Premieres mesures revolutionnaires

Premières mesures révolutionnaires, Aux Editions La fabrique

    Voila un titre bien affriolant mais après lecture, quelle déception !

    La quatième page de couverture commence ainsi : "L'ordre existant, ce scandale permanent et mondial, ne répond plus à personns, ni de rien. Il a renoncé à tout argument, hormis celui de la force. Aussi, nous ne le critiquerons plus, nous l'attaquerons".

    Contrairement à ce qui est écrit, la très grande partie de ce petit livre (109 pages) est consacrée à la critique de cet ordre qualifié de "capitalisme démocratique" -bien que cette critique soit percutente et de qualité -.capitalisme démocratique"

    A la page 44, c'est un choc, une grande surprise : "Réglons ici son compte à une fausse bonne idée qui hante depuis quarante ans les milieux libéraux puis gauchistes : celle du revenu universel garanti, aussi nommé "dotation inconditionnelle d'autonomie". Les auteurs, Eric Hazan&Kamo, oublient de dire que le "revenu de base" des libéraux et celui des gauchistes sont totalement différents : le premier est une aumône qui aide les boites à maintenir des bas salaires, tandis que celui des gauchistes permet de s'affranchir du marché du travail.

    Pourtant, en poursuivant la lecture on rencontre beaucoup d'arguments qui militent en faveur du "revenu de base universel et suffisant" (autre appellation ignorée des auteurs). Je cite page 51 : " Avec la fin du capitalisme démocratique, la quantité globale du travail diminuera. Le travail nécessaire continuera à baisser comme il le fait continûment depuis la fin du fordisme et la révolution de l'électronique (phénomène certes lié au basculement de la production vers les enfers instriels asiatiques, mais là aussi des craquements se font clairement entendre)...

    Pourquoi le "revenu de base" dans cet ouvrage est ainsi traité ? Je pense que c'est parce s'il voit le jour, ne sera pas éliminé L'Etat. En effet, on peut lire à la page 53 : " La fin du travail obligatoire, la fin de la dictature de l'économie auront pour conséquence quasi mécanique la fin de l'Etat".

    Bref, si on veut savoir quelles sont ces "Premières mesures révolutionnaires" on ne les trouve pas, elles sont absentes, où alors il faut se contenter de : "Rencontrons-nous.Organisons-nous. Soulevons-nous.

Mais Stephen Hessel était déjà passé par là.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.