Ce que ne disent pas les medias

à propos de l'actuel conflit entre les producteurs de lait et le groupe Lactalis.

    En 2000, le groupe qui s'appelait alors Besnier, a été condamné pour "fraude sur le lait et publicité mensongère". La pratique consistait au "mouillage"(couper le lait avec de l'eau) systématique du lait de consommation, une fraude portant sur 70% de la production du groupe.

  En juin 2011, le groupe Lactalis porte plainte contre La Confédération paysanne de la Loire, pour blocage de son usine d'Andrézieux-Bouthéon (Loire) lors des actions menées contre l'effrondement du prix du lait pendant la crise laitière de 2009. Le groupe a été débouté en première instance par le tribunal de grande instance de Saint-Etienne.

  En décembre 2012, le Canard enchaîné dénonce les pratiques du groupe, l'accusant de vendre du lait stérilisait UHT pour du lait pasteurisé, au prix plus élevé. Cette fraude a été découverte en 2010 par la répression des fraudes. Le parquet de Rennes n'a pas donné suite.

  En mars 2015, Lactalis est condamnée dans l'affaire dite du "Cartel du yaourt" pour entente illicite sur les prix et les appels d'offres pour produits laitiers frais vendus sous marque de distributeur à une amende de 56,1 millions d'euros, par l'autorité française de la concurrence.(1)

  Face au consommateur, Lactalis est coupable , à force de publicité, de faire passer un camembert Président pour un fromage haut de gamme alors qu'il n'a pas l'appelation AOC (appelation d'origine contrôlée) et n'est d'un vulgaire fromage à pâte molle.

  Enfin, ne sera pas rappelé que France 3 a censuré  Ces fromages qu'on assassine, un documentaire contre Lactalis.

Voila, voila, sur quoi ne s'appesantiront pas les médias sous le joug d'un grand fournisseur de pub.

(1)- Source Wikipedia.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.