Il y a quelques années à Paris les femmes de ménage des hôtels Ibis Montrouge, Ibis Montmartre, Ibis Montparnasse ont conduit 10 mois de luttes et de grèves. Ces hôtels, comme le Sofitel de New York font parti du groupe Accor. En ce temps 60 cadres d'Accor avaient été interrogés pour trafic illicite de main d'oeuvre.

L'une de ces femmes de ménage Fabi Mayan, 32 ans (tiens ! comme la victime de DSK), accusait : " nous avons 3,6 euros de l'heure, 15 minutes pour faire le ménage d'une chambre et si le temps est dépassé : rien. Il n'y a jamais de françaises qui travaillent avec nous... il ne faut pas que l'on nous traite comme des outils... à chacun sa manière, à chacun son affaire, à chacun sa façon, rien ne nous fait peur."

Elles ont occupé le siège d'Accor à la tour Montparnasse puis le Novotel de Bercy.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.