A ses courbes audacieuses

 

 

 

En tant que musicien (ou plutôt, pour être objectif, apprenti musicien depuis... 50 ans environ), j'ai toujours eu la tentation d'aller vers des langages qui, au premier abord, ne m'attiraient pas forcément. Ainsi, lorsque mon fils, il y a plus de dix ans s'est mis à écrire du rap, je me suis dit que j'allais le lire, l'écouter, lui et ses potes du « crew » - comme ils disent - Hasta Siempre, de Saint-Etienne.

 

Je l'ai fait. Je suis allé à pas mal de leurs concerts, où je me retrouvais être le doyen, forcément – le viou- comme ils m'ont surnommé ; d'ailleurs ça m'est resté.   

 

Eh bien oui, il existe des rappeurs, qui, ne voulant pas se laisser imposer une manière par les majors et les radios rouleaux-compresseurs, sont exigeants et cherchent à faire entendre, bien que modestement, des morceaux qui ne sont pas des fourre-tout-même-pas-semi-finis... Bien sûr, c'est pas forcément facile à adopter pour qui « n'est pas rap ».

 

Voici un lien pour se faire une idée de son album single Un Train de Retard :

 

http://mansromstickhiphop.bandcamp.com/album/un-train-de-retard

 

et un peu de texte...

Je vous invite à écouter le morceau N°5 A ses courbes audacieuses, qui donne son titre à mon billet ; c'est un hommage à la guitare manouche dans lequel Mans m'a persuadé d'intervenir à la guitare solo (c'est à partir de 1 :50)

 

Fragment de EMBRASSER LE BITUME

...

Je suis ce connard de trentenaire

Qui traîne dans les bars pendant que les porcs s’engraissent

On y critique le monde, nos éthyliques démons

Façonnent une nouvelle ère de l’Afrique à la Grèce

Et puis ça grince des dents, le temps me stresse

Impuissant Prince des Glands dénué de forteresse

En soirée ! 4 grammes ! Je suis un résistant

Mais dès le lendemain je collabore sans être hésitant

Je suis ce Biz qui baise tout les jours les indigents

Les indigènes meurent sous le joug de l’occident

Tout se digère, guerre de religion ou génocide

Quelle incidence ? Tant que l’on peut jouer à Battlefield

Je suis ce geek sale et méprisant

Je suis cette fille qui kiffe le porno à 14 ans

Je suis ce flic las, et là ! J’ai la corde au cou

Je suis ce monde qui a rendu les gens fous

 

A SES COURBES AUDACIEUSE feat Le VIOU

Aka MANS :

Fuck la soul, man ! Il faut que ça swingue !

C’est comme au souk et il faut que ça suive

Savamment bordélique, oui ! J’aime ce boxon

Boxer les mots sur cette pompe à six cordes

Sans être manouche ça m’a toujours bercé

Je la trouvais belle dans les bras de mon padre

Je l’ai enlacé mais le lasso s’est cassé

Menaçante Calypso, j’ai décidé de la sampler

Ok ! C’est lâche, pas très courageux

Moi, je voulais le manche, elle m’a giflé

Pour que ça me démange

Si nos rapports sont encore orageux

Enragé je l’aime et sa conquête est le jeu

Don Juan même déchu, adossé à la Tour de Pise

Je lui sors mes sérénades avec mes pads et un beat

Une Basse, un feat, Django Reinhardt à la gratte

Si c’est catastrophique ? J’ai plus d’un son dans mon sac

Constant ou saccadé, voir sale comme un cabot

C’est toujours un concentré de mon âme au citron saccharose

Car la zic n’est pas comme un Hara Kiri

Mais une danse endiablée comme dansait Mata Hari

Alors ! Laisse toi aller à ses courbes audacieuses

Indécis, tu l’es mais elle, elle est si malicieuse

Quelle te scie ensuite elle te secoue

C’est ta meilleure ennemie et ton plus grand secours

 

Refrain (x2):

Rare sont les coups de foudre, alors ! Il faut s’y résoudre

Moi, elle me dévore comme Tony et son tas de poudre

Accroc depuis que je suis né, elle m’a trop fasciné

Un coup de croc et la lune me fait halluciner 

 

Eh ! Manouche, t’es si belle que je ne sais comment jouer

T’es comme le chant des sirènes, tu ne fais que m’enjouer

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.