouvelle image du génie à travers laquelle les émotions nouvelles s’unissent à l’ancienne ère de gloire désormais révolue. Nostalgique du passé, Goethe insistera sur la figure du penseur solitaire, au génie incompris. C’est durant ce siècle que l’on vise, par l’iconographie, à figurer le concept, comme on peut d’ailleurs l’observer dans l’œuvre de Jean Auguste Dominique Ingres La Mort de Léonard de Vinci, illustration du Roi François Ier assis sur le lit de mort de l’illustre prodige de la Renaissance.

La Mort de Léonard de Vinci, Jean-Auguste-Dominique Ingres, Huile sur Toile, 1808, Petit Palais. © fr.wikipedia.org

Quatrième étape : le début du XXe siècle, ère de l’invention qui, à travers la critique, les légendes et les récits littéraires et artistiques, a littéralement consolidé les assises du mythe romantique. Picasso, Marx, Einstein, Freud, Chanel, Pierre et Marie Curie, Pasteur, Churchill auront été célébrés de leur vivant. Ce processus d’élection collectif s’apparente à une volonté d’attiser les passions occidentales à l’âge de la frénésie industrielle et culturelle. Mais le second conflit mondial va mettre un terme à ce renforcement des sacres. Les idoles, en ces temps traumatiques, meurent comme les idéaux... Le génie deviendra désormais un terme galvaudé, appartenant au passé. Il paraît ainsi difficile d’évoquer de façon appuyé dans l’après-guerre, un savant, un artiste ou un scientifique d’exception quand bien même on peut citer dans le désordre quelques noms tels Andy Warhol, Jean-Paul Sartre ou encore Stephen Hawking (la liste n’étant pas figé).

La cinquième étape, qui s’établit au XXIe siècle confirme l’effacement progressif de la notion du génie. La vision nostalgique des temps anciens se substitue à un nouveau narcissisme pernicieux, un caprice sorti de son contexte originel. La perte du spirituel et avec lui, ses héros, annonce une période où la déroute des valeurs donne naissance à des phénomènes éphémères surévalués. La provocation vole la vedette à la découverte, l’aura de la recherche s’effondre au profit d’une image médiatique passagère. Dès lors, on assiste à un carnaval de personnalités qui endossent le costume d’êtres supérieurs alors même que leur banalité se dévoile à nu, au su et au vu de tous[1]. Cette identification au génie n’est, en définitive, pas si étonnante. Signe d’une pathologie contemporaine, elle renvoie à notre propre incarnation et reflète à travers un miroir déformant, une meilleure version de nous-même. Les hommes ont souvent besoin de rêver à une destinée hors du commun et de se croire dotés de talents suprêmes, probablement dans le but de répondre à une vie quotidienne plutôt monotone. L’intensification de la vie passe donc par cette illusion, ce mirage d’une existence sublime.  

Le temps, qu’on se le dise, n’est pas linéaire. Des transformations, des bouleversements viennent trahir son ordre bien défini. Au point de penser que les maîtres d’aujourd’hui deviendront peut-être les disciples de demain. La réévaluation de la postérité, le déplacement des jugements de valeur sur le caractère fulgurant de certains hommes se mesurent à l’aune des acquis sociaux et culturels qu’il faut compléter, absorber et digérer. Car l’intelligence et les facultés, aussi incroyables soient-elles ne suffisent certainement pas à conforter la promesse d’une gloire posthume. La balance du temps pèse lourdement sur cette différence flagrante qui réside entre la reconnaissance d’un « public instantané » et celle du « plus grand nombre ». Il faut donc de la durée pour que l’entendement soit significatif, une certaine distance pour qu’une pensée devienne universelle et une pléiade de chercheurs et d’évènements manifestes dans l’histoire pour que ce vœu pieu d’un génie attesté par le commun des mortels, veuille bien apparaître.

