Clin d'oeil à tous les amoureux du rrruby... ¡ Alegría !

A tous les aficionados, parmi lesquels quelques mediapartiens dont les comptes rendus savoureux nous enchantent, je dédie cet hymne qui rend gloire (dans la bonne humeur) à ce sport qui devrait inspirer nos luttes à venir, en ces temps où la solidarité devrait être notre unique devise.

http://www.ina.fr/divertissement/humour/video/I00015909/pierre-perret-vive-le-quinze.fr.html

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pierre Perret
VIVE LE QUINZE
Paroles et musique: Pierre Perret, 1971


REFRAIN:
Vive le quinze
Vive le quinze
On est les champions de l'ovale
C'est nous les rois de la baballe
Vive le quinze
Vive le quinze
Borgnes ou manchots marquons l'essai
On est français

Quand la partie a commencé
On a vu qu'ils étaient pressés
Y a le trois quart aile qui est parti
Comme un qui a envie de faire pipi
En face il y avait du danger
Y z'avaient mis que des étrangers
Qui avaient pas l'air très aguichants
On sentait qu'ils étaient méchants
Y avait déjà le grand Benoît
Qui s'était fait mordre les noix
Par un salopard d'écossais
Qui voulait monter à l'essai
Mais le Benoît vous le connaissez
Il l'a tendrement enlacé
Et le rosbif tout étonné
Crachait son foie comme du pâté

REFRAIN

Le capitaine a vraiment pas de bol
Y z'y ont mis le pif comme une girolle
Et sur la touche les infirmiers
Rafistolent son fer à souder
Y a un futé qui tente le drop
Quand subitement quelqu'un le chope
Et d'une fourchette dans les carreaux
Lui fait gicler ses bigarreaux
Ça déclenche une vache de mêlée
Ou y a plus de sang que de lait
Un écossais s'enfuit hurlant
Tout en réclamant sa maman
Pendant qu'y se massait le gros orteil
On lui a chouravé ses oreilles
Il les retrouve toutes écrasées
On dirait deux endives braisées

REFRAIN

Vers la fin de la deuxième mi-temps
Y restait quatre combattants
Y avait Dauga et Gachassin
Un écossais et son cousin
Z'avaient des joues roses de pin-up
Comme des hamburgers au ketchup
Y penchaient comme la tour de Pise
Le crâne fendu en tronc d'église
Mais dans le petit coeur des français
Y a la marseillaise qui chantait
Pour Jeanne d'Arc ça la foutait moche
Fallait qui z'y aillent à la mailloche
Et quand le sifflet retentit
Les deux rouquins étaient occis
Les rosbifs par soixante à trois
Sont restés les moustaches en croix

REFRAIN

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.