Vendée Globe Challenge-La trempe des Héros..

REGATTA Magazine N°100 Volvo dans la tempête, Sam Davies, Bouvet Guyane, RS X © Guy Bloy

 

                   Hommage à la témérité des skippers en solo.



                          Ces images d'une course en équipages (Volvo Ocean Race) laissent entrevoir pourquoi le Vendée Globe Challenge, tour du monde à la voile en solitaire qui se déroule tous les quatre ans (et dont le départ a lieu aux Sables-d'Olonne en novembre) est considéré, à juste titre, comme l'épreuve la plus difficile pour les navigateurs à tel point qu'elle a été surnommée "L'Everest des Mers".


                          Cette course se déroule sans escale (les concurrents ne peuvent mettre pied à terre) et sans assistance:

                    
                          Un médecin ne peut intervenir à bord, seules les communications radio sont autorisées; c'est ainsi qu'en 1992 Bertrand de Broc a dû se résoudre à se recoudre la langue avec un miroir sous les conseils du médecin de la course, le docteur Chauve.


                           En cas de problèmes matériels ou techniques, les concurrents ne peuvent accoster d'autres bateaux.


                           Le skipper doit assumer seul ses choix de route en prenant en compte directions et forces des vents et de la mer avec la seule aide des bulletins météo transmis chaque jour à l'ensemble des concurrents. Le routage personnel par radio est donc interdit.


                          On ne compte plus les navigateurs disparus en mer lors des différentes courses: Alain Colas, Loïc Caradec, Daniel Gilard, OlivierMoussy, Marie-Agnès Péron, Mike Plant, Pascal Leys, Olivier Vatinet, Gerry Roufs, Paul Vatine...

 


                         En permanence, le marin doit composer avec la mer et les vents car, faut-il rappeler cette évidence, ce sont les éléments naturels qui sont toujours vainqueurs.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.