Quel est le péché qui mène à la mort ?

« Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne mène pas à la mort, qu’il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère. Je parle ici de ceux qui commettent un péché ne conduisant pas à la mort. Il y a un péché qui mène à la mort, et ce n’est pas pour ce péché-là que je dis de prier. »

1 Jean 5:16 est un des versets du Nouveau Testament les plus difficiles à interpréter :

« Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne mène pas à la mort, qu’il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère. Je parle ici de ceux qui commettent un péché ne conduisant pas à la mort. Il y a un péché qui mène à la mort, et ce n’est pas pour ce péché-là que je dis de prier. » 

Voilà un des versets bibliques les plus difficiles à comprendre par les humains mentaux que nous sommes, même si je dois dire que sa formulation en langage des ténèbres, qui est omniprésent dans les Bibles qui ont pignon sur rue, est pour beaucoup dans sa mystification. En effet, les termes utilisés ne sont connus des lecteurs contemporains de la Bible que dans leur sens corrompu, humain, donc diabolique.

Une rapide exégèse des mots clés utilisés dans ce verset biblique est susceptible d’éclairer les humains, qui sont incapables de sortir du langage de la dualité dans lequel Satan nous a confinés pour rendre inaccessible l’éveil à la Conscience du UN. Au risque de ne pas être compris par le commun des lecteurs de la Bible, nous allons nous y exercer.

De la définition du péché selon les sphères de conscience

Le péché selon l’Esprit : c’est manquer le but de notre manifestation dans l’univers de la forme. En effet, nous étions des esprits avant notre manifestation dans l’univers de la forme. La seule raison d’être de notre manifestation dans l’univers de la forme, est de demeurer présents à la Conscience, pour que YHWH se serve de notre être, aux fins de répandre la Lumière dans cet univers enténébré (Jean 6:28-29). Le péché, c’est le fait pour nous de faillir à cette vocation. Ceci est du reste l’œuvre de l’ego, qui nous inspire la pensée de jouer à dieu sur les autres dans l’univers de la forme, la pulsion de se forger une identité d’être exceptionnel, spécial, célèbre pour ses exploits humains.

Le péché selon les ténèbres : c’est violer des codes moraux ou religieux. En effet, pour séduire les humains, en leur donnant une illusion de justice et de sanctification, l’impie a redéfini le péché à l’attention des humains somnambules, comme étant la violation des règles morales ou religieuses établies, pour régenter l’existence conviviale entre les humains, même quand celles-ci ne concernent en rien Elohîms. Aussi les prédicateurs des ténèbres s’en servent-ils, pour vampiriser leurs captifs épouvantés par la perspective de se retrouver éternellement dans un feu qui ne s’éteint jamais, en enfer.

Ce qu’ils appellent péché dans leur conscience enténébrée, est ce que la conscience éveillée appelle fautes, quand ce sont des actes, ou erreurs quand il s’agit des pensées. Aussi ne comprennent-ils pas l’autre verset biblique qui dit que « Quiconque demeure en lui ne pèche point. » (1 Jean 3:6a) Ici encore, la confusion est due à la mauvaise interprétation de la pensée divine, qui stipule que « Quiconque demeure présent à la Lumière, n’est plus un pécheur, parce qu’il accomplit alors sa vocation divine.

La définition de la mort selon les consciences

Pour l’esprit éveillé, l’âme qui a quitté la présence à la Lumière, est morte, séparée de la Vie. Tel est le signifiant de la mort, telle que YHWH l’avait décrite à Adam, s’il lui venait l’idée de jouer à dieu, par l’identification à son mental, à lui-même donc. Ce jour-là, Adam sombra dans un profond sommeil dans lequel il engendra notre humanité. Aussi naissons-nous tous dans un état de somnambules qui s’ignorent, jouant à dieu, du fait de l’ego qui nous a tous enivrés.

Faute de pénétrer cette compréhension de la mort, et parce que nous nous prenons pour des êtres de chair, nous avons redéfini la mort, comme étant l’arrêt des fonctions physiologiques de l’homme. D’ailleurs, plusieurs auteurs qui s’essayent à expliquer ce verset biblique, prennent référence sur la mort physique d’Ananias et Saphira dans la Bible (Actes 5:1-10).

Reformulation du verset biblique 1 jean 5:16

Partant de ces éclaircissements des concepts de péché, faute, erreur et de mort, nous pouvons reformuler le verset biblique 1 Jean 5:16 à l’attention des lecteurs de la Génération Consciente, ceux qui commencent à s’éveiller à la Conscience, comme suit :

« Si quelqu’un voit son frère commettre une faute qui ne mène pas à la séparation éternelle d’avec Elohîms, une faute donc qui ne met pas son frère en compétition avec Elohîms sous l’impulsion de l’ego, qu’il prie, et YHWH expiera cette faute pour permettre à ce frère de retrouver le chemin de la présence à la Lumière. Ainsi ce frère retrouvera la Vie.

Je parle ici des frères qui commettent des fautes, qui ne sont pas motivées par le désir de jouer à dieu sur les autres, à la place de YHWH. La faute qui nous conduit à jouer à dieu, fait que nous ne pouvons plus tenir dans la présence de YHWH, car il ne saurait y avoir deux Dieux au Royaume de la Lumière.

Et le fait d’être exclu du ciel, fait que nous sommes de facto des morts, dans la mesure où nous sommes séparés de la Vie. C’est en cela que consiste le seul péché, et ce n’est pas pour lui que je dis de prier, car le péché est ce que j’appelle le blasphème contre le Souffle sacré, le péché impardonnable donc. » 

Autant dire aux autres lecteurs de s’en tenir à leur compréhension religieuse des Écritures Bibliques. Notre contribution dans la révélation de leur dimension spirituelle ne les concerne pas, même si notre joie serait que tous les humains s’éveillent à la Conscience, afin que dorénavant, seule la volonté de YHWH soit faite sur la terre comme au ciel. Nous n’ignorons toutefois pas que nul ne peut venir se soumettre à la Lumière, s’il n’est au préalable attiré par Elohîms dans sa souveraineté.

Le saint et la pratique des fautes

Le lecteur délivré de la corruption sémantique comprend-il que le saint ne pèche plus, mais il peut commettre des fautes ? Est-ce pour autant que nous donnons blanc-seing à la pratique des fautes par les saints ? Loin de là, car Elohîms ne laissera aucune faute impunie. Elles seront d’ailleurs avec la productivité dans le service, l’un des critères de détermination de la qualité de leurs récompenses temporelles et en pérennité. Il n’en demeure pas moins que seul l’ego est synonyme de péché, le désir de s’élever aux yeux des autres, la compulsion à se prendre pour dieu à la place de YHWH. C’est exactement ce qui a valu la chute à Satan et à Adam.

Guy Olinga

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.