guy Baillon
Abonné·e de Mediapart

12 Billets

1 Éditions

Billet de blog 19 avr. 2010

A Paris une descente d’inspecteurs de la DASS viole l’espace d’un GEM et annonce ainsi un deuil pour la psychiatrie.

guy Baillon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paris le 19 avril 2010

A Paris une descente d’inspecteursde la DASS viole l’espace d’un GEM et annonce ainsi un deuil pour lapsychiatrie.

Les Groupes d’Entraide Mutuelle, ce ‘diamant’ de la loi surl’Egalité des Chances, courent un nouveau danger, après leur budget, c’est lesens même des GEM qui est compromis.

Jusqu’où va aller l’Etat ? Avant même la loi surl’obligation de soins à domicile qui va rompre l’intimité des personnes, desinspecteurs s’inspirent dès maintenant de son esprit et s’octroient le droit devioler ce dernier espace où des personnes vulnérables avaient la certitude depouvoir se rassembler en petits groupes, sans être sous la tutelle ni dessoignants, ni des acteurs sociaux.

La semaine dernière ‘quatre’ inspecteurs de la DASS de Parisont ‘déboulé’ à l’improviste dans un GEM et, certes après s’être présentésofficiellement (noms, grades, fonctions), ont ‘interrogé’ deux jours desuite les 6 à 8 personnes présentes, de simples usagers de lapsychiatrie !

Il me paraîtimpossible de penser que ces fonctionnaires savaient ce qu’ils faisaient !et qu’ils violaient ainsi un des derniers lieux d’accueil créé en France (aout2005), plus sacré qu’un asile politique, un lieu où il est encore licite d’êtrefou sans que personne n’ait rien à en dire, et où l’on peut s’entraider entoute quiétude sans avoir à en rendre compte.

Ces inspecteurs ne peuvent avoir été amenés à commettrepareil délit (sur le plan éthique au moins c’est un délit, sur le plan d’uneassociation 1901 aussi) que sous l’effet d’une très grave« dénonciation ». Un tel fait est assez grave pour que la presse s’ensaisisse. Violation de l’intimité de ce lieu d’accueil que sont les GEM.

Il vient briser un grand projet créé par la FNAPSY et l’UNAFAM : ce projet se voulaitselon ces grandes associations nationales des familles et des usagers comme unlieu d’accueil où osent venir directement des personnes vivant de grandessouffrances psychiques, mais dont certaines refusent d’aller dans un lieu desoin de peur d’être étiquetées malade mental ou en situation de handicappsychique ; le simple ‘bouche à oreille’ devait suffire pour que despersonnes isolées osent sortir de leur isolement et trouvent là un appui etplus tard peut-être un accès à des soins. 343 GEM ouverts en 4 ans ! Unsuccès !

Ce n’est pas un hasard si le GEM ‘visité’ est sous laresponsabilité d’une association que préside la Présidente de la FNAPSY que despersonnes du Ministère de la Santé veulent clairement écarter de la scènepolitique depuis deux mois. Ainsi sur la simple dénonciation d’un acteurmalveillant s’appuyant sur des complicités, ce projet pour lequel la Présidentede la FNAPSY s’est battue depuis 2005 aux côtés de l’UNAFAM et de la CroixMarine est en voie d’être brisé, si la base, les usagers et la psychiatrie nese révoltent pas.

De façon clairel’Etat veut reprendre en mains les usagers de la Santé Mentale. LaPrésidente de la Fédération des associations d’usagers la plus importante porteombrage au Ministère, il suffit à celui-ci de faire ‘interroger’ les membres duGEM qu’elle préside pour penser obtenir d’eux des aveux d’actes inadmissibles,qui ne seront que ‘des actes d’entraide mutuelle’ !

Nous donnerons demain dans Médiapart (contes de la folieordinaire) des détails sur cette ‘descente’, et sur la gravité de sesconséquences pour l’avenir des ‘usagers’ et de la psychiatrie française, enespérant que la grande presse s’en saisisse.

GuyBaillon, psychiatre des hôpi

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart