POUR TORDRE LE COUP A LA CROISSANCE (1)

Il faudrait que

- que tous les voleurs, cambrioleurs, monte-en-l'air... décident d'arrêter leurs activités pour que tout un pan de la société qui participe à l'augmentation du taux de croissance disparaisse : des gendarmes, des policiers, des vigiles, des fabricants de porte blindées, de coffre-forts, de menottes, d'alarmes, de caméras de surveillance, de tranquillisants...

- que disparaisse les pandémies, les maladies, les accidents de la circulation sur route, sur terre et dans l'air, les paradis fiscaux qui sont nécessaires au recyclage de l'argent des maffieux, de ceux qui échappent à l'impôt, des aigrefins qui vendent des retraires par l'intermédiaire des fonds de pension, des banques qui ont fourgué, à des benêts, des actions d'Euro-tunnel ...

- que disparaisse également les marées noires - Ne s'est pas trompé le Comité permanent de l'OMC (Oppression mondiale par le Commerce) sur les mesures internes "a identifié" des régularisations excessives en matière d'environnement et de sécurité dans le domaine du transport maritime. C'était trois semaines avant la catastrophe du Prestige -

- Mais faut-il que disparaisse la bourse, la titrisation, les produits toxiques... c'est selon les périodes que cette économie financière, boxte ou fait chuter la croissance , le débat est ouvert.

Bref, avec la diminution du taux de croissance, la société devient meilleure.

 

(1) Mesuré par le PIB.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.