Billet

Tenter de comprendre Fillon et sa trajectoire.

L'autre jour, sur un fil de commentaire, j'apprenais que pour faire sérieux entant que commentateur il fallait écrire des billets, sinon, c'est l'accusation de troll qui vient se greffer sur vos dires. Bon, alors d'accord, je vais m'y essayer, je ne garantis pas, néanmoins, le résultat.

Me voilà abonné depuis mars 2008 et il est vrai que je me contentais des fils de commentaires jusqu'ici, éprouvant une certaine retenue, pour ne pas écrire illégitimité, à venir, et à fréquence régulière, faire part de mes impressions ou analyses. Après tout, le fil de commentaires n'est pas un lieu de déclassement, ni preuve d'une indigence culturelle ou intellectuelle. Mais bon, puisque nous sommes dans une société de la représentation et des galons, allons y, sacrifions à l'usage.

Alors, par exemple aujourd'hui. À défaut de m'être déplacé, j'ai regardé à la télévision le show Fillon au Trocadéro. Pour être honnête, une partie seulement, étant arrivé chez moi alors qu'il avait déjà commencé. Le matin, il m'avait été donné de lire que son épouse avait enfin parlé. Entre le site du JDD et les diverses reprises par ailleurs, je ne pouvais que constater que la dame est en opération Communication pour son homme. Elle en a le droit. Mais tout de même, le jour où il a à contrer les défections, pas petites, de son entourage politique, cela ressemble bel et bien à un service commandé. Néanmoins au passage, j'acquiers la conviction qu'elle n'est pas une oie blanche, qu'elle a en tout état de cause participé au montage de ses emplois successifs et fictifs. Sinon, elle est en totale contradiction avec ce qu'elle disait en 2007 à la journaliste britannique. Et comme elle proteste de sa grande foi religieuse, elle ne peut pas se le permettre. Si elle assiste son époux c'est bien qu'elle vit à l'unisson la carrière politique d'icelui et qu'elle partage son ambition présidentielle. La voir sur le tréteau à la fin du discours en témoigne. Bref, à bien comprendre, ce couple à rémunéré sur l'argent public le soutiens que deux époux se doivent mutuellement. Problème, cependant, il l'a fait en s'octroyant une vie de châtelain, tout comme Giscard d'Estaing et Chirac, dirons-nous, Sarkozy se contentant, pour sa part et le temps de son mandat, d'annexer le pavillon de La Lanterne, dévolu aux premiers ministres, pour y sacrifier. Est-ce bien là une droite moderne pleinement dans son temps ?

Sinon, je le trouvais charmant à molesté tout ses compagnons enfuis, il est clair qu'il vont avoir du mal à le dégager, l'électorat dans son ensemble y pourvoira certainement. Baroin, le promis à Matignon, campais fièrement derrière lui. Était-il lui aussi en service commandé ou lui-faut-il tenir afin de préserver ses visées. La suite le dira.

Mais ce qui m'afflige le plus dans ce show, c'est la forêt de drapeaux bleu blanc rouge. Le côté bigarré des meetings d'autrefois n'est plus de mise. Tout le monde se range sous la bannière FN. Nous devons tous nous convertir à la manifestation de notre nationalité française, alors que nous baignons à la fois dans une union presque continentale et une globalisation planétaire rendant sinon ridicule, puérile cette accroche aux couleurs.Peut-être que, tout compte fait, ladite forêt n'était là que pour en cacher une autre, celle aux pas tout à fait mêmes couleurs, le rouge tirait plutôt sur le rose, le bleu sur le bleu ciel, le blanc, lui, dessinait des personnages, un papa, une maman et deux enfants, une famille, quoi.  La foi affichée de l'épouse dans le journal le matin, confier l'organisation du raout à Sens commun, émanation de la Manif pour tous, tout cela ne fait-il pas sens. Ne sommes nous pas conviées en réalité au retour du religieux dans les affaires de l'État, comme ça, en douce...

Fillon, n'est plus, il ne l'a jamais été d'ailleurs, l'enfant de la primaire de la droite, il est clairement celui du mouvement contre la loi dite Mariage pour tous, il peut effectivement se passer des élus et continuer son opération de prise de l'Élysée.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.