Donner aujourd’hui son opinion sur un génie est-il donc vain et prétentieux ? Assurément non, car la quête de la perle rare se révèle être une aventure extraordinaire et entend prouver que, même s’il l’on se trompe, l’homme aspire à réenchanter son monde et à croire de façon ostensible au progrès. D’ailleurs, si le beau, la découverte, le goût restent des notions d’ordre personnel, il faut donc que l’auteur de l'article puisse répondre à la question d’origine, à savoir : « où sont donc passés les génies ? ». Si je suis le raisonnement de Gombrich, un parti pris s’impose. Concernant notre période actuelle, en toute honnêteté, mon ignorance dans la plupart des branches du savoir ne m’autorise pas à divulguer de noms spécifiques. Mais, en tant que passionné de l’art, et s’agissant de la période du XXe siècle, j’aime à penser qu’Isidore Isou, fondateur du dernier mouvement d’avant-garde, le lettrisme, est un homme de premier plan qui a eu un rôle important à jouer dans le renouvellement de notre bagage intellectuel. Ce créateur, mésestimé, aussi adulé par ses pairs que détesté par ses confrères, a su anticiper les révolutions artistiques et même politiques qui se sont manifestées dans la deuxième partie du siècle dernier. D’une part, grâce à la rédaction de son traité/manifeste d’une Introduction à l’esthétique imaginaire qui annonce les propositions de l’art conceptuel d’aujourd’hui puis, avec les manifestes du Soulèvement de la Jeunesse, révélateurs des contestations étudiantes qui se sont produites à la fin des années 60. Naturellement, cette thèse nécessiterait un plus long développement qui ne peut malheureusement trouver sa place ici. Dans tous les cas, la question reste ouverte et le choix, intime. Chacun est libre de valider cette préférence tout comme il peut la critiquer, souvent d’ailleurs, il faut bien l’admettre et s’y résoudre, au profit de sa propre inclinaison pour d’autres personnes de valeurs.

Portrait d'Isidore Isou en 1951 (extrait du film Traité de bave et d'éternité)

In fine, il serait diablement intéressant de faire un sondage parmi nos lecteurs afin de savoir qui pourrait être considéré comme un génie aujourd’hui ou dans la deuxième partie du XXe siècle. Et d’ailleurs, est-ce une question encore valable ? Est-on finalement passé de plusieurs siècles de génies à un siècle d’individus qualifiés dans un domaine précis ? La technologie est-elle le seul fer de lance de nos sociétés modernes, révélatrice d’intentions géniales ? La question, encore une fois, reste en suspens… Seul le temps permettra de nous apporter une réponse valable. Au final, que le génie se manifeste importe peu, l’intention est là et le jeu d’approfondir nos connaissances en vaut la chandelle. Pour ma part, je crois sincèrement que la recherche, le travail et une bonne dose d’intuition, permettront de distinguer, de faire le tri et de révéler qui mérite, plus qu’un autre, d’entrer dans ce panthéon légendaire.

[1] On en veut pour preuve les affirmations récentes d’un certain rappeur aux États-Unis.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Le renseignement de sources ouvertes, nouvel art de la guerre d’Ukraine
La collecte et l’analyse des traces numériques laissées par les combats qui font rage en Ukraine peuvent-elles avoir une incidence sur le déroulement du conflit ? La guerre du Golfe avait consacré la toute-puissance de la télévision, celle d’Ukraine confirme l’émergence de l’Open Source Intelligence (OSINT).
par Laurent Geslin
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello
Journal — Terrorisme
Tuerie à la préfecture de police : « J’ai eu l’impression qu’il était possédé par le diable »
Mickaël Harpon se considérait comme frappé par une triple peine : handicapé, agent (administratif et non policier) et musulman. À l’issue d’une nuit folle où il s’imagine dialoguer avec Allah, l’informaticien de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris va tuer quatre collègues.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Discrimination des femmes : la Défenseure des droits met un carton rouge à l’Olympique lyonnais
Dans une décision dont Mediacités révèle la teneur, l’autorité indépendante, saisie par une ancienne joueuse, reproche à l’OL de ne pas respecter « les principes fondamentaux de non-discrimination fondés sur le sexe » et « la protection de l’intérêt supérieur des jeunes filles mineures ». Tout le football français est concerné.
par Justin Boche (Mediacités Lyon)

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel