Amis Insoumis, votons Macron et rions-lui au nez

Amis Insoumis, le constat est sans appel : nous avions raison sur toute la ligne. Le projet phare de notre campagne, la 6e République devient plus qu’une nécessité, c’est une urgence. En attendant, nous devons faire avec la cinquième et la cinquième est une monarchie présidentielle. Sans ambigüité. A qui voulons-nous la confier?

Amis Insoumis, le constat est sans appel : nous avions raison sur toute la ligne. Le projet phare de notre campagne, la 6 éme République devient plus qu’une nécessité, c’est une urgence. En attendant, nous devons faire avec la cinquième et la cinquième est une monarchie présidentielle. Sans ambigüité. A qui voulons-nous la confier?

Cela fait maintenant 48 heures que nous connaissons les résultats et les réseaux sociaux ont pu entendre notre colère et notre dégout. Ils sont légitimes mais il nous faut maintenant l’admettre sans nous leurrer : nous avons perdu. Nous n’avons pas réussi à convaincre.

Je vois maintenant fleurir sur les réseaux sociaux des Insoumis tentés par l’abstention ou le vote blanc. Réfléchissons-y ensemble, tranquillement, pacifiquement. Nous analyserons plus tard les raisons de notre défaite, car elles sont nombreuses et nous devrons en tirer des enseignements. En attendant, regardons les choses en face.

L’article 16 de la constitution de la cinquième république permet de donner les pleins pouvoirs au président de la République. Nous connaissons bien le 49.3 ainsi que les amendements. Rien qu’à eux trois ils donnent un pouvoir dictatorial, monarchique, au président de la République.

Il s’agit maintenant pour nous, en connaissance de cause, de savoir faire la différence entre un démocrate et une fasciste. Le choix est aussi simple que ça.

Je ne chanterais jamais les louanges d’Emmanuel Macron, c’est le boulot de ses militants, en attendant, ce simple argument me suffit pour faire un choix.

Je crois qu’il faut que nous nous posions les bonnes questions.

- Comment aurions-nous pu militer depuis un an et demi pour plus de démocratie et finalement offrir les pleins pouvoirs à Marine Lepen en nous abstenant ou en votant blanc ?

- Comment aurions-nous pu mener cette campagne tambour battant en hurlant « résistance » pour finalement collaborer par notre silence ou notre frustration ?

- Comment aurions-nous pu jeter toutes nos forces dans la bataille pour plus de droit, plus de démocratie et fermer les yeux sur l’accession au pouvoir de ses ennemis ?

Hier, j’ai vu une voiture accélérer alors qu’une dame voilée traversait le passage piéton. Je me force à croire que le conducteur ne l’avait pas vu mais cela me semblait tout à fait volontaire. Si ces gens-là se sentent légitime d’agir ainsi sans avoir aucun pouvoir constitutionnel, comment agiront-ils quand ils seront légitimés par le peuple Français ? Par nous et notre silence complice ? Par notre adhésion muette aux failles de ce système à bout de souffle ?

Nous avons tous des amis arabes, beurs, métissés, issu de l’immigration. Comment pourrons-nous les regarder dans les yeux si demain nous laissons ceux qui les détestent s’emparer du pouvoir ? Comment regarderons-nous nos enfants si nous laissons cette bataille se dérouler sans nous ?

En 1933 Hitler a accédé au pouvoir en grande partie grâce à l’abstention. Quel regard ceux qui à cette époque ne sont pas allé voter pouvaient-ils avoir sur les juifs 15 ans plus tard ? Et non, la comparaison n’est pas trop forte. Elle est historique. L’un des piliers fondateurs du FN s’appelait Léon Gaultier, il était SS. Jamais, à aucun moment Marine Le Pen n’a contesté ou remis en cause ce pilier de la création de son propre parti. Leurs racines sont ancrées dans les actes les plus antisémites de notre histoire. Et si Marine Le Pen vous apparait adoucit, demandez-vous qui sera à ses côtés une fois que nous l'auront poussée au pouvoir.

Comme je disais en préambule, nous avions raison car le vote blanc devrait être pris en compte. Mais dans la constitution actuelle, il est inutile, il n’est pas comptabilisé. Comment pourrions-nous nous abstenir alors que notre 6 éme république prévoyait le vote obligatoire ? Il faut que nous soyons cohérents avec nos idées. Si le vote avait été obligatoire, les bulletins blancs seraient devant Marine Le Pen et l’élection serait à refaire. Aujourd’hui c’est bien elle qui est au second tour.

Il nous faut maintenant agir avec sang-froid et regarder devant nous. L’échéance qui nous attend pour les législatives est tout aussi importante et c’est peut-être notre chance. Entre un PS en lambeau, une droite qui se déchire, en mouvement En Marche pas assez ancré dans le paysage politique, nous avons clairement une carte à jouer. Après un an et demi de campagne, après les caravanes des Insoumis, nous avons commencé à ancrer des idées mais le terreau reste fragile. Il faut l’entretenir pour que fleurisse notre cause.

Et si nous étions en tête des législatives ? Avec 7 millions de voix, ce n’est pas improbable. Et si demain Mélenchon était le premier ministre de Macron ? Nous tiendrions une revanche incroyable ! Je ne suis pas naïf, il y a peu de chance que ce scénario aboutisse mais il est drôle et le rire est notre arme. Rions au nez de tous ceux qui nous méprisent, qui ne croient pas en nous, qui pensent que nous sommes de doux rêveurs !

Si demain nous avons un nombre conséquent de députés Insoumis à l’assemblé nationale, nous savons que leur main ne tremblera pas s’il faut voter une motion de censure, nous savons qu’ils ne suivront pas de consignes partisanes mais qu’ils agiront pour l’intérêt général. Plus ils seront nombreux, plus nos idées avanceront !

Ne nous leurrons pas, nous avons dans nos rangs des anciens électeurs du FN. Leur adhésion reste fragile. Selon vous, que feront-ils aux législatives si Marine Le Pen gagne le 7 Mai ?

Si Marine Le Pen est élue présidente de la République le 7 Mai, la France Insoumise disparaitra totalement du paysage politique et tout cela aura été vain.

Il ne s’agit pas de faire campagne pour Macron mais d’être cohérent, ferme et de faire entendre pleinement la seule voie possible. Il faut battre le plus largement possible le Front National. Il faut leur faire à tous ce pied de nez incroyable : voter Macron au second tour pour atteindre la victoire aux législatives.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.