L’honneur perdu de l’UMP

Durant mon voyage d’un  mois en Argentine, j’ai suivi le feuilleton UMP, au gré des connections internet, parfois aléatoires, du fin fond de la Patagonie ou au pied du Fitz Roy (qui est au Chili, comme chacun sait) qui incite à l’humilité et à l’exigence d’honneur. Ces pantalonnades m’ont paru tellement petites, tellement mesquines et aussi tellement dangereuses pour l’avenir.

Et dire que ces deux petits messieurs ont raillé les primaires socialistes, ont dénigré la culture du débat à gauche, distribuent  des leçons qu’ils ne s’étaient pas appliquées à eux-mêmes. Et dire que ces deux petits messieurs, avec tant d’autres, ont soutenu l’agité apprenti sorcier et ont « joyeusement » contribué à la régression de la société française au cours de cette dernière décennie. Et ces petits messieurs, après l’avoir abimée, voulaient continuer à diriger la France au nom de cette pseudo- légitimité de ceux qui se croient propriétaires du pouvoir, propre à la droite. C’est aussi la confirmation a posteriori que l’alternance politique de juin 2012 était une respiration démocratique vitale, que la refondation de la société française une nécessité absolue : c’est le travail de la gauche et elle sera jugée là-dessus, le moment venu, sans concessions.

Qu’a-t-on observé ? des manœuvres frauduleuses, des intérêts privés, l’absence totale de l’intérêt général, des ambitions personnelles difficilement masquées par un discours creux, des idées indigentes, des propositions régressives et conservatrices, une absence de vision, une pauvreté affligeante du débat et une absence totale de différenciation des candidats sur le plan idéologique. Et, cause et conséquence, d’abord, une incapacité à faire et donc à assumer le bilan de la dernière décennie et surtout du mandat Sarkozy. La coloration Sarkozy aux reflets d’extrême droite est plus forte que jamais et constitue une marque désormais indélébile. Amoralisme, Immoralité et du pénal en prime.  Où est l’exemplarité ?

Que pourrait-il se passer ? Le scénario le plus probable est la scission de l’UMP, et donc  son implosion, où une partie non négligeable des membres rejoindront les rangs du FN, par nature, par conviction et élections 2014 obligent, l’autre se dispersera dans un centre/centre droit, autour de JL Borloo dont la stature effilochée n’incite pas vraiment à l’engagement. N’oublions pas : il a été ministre du gouvernement Fillon et avocat d’affaires, inventeur et bénéficiaire du système « Tapie » : belle référence !

En conclusion, la disparition de l’UMP et je crois de la droite,  pourrait me réjouir. Mais les conséquences potentielles m’en empêchent. Messieurs Fillon et Copé, le résultat de vos primaires est pitoyable : une nouvelle régression démocratique. Décidément, aucun progrès sociétal et démocratique ne viendra de vous. Je m’en doutais et la confirmation est douloureusement éclatante.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.