Loi travail: Motion de censure, ultime soubresaut de la démocratie

Le 49.3 a été utilisé par un gouvernement affaibli, incapable de convaincre et de dialoguer. Encore une fois, Manuel Valls a poussé l'autoritarisme à son extrême.

Les députés PS frondeurs et d'autres, opposés à la loi travail et à la méthode Valls, réfléchissaient cet après-midi à la perspective de déposer une motion de censure de gauche ; cela nécessiterait la signature de 10% des députés, soit 58. A défaut, ils voteraient la motion de censure déjà déposée par les LR et l'UDI. Jean-Luc Mélenchon a déjà annoncé qu'il voterait si besoin la motion de droite, comme une juste réponse des "dégoutés aux dégoutants".

JC Cambadélis a d'ores et déjà menacé d'exclusion du parti les députés PS qui voteraient la motion de censure. Mais le fera-t-il ? 

Si le PS exclut les frondeurs et quelques autres de ses députés, il risquerait de ne plus détenir la majorité à l'assemblée nationale. Le président serait alors obligé de dissoudre. Elections législatives. Et ce serait la cohabitation de façon quasi certaine. 

Que retiendra l'Histoire de ce triste épisode? Ne faut-il pas sanctionner ce gouvernement ? Que resterait-t-il de la démocratie et comment se déroulerait cette dernière année de mandat Hollande, si rien ne se passe et si ce gouvernement perdure ? Qu'est-ce qui pourrait arrêter sa course arrogante? 

Ne rien faire, pour les députés PS, serait donner un blanc-seing à un gouvernement voyou et trahir leurs électeurs. 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.