Lettre à France Terre d'Asile

Voici le texte du courrier envoyé à la direction de cet organisme dont le nom est le contraire de leur action

Chers Petits Caporaux

Félicitations.  Oui vous pouvez être fiers de vos troupes. Ils exécutent parfaitement vos ordres. Si bien que l'on peut imaginer le dialogue suivant quand vos petits soldats rentrent chez eux le soir  :

"-Bonsoir papa, bonsoir Maman ! Vous avez passé une bonne journée ?

 - Oh oui mon enfant. Nous avons été bien obéissants aujourd'hui. Nous avons enfoncés la tête d'autres enfants sous l'eau

 -Ah bon ! Vous avez été à la piscine ?

 - Heu ! C'est pas vraiment ça. On en reparlera plus tard.

 - Dis papa, dis Maman, je peux aller jouer au foot avec mes amis africains ? "

Pour remplir vos caisses vous avez signé une convention afin d'évaluer l'âge d'enfants qui viennent de vivre un enfer.

Même le plus fin psychologue est dans l'incapacité de donner un âge précis à une personne en la regardant et en l'écoutant. 17-18 ans ! Cette fameuse frontière entre mineur et majeur.

Mais pour de l'argent et une médiocre petite carrière, pas le moindre état d'âme. Ni vous ni vos collaborateurs. Vous avez osé demandé la dissolution du groupe "génération identitaire". Vous êtes gonflés (excusez cette familiarité) car ce que vous faites c'est exactement la même chose que dans les Alpes mais au chaud dans vos bureaux. Ponce Pilate et Judas auraient bien aimé vous connaître, c'est sûr.

Ah! J'allais oublier. Votre structure devrait changer de nom . FRANCE TERRE DE RENVOIS (j'insiste sur le "S") serait plus approprié pour illustrer votre admirable dévouement à ceux qui ne connaissent pas le mot "Solidarité"

Et oui, j'ai lu plusieurs de vos comptes-rendus d'évaluation. Mensonges, préjugés, déformations de faits, interprétations débiles. Voilà ce qu'on peut lire au fil des pages. Mineur ou majeur, Messieurs, c'est du PHYSIQUE et pas du psychologique de bas étage. Je peux vous mentir pendant des heures, ce n'est pas cela qui indique l'année de ma naissance. Vous le savez très bien mais l'appât du gain est plus fort. Ce qui vous rend, vous et votre organisme, encore plus minables.

Je vais diffuser ce courrier dans la presse, les réseaux et tout ce qui permettra de vous montrer du doigt avec dégoût.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.