André

                 

images?q=tbn:ANd9GcR95aXoVuvHqfT4MaO37E0Abn938QB_MQagqfpF3FDcg5M14-9F

 

 

                   Ce lundi soir, 21h00...  

                   Le téléphone sonne.

                   C'est André. Il m'apprend qu'il est à l'hôpital. Il a eu un malaise, a chuté et s'est fracturé l'avant-bras. Une blessure d'une importance relative, même chez une personne d'un certain âge.

                    Mais il m'apprend dans un second temps que ce malaise est consécutif à une embolie pulmonaire qui vient d'être diagnostiquée.

                    Je le connais bien André. Il a voulu m'apprendre les choses en graduant leur importance. C'est bien lui ça...


                    La conversation est brève. Il ne souhaite pas s'épancher. La voix s'efforce d'être neutre. Une émotion, une inquiétude à peine perceptibles. La fierté, souvent; la pudeur, toujours...


                    Il a été opéré d'une saloperie il y a quelques mois. Pour l'instant R.A.S. Faut attendre...


                    André, c'est un ami d'enfance. On a fait, comme disait l'autre, les "quatre cents coups".


                    La vie nous a séparé parfois mais les moments vécus sont là, dans notre mémoire.


                   Et je ne peux m'empêcher de penser aux autres amis, plus ou moins proches, qui sont "partis". La mort de chacun d'entre eux a été pour moi un deuil d'une partie de ma personne.


                   Car nous n'existons qu'à travers les autres.


                  Ils sont nos Racines.


                   Ils sont Nous...


                                                                                             Guy Belloy

 

N.B. : Bon, j'ai un peu "craqué" là. T'es pas encore parti André (lol). Tiens le coup, bord.. !

 

                 Monday night, 9:00 p.m. ...

                 The phone rings.

                It is Andrew. He tells me he's in hospital. He has fallen down and fractured his forearm. An injury of relative importance, even in a person of a certain age.

                But he tells me, in a second time, that this accident happened because of a pulmonary embolism that has just been diagnosed.

                I know Andrew. He wanted to let me know me things gradually. He is like that ...

               The conversation is brief. He does not want to spill out. His voice strives to be neutral. An emotion, a barely perceptible anxiety. Pride, often; modesty, always ...


               He had surgery - some crap - a few months ago. He's got to wait ...


              Andrew is a friend since childhood. He was the one with whom I used to paint the town red.


              Life separated us sometimes but lived moments are there in our memory.


             And I cannot help thinking of other friends, more or less close, who have "left". The death of each of them was for me death of a part of me.


            Because we exist only through others.


            They are our roots.


            They are part of Us...


                                                                                       Guy Belloy

 

N.B.: Well, I broke down a bit. You haven't passed away yet Andrew(lol). Stay strong ..!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.