H JAN
100% secteur 2ndaire : Col blanc - Tenue bleue
Abonné·e de Mediapart

69 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2022

H JAN
100% secteur 2ndaire : Col blanc - Tenue bleue
Abonné·e de Mediapart

Le progrès et sa conscience

Je ne sais pas encore si j'ai le droit de poster, sur le site de WEF, ma vision de simple citoyenne sur le «Progrès ». Mais, avoir démontré que je pouvais l'exprimer selon les codes établis, c'est déjà avoir gagné le droit de cité ou plus exactement l'avoir regagné.

H JAN
100% secteur 2ndaire : Col blanc - Tenue bleue
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

>Pourquoi la conscience est la meilleure amie du Progrès ?

Le Progrès = ∑ des transformations. Donc, chaque carte de transformation porte une espérance et manifeste une volonté d’améliorer le monde.

Néanmoins, aussi bienveillant et intelligent soit son concepteur, une carte de transformation n’est qu’un bonheur en devenir, un Pinocchio, auquel on aurait remplacé les articulations par les étapes de la transformation et les ficelles par des lignes excel.

Avant de s’incarner en un progrès au service du « bonheur de l’humanité », la route est semée d’embuches. La transformation peut se révéler menteuse économiquement, calamiteuse sur le plan environnemental et trompeuse envers la société en servant de quelconques intérêts égoïstes.

>Comment Progrès et conscience cohabitent ?

En charge de concrétiser la carte de transformation en réalité viable, sponsor et chef de projet en sont les Jiminy Crickets, ceux-là mêmes qui doivent garder en tête que la régénération du monde passe par :

  1. la noblesse permanente de l'intention
  2. une rigoureuse discipline dans l’exécution
  3. le monitoring assidu de la progression
  4. une courageuse remise en question pour en corriger les dérives

En résumé, une conscience en éveil permanent pour assurer le bien-être du monde vivant par l'application d'une démarche politique « vertueuse ».

 >Quelles actions prend le progrès en toute conscience ?

Une carte de transformation doit être plus qu’une projection linéaire visant d'aller d'un état A à un état B. Or les points 3 et 4 sont trop souvent oubliés. Ce doit être une démarche circulaire d’amélioration continue au cours de laquelle chaque étape de la roue de Deming compte :

  1. Planifier : Avec les citoyens et pour le monde vivant
  2. Faire : Avec le support des forces économiques
  3. Contrôler : Par des contre-pouvoirs dotés de moyens efficaces pour s’assurer que la réalité soit la vérité.
  4. Réagir / Corriger : Dans une démarche multipartite.

Alors, Frankenstein (vision linéaire) ou Pinocchio (vision circulaire) ? A nous de choisir la conception du Progrès pour la période qui s'ouvre à nous. Avant de répondre, rappelez-vous le message transmis par la chauve-souris du COVID-19 : les cartes de transformation doivent être plus que des « pourvoyeurs de rêves » pour ne pas devenir nos cauchemars. Le progrès doit apprendre à progresser. C’est même sa quintessence. C’est la petite voix d’une citoyenne européenne qui l’écrit.

Message prêt à être posté sur le site de WEF après confirmation que je respecte les termes du contrat et plus particulièrement la notion de "PRO".

TRADUCTION

>Why should Conscience be the Best Friend for Ever of Progress ?

Progress will be the sum of transformations. Therefore, every transformation map is both hope and willingness to improve the world. 
Nevertheless, as caring and smart the designers may be, a transformation map is only a potentiel happiness, like Pinocchio, to which one would have replaced the articulations by the stages of the transformation and the twines by Excel lines.
Before being embodied into a progress for the happiness of humanity, the road is strewn with pitfalls. Transformation can be economically disappointing, environmentally devastating and socially unsatisfactory by serving some selfish interests.

>How can progress and conscience coexist? 

Responsible for the concretization of the transformation map into a viable reality, sponsor and project manager are the Jiminy Crickets, who should keep in mind that the reset of the world needs :
1. continuously noble intention
2. rigorous discipline in execution
3. regular monitoring of progression
4. brave investigation to implement corrective actions 
In summary, a constantly awakened conscience to ensure the well-being of the living world through a right approach.

>Which actions to be taken for a conscious progress ? 

A transformation map should be more than a linear projection with the aim to go from state A to state B. Points 3 and 4 are too often forgotten. It should be a circular process of continuous improvement in which every step of the Deming wheel counts:
1. Plan : With citizens and for the living world 
2. Do : With the support of economic forces
3. Check : With efficacy check based on reality as truth.
4. Act : In a multi-stakeholder approach.
Frankenstein or Pinocchio, it is up to us to choose our type of Progress? But the bat involved into COVID-19 showed us that transformation maps need to be more than dream suppliers to avoid any future nightmares. Progress should also learn to progress. It is even its epitome. This is the little voice of a European citizen who writes it.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En France, une nouvelle menace plane sur Deliveroo
Déjà condamnée cette année, la plateforme de livraison de repas est à nouveau en « discussions » avec l’Urssaf, qui pourrait lui réclamer une ardoise potentiellement fatale. Le parquet de Paris étudie le versant pénal du dossier. L’entreprise a missionné Jean-François Copé et un administrateur judiciaire.
par Dan Israel
Journal
La COP biodiversité tentée par la marchandisation des écosystèmes
À la COP15 de la biodiversité de Montréal, qui s’ouvre le 7 décembre, les Nations unies pourraient promouvoir un mécanisme global de compensation des atteintes à la biodiversité par leur marchandisation. Un mécanisme illusoire et dangereux.
par Romaric Godin
Journal — Agriculture et alimentation
L’UE interdit l’importation de produits issus de la déforestation
Le Parlement européen et les États membres de l’Union européenne ont trouvé un accord dans la nuit de lundi à mardi pour interdire l’importation de plusieurs produits, comme le cacao, le café ou le soja, lorsqu’ils contribuent à la déforestation.
par La rédaction de Mediapart avec AFP
Journal
YouTube songe à sanctionner les vidéastes accusés de viol
Après l’ouverture d’enquêtes préliminaires pour viol visant deux célèbres créateurs de contenus, Norman et Léo Grasset, YouTube n’exclut pas de « prendre des mesures » pour sanctionner des comportements qui auraient eu cours en dehors de la plateforme.
par Yunnes Abzouz

La sélection du Club

Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere