Haekel
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mai 2022

Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?

On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.

Haekel
Enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1/ Quelques chiffres sur la consommation énergétique mondiale.

En 2020, nous avons consommé 560 EJ dans le monde (1 EJ, ExaJoule, c'est 10E18J) dont moins de 25EJ sont nucléaires. La part du lion revient aux fossiles (Gaz+ charbon +pétrole) : plus de 450EJ. Reste une peu moins de 80EJ pour les renouvelables.

Ce qui est remarquable c'est que notre consommation croit plutôt vite : environ 3% par an depuis les années 1880 et la révolution industrielle. Et toutes les sources découvertes s'additionnent. On consomme à ce jour plus de charbon qu'au XXe siècle.

Consommation énergétique mondiale

2/ Production d'énergie nucléaire

Une réacteur nucléaire fournit en gros un gigawatt (en instantané) et 7 teraWattheure par an. Soit en Exajoules : 0,025EJ.

En France, on a (en arrondissant) 56 réacteurs d'un gigawatt qui fournissent un peu moins de 400 teraWattheure, ou 1,5EJ.

Dans le monde, on a environ 400 réacteurs pour une production de moins de 2800 TeraWattheure, soit 10EJ.

3/ "Remplaçons les fossiles par du nucléaire !"

Alors sur le papier l'idée est séduisante, mais concrètement ça donne quoi ?

En France, on consomme 1000TWh par an (soit 5,4EJ) d’énergies fossiles soit l'équivalent de 140 centrales d'un gigaWatt à coller sur le territoire (et quand on voit comment les gens réagissent avec les éoliennes, on va rigoler pour tripler les réacteurs).

Dans le monde, on consomme 126 000 TWh par an d’énergie fossiles (450 EJ) soit 18.000 réacteurs (rappelons, y en a 400 pour le moment).

C'est pas gagné non plus. Ça fait 90 réacteurs par pays en moyenne. Et pas que dans les pays industrialisés, à moins qu'on ne décide qu'ils se passeront d'énergie, et pas nous.

4/ "Remplaçons les voitures à essence par des voitures électriques"

Autre thématique à la mode. Alors ça donne quoi pour la France ?

Le carburant routier, c'est environ 450 TWh. Soit un peu plus que la puissance installée par EDF en France.

Pour faire rouler les mêmes voitures au tout électronucléaire il faut plus que doubler notre nombre de réacteurs et en ajouter une bonne soixantaine au parc existant.

5/ "Et si on continuait la croissance énergétique avec du nucléaire"

Encore une autre idée rigolote. Mais probablement la moins réaliste. A cause de ces maudites exponentielles.

Ça donne quoi au niveau mondial, si on applique une croissance de 3% à notre consommation actuelle :

  • De 2020 à 2030 : on passe de 600 EJ à 800 EJ, soit 200 EJ supplémentaires à produire. Soit 8000 centrales en 10 ans !!
  • De 2020 à 2040 : 500  à ajouter : soit 20.000 centrales, soit 12 000 en 10 ans
  • De 2020 à 2050 : 900EJ : soit 36000 centrales de plus, Soit 16 000 en 10 ans. Faut prévoir les pelleteuses électriques...

Et le plus inquiétant là dedans c'est qu'on observe une très forte corrélation entre croissance énergétique et croissance économique (Voir M. Jancovici sur ce thème, comme sur beaucoup d'autres).

Conclusions

Pour ceux qui ont eu le courage de lire jusque là, bravo ! Et désolé pour ceux qui pensaient que la transition, c'était trois panneaux solaires et une poignée de centrales EPR.

Nous avons un gros soucis, et il n'y a pas de solution miracle. On ne pourra pas continuer notre croissance énergétique à 3% et il va falloir faire avec cette satanée exponentielle.

Je ne dis surtout pas qu'il faut se passer du nucléaire, je dis juste que ce n'est malheureusement pas une panacée. Ni les énergies renouvelables d'ailleurs.Il faudra surement mélanger nos meilleures solutions avec beaucoup de sobriété et d'inventivité pour que cette exponentielle et son arrêt ne finisse pas en cauchemar.

Un dernier chiffre pour les gourmands : avec une croissance à 3% de l’énergie consommée, en 2200, il faudra à nos descendants  130 000EJ par an et donc 5 000 000 de centrales nucléaires...


Sources :

Wikipédia : Ressources et consommation énergétiques mondiales https://fr.wikipedia.org/wiki/Ressources_et_consommation_%C3%A9nerg%C3%A9tiques_mondiales

EDF : Le nucléaire en chiffres https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/l-energie-de-a-a-z/tout-sur-l-energie/produire-de-l-electricite/le-nucleaire-en-chiffres

Ademe : l'énergie en France : https://agirpourlatransition.ademe.fr/particuliers/conso/conso-responsable/lenergie-france

Ministère de la transition énergétique : Bilan énergétique de la France : https://www.statistiques.developpement-durable.gouv.fr/edition-numerique/chiffres-cles-energie-2021/6-bilan-energetique-de-la-france

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des titres de séjour suspendus aux « principes de la République » 
Le ministre de l’intérieur veut priver de titre de séjour les personnes étrangères qui manifestent un « rejet des principes de la République ». Cette mesure, déjà intégrée à la loi « séparatisme » de 2021 mais déclarée inconstitutionnelle, resurgit dans le texte qui doit être examiné d’ici la fin de l’année. 
par Camille Polloni
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — États-Unis
L’auteur britannique Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie était hospitalisé vendredi après avoir été poignardé, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
DragRace France : une autre télévision est possible ?
Ce billet, co-écrit avec Mathis Aubert Brielle, est une critique politique de l'émission DragRace France. Il présente la façon dont cette émission s'approprie les codes de la téléréalité pour s'éloigner du genre en matière de contenu et de vision du monde promue.
par Antoine SallesPapou
Billet de blog
33e Festival de Fameck - Mounia Meddour, Présidente du jury et l'Algérie, pays invité
L’édition 2022 du Festival du Film Arabe de Fameck - Val de Fensch (qui se tiendra du 6 au 16 octobre) proposera sur onze jours une programmation de 30 films. La manifestation mettra à l’honneur l’Algérie comme pays invité. Le jury longs-métrages du festival sera présidé par la cinéaste Mounia Meddour.
par Festival du Film Arabe de Fameck
Billet d’édition
Entretien avec Leonardo Medel, réalisateur de « La Verónica »
Après une sélection au festival de Biarritz et au festival international du nouveau cinéma latino-américain de La Havane où il reçut le Prix FIPRESCI de la critique internationale, « La Verónica » sortira officiellement dans les salles en France à partir du 17 août 2022. L'opportunité de découvrir un cinéaste audacieux autour d'une critique sans concession des excès des influenceurs sur le Net.
par Cédric Lépine
Billet de blog
« As Bestas » (2022) de Rodrigo Sorogoyen
Au-delà de l’histoire singulière qui se trouve ici livrée, le réalisateur espagnol permet une nouvelle fois de mesurer combien « perseverare » est, non pas « diabolicum », comme l’affirme le dicton, mais « humanissimum ». Et combien cette « persévérance » est grande, car digne de l’obstination des « bêtes », et élevant l’Homme au rang des Titans.
par Acanthe