Guy Flury
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 sept. 2012

Sortons de la confusion

Guy Flury
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'affaire Peugeot est emblématique de la confusion et de l'amalgame qui règnent en matière de plans sociaux. Il faut redonner à cette expression un contenu digne et à la hauteur des enjeux.

 Malheureusement les plans sociaux sont parfois nécessaires d'où l'impérieuse nécessité d'anticiper les évolutions pour mieux assurer l'avenir; dans le cas particulier, des erreurs stratégiques et une occultation coupable ont renforcé le caractère aujourd'hui presque irréversible de la fermeture de l’usine d’Aulnay si je me réfère au seul rapport de M.Sartorius. Mais écrire comme le fait la presse  que le gouvernement accepte la fermeture de l’usine est un mauvais angle d’analyse, qui n’apporte rien au débat et attise inutilement  les passions.  Force aussi est de  reconnaitre que cette confusion résulte aussi d’une communication maladroite et ambigue du gouvernement. L’obligation du gouvernement dans cette affaire est de veiller jusqu’au bout du processus, que :

-          Tous les salariés soient indemnisés correctement et une rémunération leur soit  assurée  jusqu’au retour à un emploi ;

-          Tous les salariés doivent être reclassés dans des conditions similaires à celles dont ils bénéficiaient, dans des entreprises du groupe, d’autres entreprises existantes ou à créer.

-          Tous ces engagements sont correctement chiffrés dans les comptes et le gouvernement se donne les moyens de sanctionner Peugeot en cas de non-respect de ces engagements.

-          S'assurer que les subventions ou autres avantages  perçus pour soutenir l'activité à Aulnay sont bien remboursées.

C’est aussi le prix à payer pour des actionnaires et un management qui ont failli dans leurs responsabilités. Dire aujourd'hui  qu’on va maintenir l’usine, en continuant à produire des 2007 est une hérésie coupable ; peut-être était-ce encore  possible il y a 5 ans, çà ne l’est probablement plus aujourd’hui. Il est donc inutile de faire semblant, du côté gouvernemental ou syndical,  que c’est le combat à mener, est une colossale hypocrisie qui instrumentalise les salariés concernés. Je comprends la douleur de l'invitée du Grand Journal, mais il y a des combats qui se termineront fatalement mal, à terme. Il est préférable de prendre les choses par un autre bout.

Cette affaire interpelle aussi sur un autre plan : celui du dialogue social. Faut-il qu’il ait été  pauvre, mesquin, malhonnête, ressemblant davantage au jeu du chat et de la souris pour arriver à un si pitoyable degré d’anticipation et de gestion de l’avenir. Qui est responsable de cette qualité médiocre ? le management ? les syndicats et leurs représentants ? Comme c’est le management qui détient les clefs, il lui appartient de créer les conditions d’un dialogue constructif. Mais dans un dialogue, on est toujours au moins à deux et nul ne peut totalement s’exonérer de toute responsabilité dans l’échec d’une négociation.

Cette affaire donne aussi une certaine crédibilité aux propositions de François Hollande en matière de gestion prévisionnelle de l'emploi par une obligation d'anticipation et une sanction forte de l'impréparation de l'adaptation. Le patronat a un effort important à faire, les syndicats ont probablement aussi une approche différente à imaginer. Il n'est pas question pour les entreprises de privatiser les profits et de mutualiser les difficultés et les pertes, surtout et d'autant plus si elle résultent d'erreurs stratégiques. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Éthiopie, de la guerre civile au nettoyage ethnique
Le sociologue Mehdi Labzaé et l’historien Paulos Asfaha dissèquent les mécaniques du conflit qui déchire le nord de l’Éthiopie depuis novembre 2020. Parti de désaccords sur la forme de l’État fédéral éthiopien, il a fait des dizaines de milliers de morts et conduit à un nettoyage ethnique visant les Tigréens.
par Justine Brabant
Journal
Les députés français condamnent le génocide des Ouïghours
À la quasi-unanimité, l’Assemblée nationale a invité ce jeudi le gouvernement français à reconnaître le génocide commis envers la minorité turcique, à majorité musulmane, du nord-ouest de la Chine. La France Insoumise s’est abstenue, tout comme un élu communiste, évoquant soit le manque de consensus au sein de la communauté des experts, soit la guerre froide menée par Washington contre Pékin. Le seul à avoir voté contre appartient à La République en marche.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT