Inoubliable Django...


C’est un petit coup de nostalgie (de spleen, de blues, de vague à l’âme... au choix)...
Quand nous jouions, dans les années 2000, les chefs-d’oeuvre de Django, arrangés pour nous par notre maestro (son contemporain), nous étions fascinés par ses thèmes qui ne ressemblaient pas tellement à ce qui avait -à l’époque- pignon sur rue.
Et en même temps, nous étions subjugués pas sa manière de reprendre à son compte des « succès » qui passent aujourd’hui pour des « sauciflards ».
Mais le « génie vagabond », selon l’expression de Noël Balen (qui en fait le titre de son livre sur Django*) faisait de tout de qu’il touchait en moment de création inoubliable.
Ainsi, je crois que vous saurez savourer ces images (il n’en existe pas d’autres de Django en « live » ; elles sont de 1938, non de 1939). Les merveilles d’invention dont sont capables les trois doigts rescapés de sa main gauche (pouce, index, majeur), après la nuit funeste du 2 novembre 1928, nous incitent à beaucoup d’humilité, nous les petits guitaristes du dimanche.

http://www.youtube.com/watch?v=EYgCMJviD-E


* : Django Reinhardt – Le génie vagabond Editions du Rocher, 2003

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.