Haekel
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?

On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.

Haekel
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1/ Quelques chiffres sur la consommation énergétique mondiale.

En 2020, nous avons consommé 560 EJ dans le monde (1 EJ, ExaJoule, c'est 10E18J) dont moins de 25EJ sont nucléaires. La part du lion revient aux fossiles (Gaz+ charbon +pétrole) : plus de 450EJ. Reste une peu moins de 80EJ pour les renouvelables.

Ce qui est remarquable c'est que notre consommation croit plutôt vite : environ 3% par an depuis les années 1880 et la révolution industrielle. Et toutes les sources découvertes s'additionnent. On consomme à ce jour plus de charbon qu'au XXe siècle.

Consommation énergétique mondiale

2/ Production d'énergie nucléaire

Une réacteur nucléaire fournit en gros un gigawatt (en instantané) et 7 teraWattheure par an. Soit en Exajoules : 0,025EJ.

En France, on a (en arrondissant) 56 réacteurs d'un gigawatt qui fournissent un peu moins de 400 teraWattheure, ou 1,5EJ.

Dans le monde, on a environ 400 réacteurs pour une production de moins de 2800 TeraWattheure, soit 10EJ.

3/ "Remplaçons les fossiles par du nucléaire !"

Alors sur le papier l'idée est séduisante, mais concrètement ça donne quoi ?

En France, on consomme 1000TWh par an (soit 5,4EJ) d’énergies fossiles soit l'équivalent de 140 centrales d'un gigaWatt à coller sur le territoire (et quand on voit comment les gens réagissent avec les éoliennes, on va rigoler pour tripler les réacteurs).

Dans le monde, on consomme 126 000 TWh par an d’énergie fossiles (450 EJ) soit 18.000 réacteurs (rappelons, y en a 400 pour le moment).

C'est pas gagné non plus. Ça fait 90 réacteurs par pays en moyenne. Et pas que dans les pays industrialisés, à moins qu'on ne décide qu'ils se passeront d'énergie, et pas nous.

4/ "Remplaçons les voitures à essence par des voitures électriques"

Autre thématique à la mode. Alors ça donne quoi pour la France ?

Le carburant routier, c'est environ 450 TWh. Soit un peu plus que la puissance installée par EDF en France.

Pour faire rouler les mêmes voitures au tout électronucléaire il faut plus que doubler notre nombre de réacteurs et en ajouter une bonne soixantaine au parc existant.

5/ "Et si on continuait la croissance énergétique avec du nucléaire"

Encore une autre idée rigolote. Mais probablement la moins réaliste. A cause de ces maudites exponentielles.

Ça donne quoi au niveau mondial, si on applique une croissance de 3% à notre consommation actuelle :

  • De 2020 à 2030 : on passe de 600 EJ à 800 EJ, soit 200 EJ supplémentaires à produire. Soit 8000 centrales en 10 ans !!
  • De 2020 à 2040 : 500  à ajouter : soit 20.000 centrales, soit 12 000 en 10 ans
  • De 2020 à 2050 : 900EJ : soit 36000 centrales de plus, Soit 16 000 en 10 ans. Faut prévoir les pelleteuses électriques...

Et le plus inquiétant là dedans c'est qu'on observe une très forte corrélation entre croissance énergétique et croissance économique (Voir M. Jancovici sur ce thème, comme sur beaucoup d'autres).

Conclusions

Pour ceux qui ont eu le courage de lire jusque là, bravo ! Et désolé pour ceux qui pensaient que la transition, c'était trois panneaux solaires et une poignée de centrales EPR.

Nous avons un gros soucis, et il n'y a pas de solution miracle. On ne pourra pas continuer notre croissance énergétique à 3% et il va falloir faire avec cette satanée exponentielle.

Je ne dis surtout pas qu'il faut se passer du nucléaire, je dis juste que ce n'est malheureusement pas une panacée. Ni les énergies renouvelables d'ailleurs.Il faudra surement mélanger nos meilleures solutions avec beaucoup de sobriété et d'inventivité pour que cette exponentielle et son arrêt ne finisse pas en cauchemar.

Un dernier chiffre pour les gourmands : avec une croissance à 3% de l’énergie consommée, en 2200, il faudra à nos descendants  130 000EJ par an et donc 5 000 000 de centrales nucléaires...


Sources :

Wikipédia : Ressources et consommation énergétiques mondiales https://fr.wikipedia.org/wiki/Ressources_et_consommation_%C3%A9nerg%C3%A9tiques_mondiales

EDF : Le nucléaire en chiffres https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/le-nucleaire-en-chiffres

Ademe : l'énergie en France : https://agirpourlatransition.ademe.fr/particuliers/conso/conso-responsable/lenergie-france

Ministère de la transition énergétique : Bilan énergétique de la France : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/edition-numerique/chiffres-cles-energie-2021/6-bilan-energetique-de-la-france

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement