Napoléon, acquitté à la Sorbonne...

 

 PHO70c40072-0e9f-11e5-a751-c2277fe2a60e-805x453.jpg

               " Lundi 8 juin se tenait à la Sorbonne le très attendu «procès» de Napoléon, organisé par la Fédération Francophone de Débat. Au terme de plusieurs heures d’échanges passionnés, l’Empereur a finalement été acquitté, à la grande joie du public présent."  Le Figaro

        

                 Rappelons, à la décharge de celui qui allait devenir « l’Empereur des Français » que le régime né de la révolution française avait amené la Grande Bretagne à monter et financer les coalitions des monarchies européennes dès 1792, coalitions qu’il tenta de briser dès son  arrivée au pouvoir en 1799 par le coup d’Etat du 18 brumaire.               

                 Génie militaire, il conduisit les armées françaises de victoires en victoires à travers toute l’Europe. 

                  Voulant abattre définitivement son ennemi britannique, il rassembla, de 1803 à 1805,  60 000 hommes au camp de Boulogne dans le but d’envahir l’Angleterre.

                  Hélas pour lui, c’était sans compter sans le génie militaire de l’Amiral Nelson qui, à la tête d’une flotte pourtant inférieure en nombre, détruisit l’armada franco-espagnole le 21 octobre 1805 à la bataille de Trafalgar. Napoléon n’avait pas su insuffler à l’amiral Villeneuve son sens de la manoeuvre. 

                   La Grande Bretagne, désormais maîtresse des mers, était définitivement hors de portée… 

                   La paix de Tilsit (1807) amena Napoléon à l’apogée de son règne, la France et la Russie se partageant le continent européen. Mais la grande erreur de l’empereur, en détrônant le roi d’Espagne Charles IV pour le remplacer par son frère Joseph, devait conduire le peuple espagnol au soulèvement qui allait ébranler le fragile édifice napoléonien. 

                    Les conflits  appelés alors à s’enchaîner ne pouvait qu’aboutir, quelques années plus tard, à la cinglante défaite de Waterloo…   

                    Innocent ? Coupable ? La Sorbonne a tranché. 

                    Les centaines de milliers de tués et blessés à travers toute l’Europe n’ont pas été décisifs dans l’oscillation du fléau de la balance…

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.