Guy Flury
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2013

La misérable pseudo loi de séparation bancaire

Guy Flury
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors que l’on s’oriente, après l’adoption du texte en deuxième lecture par l’Assemblée Nationale, vers un vote définitif d’une loi dite de séparation et de régulation des activités bancaires, il n’est pas inutile de tirer les enseignements de ce processus législatif qui déshonore la gauche toute entière et les institutions représentatives. Si une bataille est perdue, la guerre ne l’est pas pour autant car ceux-là mêmes qui se sont targués d’être des précurseurs vont s’apercevoir qu’ils ne sont que de petits suiveurs. Une bataille est perdue, l’honneur de la gauche et de de FH le sont  aussi sur cette succession de petits renoncements.

Le premier enseignement : le verrouillage politique du processus législatif par P. Moscovici et sa garde rapprochée. Alors qu’une majorité de banquiers, en privé, d’économistes de tous bords, d’organismes publics français et internationaux considèrent que les activités bancaires doivent être séparées d’une part pour protéger les déposants et les contribuables, d’autre part pour décontaminer l’économie réelle des effets néfastes de la spéculation et des risques qu’elle engendre, le gouvernement propose un projet de loi dont d’aucuns ont écrit qu’il était rédigé par les services de la Fédération Bancaire Française, lobbyiste  de l’industrie bancaire française.

Comment se fait-il que Karine Berger, très en pointe avant les élections, s’est transformée en défenseur de la banque universelle française qui rassemble en son sein toutes les activités bancaires y compris les plus spéculatives ?

Comment se fait-il que le rapporteur de la Commission des Finances Richard Yung s’est comporté en valet servile de Pierre Moscovici, écrasant toutes les velléités d’amendements présentés par quelques socialistes courageux, les représentants EELV et les communistes comme A. Bocquet ?

Comment se fait-il qu’une ancienne cadre supérieure de BNPP dans les activités de marché, Valérie Rabaud soit vice-présidente de la Commission des Finances de l’Assemblée Nationale ?

Comment se fait-il que Karine Berger et Valérie Rabaud se soient montrées si complaisantes avec les présidents des grandes banques et si hypocritement méprisantes avec des représentants d’organisation comme Finance Watch ? Il est urgent qu’elles visionnent  des auditions de responsables économiques par des parlementaires américains ou anglais. Elles comprendraient mieux ce qu’est la responsabilité d’un élu, l’indépendance et le conflit d’intérêt qui vont avec.

Comment se fait-il qu’une petite dame, Sophie Mazetier, accuse le représentant de Finance Watch de promouvoir le modèle bancaire de Goldman Sachs ? Stupidité, forfanterie ou manipulation ?

En réalité, le projet devait être ficelé dès les mois d’été avec une consigne : séparez le moins possible. On a lâché des avancées sur les  paradis fiscaux à CCFD, les députés pour l’essentiel s’en sont remis à leurs leaders sans faire l’effort de comprendre, on a dû dire à K. Berger qu’elle était intelligente et que si elle faisait passer ce texte, elle en serait peut-être récompensée etc. Pourvu qu’on ne touche pas à l’article 1.

Deuxième enseignement : le lobby bancaire est extrêmement puissant et la consanguinité qui règne entre les responsables de l’industrie bancaire et les hauts fonctionnaires de Bercy mais aussi de l’Elysée ne fait que démultiplier cette force de nuisance. Pour s’en convaincre, suivez le parcours des hauts fonctionnaires en question, examinez le cv des dirigeants et administrateurs des banques. La cartographie de la gouvernance bancaire est éclairante. La réponse est évidente. La loi de moralisation en préparation devrait traiter impérativement cette  question du pantouflage. On va probablement me taxer de populiste, normal, çà fait partie des éléments de langage utilisés par lesdites élites pour se protéger, comme tant d’autres.

Troisième enseignement : la force de frappe ou de nuisance des lobbies bancaires est considérable. En face, des bonnes volontés, des organisations citoyennes aux moyens trop limités, hors des partis car ces derniers ne font plus leur travail. Parmi ces organisations : Finance Watch, Oxfam, CCFD Terre Solidaire, Collectif Roosevelt, Anticor, Terra Nova, DiaCrisis,  pour ne citer que ces quelques-unes. Ces organisations citoyennes, libres car non inféodées sont à l’image de cette nécessaire et vitale réappropriation par les citoyens de leur destin. Elles doivent être encouragées, financées, promues, rejointes. Il faut faire monter cette vague citoyenne. L’approche Top-Down a vécu, vive l’approche Bottom-Up.

Quatrième enseignement en guise de plan d’actions : le gouvernement Hollande ayant failli sur cette loi, il reste l’Europe qui se prépare à présenter une directive européenne. Faisons savoir le mécontentement, faisons des propositions. Agissons en masse.

 Et en guise de conclusion cette fois, allez sur le site du Nouvel Obs avec le lien ci-dessous où vous trouverez une chronique décapante sur l’argumentation fallacieuse des banquiers, rédigée par un groupe de travail du Collectif Roosevelt.

 http://leplus.nouvelobs.com/contribution/884210-activites-bancaires-la-speculation-ne-doit-plus-se-cacher-au-milieu-des-credits.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille