Le Dormeur du Port...

 

 

 

 

 

 

 

C’est un bassin du Port

Où ne chante nulle rivière.

 

Etendu sur le bitume,

Il dort,

Semble sourire.

 

Le vent du large

Ne fait plus frissonner sa narine.

 

Pour lui, j’eusse souhaité

Un trou de verdure,

Un luisant soleil

Qui l’inonde de ses rayons.

 

Il ne semble pas avoir souffert,

C’est là l’essentiel…



Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.