Lettre à M.Valls: chronique d'une mort annoncée.

Le PS est à 21%, le FN à 25% et l’UMP dont la porosité au FN n’est plus à démontrer, surtout avec l’apprenti sorcier qui préside ce parti, à 29% après le premier tour.

Comment en sommes-nous arrivés là ?

C’est, je crois, notamment et principalement le produit de l’action des gouvernements successifs depuis 2012 et de celle du Président François Hollande.

En ne traitant pas les Français en adultes responsables, en leur tenant un discours qui fait injure à l’intelligence, lénifiant et irresponsable. En ne rappelant pas fermement à la droite, après 10 ans de pouvoir et sans que ce soit une excuse, l’état calamiteux de l’économie en 2012 ?

 Nous avons certes 5 millions de chômeurs, 8 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté mais nous avons aussi un système redistributif qui a permis de distribuer des allocations, sous des formes trop nombreuses certes, qui ont permis d’assurer un revenu minimum à ces nombreuses personnes en difficultés. Il est donc faux de dire que nous avons de l’austérité en France, en revanche nous avons de criantes inégalités qui se sont encore aggravées sous votre gestion. Si vous expliquiez clairement aux Français que le FN et l’UMP ont prévu de réduire voire de supprimer  cette solidarité au motif populiste, hypocrite et fachisant qu’elle  ne devrait bénéficier qu’aux vrais pauvres, aux vrais français etc.

 

Pourquoi faut-il qu’en France, les difficultés poussent vers l’extrême droite plutôt que vers une gauche courageuse et plus radicale comme c'est le cas majoritairement en Espagne, au Portugal, en Grèce. Et pourtant, dans ces pays, il y a eu véritablement une politique d’austérité et sans solidarité ! Une appétence particulière  en France pour l’extrême droite née de la collaboration ? Et qu’on ne vienne pas dire que la gauche radicale et l’extrême droite, c’est pareil, entre les deux, il y a un abîme entre les valeurs portées par chaque organisation.

 

Peut-être avez-vous perdu toute crédibilité en raison des renoncements et trahisons qui se sont succédées depuis 3 ans :

  • Pensez-vous que la loi française de (non) séparation bancaire est une réponse sérieuse à la nécessaire régulation de l’industrie bancaire et financière, en grande partie responsable de cette crise qui dure maintenant depuis 8 ans?

  • Pensez-vous sérieusement que votre double langage sur la TTF, relayé par les ministres successifs de l'économie  qui a pour effet de retarder sa mise en œuvre et de la vider de son sens soit  une posture digne des engagements pris ?

  • Pensez-vous sérieusement que les cadeaux, les démonstrations d’amour au Medef s’inscrivent dans une logique win/win ?

  • Pensez-vous sérieusement que les syndicats, à la notable exception de la CFDT, défendent les chômeurs ou consolident principalement les acquis de ceux qui ont du travail ?

  • Pensez-vous sérieusement que la formation permanente en France qui coûte environ 32md€ soit d’une quelconque efficacité pour permettre le retour à l’emploi, l’adaptation aux nouvelles exigences de l’emploi ?

  • Pensez-vous sérieusement que le  temps politique actuel pour les réformes à engager soit compatible avec l’urgence de la situation économique et sociale ?

  • Pensez-vous sérieusement que les petits toilettages fiscaux opérés depuis 2012 soient à la hauteur de l’absolue nécessité de faire une véritable réforme fiscale, acte d’adhésion citoyenne et de justice sociale ?

  • Pensez-vous sérieusement que les organismes publics comme la BPI s’engagent sur un programme de financement de l’économie réelle, décentralisé par grandes régions,  à la hauteur des enjeux, non seulement pour nos grands "champions" mais aussi  pour les PME et les starts-up ?

  • Pensez-vous sérieusement avoir infléchi les orientations de l’Europe par exemple et entre autres pour lancer de grands chantiers d’intérêt général européen en s’appuyant sur la BEI et sans attendre le plan Juncker dont les défauts et l’inefficacité sont déjà en germe ?

  • Pensez-vous sérieusement que la haute fonction publique est porteuse d’une loyauté et d’un engagement sans faille à exécuter des réformes modernes  de gauche? 

  • Pensez-vous sérieusement que les atermoiements sur les rythmes scolaires qui ont occulté pendant près de 18 mois le plan de refondation de l’école, excellent au demeurant, soient dignes de l’urgence à faire de l’école une urgence absolue ?

  • Pensez-sérieusement que d’avoir baissé la garde, en vrac,  devant les bonnets rouges bretons, l’éco taxe, les profs des classes préparatoires, les notaires et j’en passe soit de nature à favoriser l'émergence de l’intérêt collectif et général ?

  • Pensez-vous sérieusement que les timides actions contre l’évasion fiscale et les paradis fiscaux soient à la hauteur des enjeux et que la France ne pourrait pas faire cavalier seul contre ce vol généralisé dont l’un des auteurs très performants est le Luxembourg ?

  • Pensez-vous sérieusement que la stigmatisation des fraudeurs aux allocations familiales et des petites fraudes à la sécurité sociale, certes condamnables,  n'occulte pas la grande fraude des entreprises qui pèse autrement plus que pour les petits?

  • Pensez-vous sérieusement que la réforme de la santé, si urgente, traite correctement le problème du médicament, des AMM et du rôle néfaste des laboratoires  et de leurs pratiques de lobbyistes/corrupteurs ?

  • Pensez-vous enfin que l’engagement pris par François Hollande en avril 2012 d’appliquer toutes les conclusions du rapport Sauvé sur la moralisation de la vie publique a été tenu ?

    Ne pensez vous pas que des ministres et nombre d'élus font preuve au mieux soit de paresse intellectuelle soit au pire d'incompétence et avalent allègrement ce que la haute fonction publique, relais des cercles de pouvoirs économiques (finance, santé, pharmacie etc..) leur sert dans un emballage séduisant. Un exemple parmi d'autres, les réformes (plutôt les non-réformes) et leur conduite  dans le domaine financier. Comparez à cet égard les auditions conduites par les deux chambres françaises avec celles conduites par nos amis anglais ou américains. Chez nous, on est proche de la déclaration d'allégeance, là-bas, on est véritablement dans l'audition.

    La liste est encore longue, mais j’arrête là,  pourtant, quand j’entends François Hollande s’exprimer avec intelligence, culture et vision, vous aussi d’ailleurs,  et que j’entends les péroraisons de l’apprenti sorcier qui préside bruyamment avec ses casseroles l’UMP, je me dis, plus jamais celui-ci, plus jamais ce chef de clan mafieux, plus jamais ce danger public qui confond pensée et slogan, qui ignore ce qu’est l’intérêt général. Et pourtant, tout doucement, imperceptiblement, je m’oriente vers ce douloureux constat : après 47 de fidélité à la gauche et au PS, je ne voterai plus pour vous. L'audace, l'innovation, le courage, le rêve se sont estompés.

     

     

     

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.