Halawalex
Abonné·e de Mediapart

13 Billets

0 Édition

Billet de blog 15 sept. 2022

Halawalex
Abonné·e de Mediapart

Abnégation.10

Je suis entrée dans l’Abnégation Nationale en 2010, par fidélité familiale pour la Fonction Publique et engagement pour l’intérêt collectif. J’ai croisé la route d’enfants cabossés et rieurs, de parents valeureux et modestes, de collègues engagés et résiliants. Après 12 ans de chemins de traverse, la coupe est pleine. J’ai été bien résistante mais là je suis abîmée. Alors je sauve ma peau,je pars.

Halawalex
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Réparer les dégâts

Apprendre à mettre une distance. Fuir les environnements anxiogènes. Faire barrière aux comportements dysfonctionnants. Ne pas se laisser polluer par l’agressivité et la condescendance. Se protéger des comportements pervers. Dénoncer pour ne pas cautionner. Défendre bec et ongles ses valeurs et son libre-arbitre. Ne pas se trahir. Dire non. 

Cultiver les relations saines et bienveillantes. Garder espoir. Agrandir les cercles vertueux. Se ménager des espaces mentaux libres et créatifs. Faire chaque chose en son temps et à son rythme. Apprendre à faire redescendre son rythme cardiaque. Vivre l’instant présent. Respirer. Dormir. Trouver des environnements fonctionnels. Retrouver confiance. Dire merci.

Autant le dire tout de suite, ce billet sera moins amusant à lire que le précédent. J’en aurais mis du temps à l’écrire. Presque deux ans. Deux ans pour réussir à mettre des mots, mais quels mots? Je ne sais pas encore lesquels je peux transmettre. Ce sentiment que ma souffrance n’est pas légitime est toujours là. Malgré le chemin, malgré les thérapies, malgré les prises de conscience. J’ai vécu un épisode traumatique lors de mon examen professionnel pour obtenir le titre d’enseignante spécialisée. Ces mots-là sont simples et clairs, posés par ma psychologue. Je ne vous écrirai pas les mots posés par un médecin spécialiste de la souffrance au travail, ils sont bien plus violents. Je les ai effacés de ce billet, ils ne sont qu’à moi. Vous ajoutez à cela la dégradation des conditions de travail et les évolutions de l’institution qui nuisent toujours plus à ceux qui en ont le plus besoin, et vous avez là le cocktail détonnant.

J’ai tenté de bouger de place au sein de l’Abnégation Nationale pour évoluer dans un milieu que je savais plus protecteur car avec un travail d’équipe plus resserré. Cela, je l’ai trouvé, et ô combien! J’ai encore une fois rencontré des collègues exceptionnel.le.s, tant envers leurs pairs qu’envers les enfants. Pour certain.e.s,  des ami.e.s chèr.e.s à présent. Je cherchais également un poste où, convenablement formée, je pourrais agir au long court pour lutter contre les difficultés et les inégalités que vivent nos élèves. Ce que je ne savais pas, c’est que pour y parvenir, j’allai en passer par le pire pour moi. Pire qui me ferait définitivement partir. Je suis aussi un peu rêveuse, certains diront, mais je n’avais pas touché du doigt à quel point la vacuité de notre action était désormais actée, enracinée. 

J’ai toujours pensé que j’étais née avec une bonne décennie de retard dans la vie. Et sincèrement, en ce qui concerne l’enseignement spécialisé, cela s’avère à mon sens très exact. J’ai rapidement senti au cours de la formation que mes valeurs et ma posture professionnelle n’étaient plus vraiment en adéquation avec ce vers quoi tendaient les enseignements de la nouvelle mouture de formation. Je suis un peu « à l’ancienne » je crois. Et j’y tiens farouchement lorsqu’il s’agit de ne pas prendre des vessies pour des lanternes. Ou alors c’est peut-être que je fais partie de celles et ceux qui enseignent et accompagnent avec tout ce qu’ils sont, bien au-delà des outils et des gadgets. 

Il est long, le chemin, pour prendre conscience que ce qu’il s’est passé n’est pas normal. Quand un inspecteur est maltraitant envers une enseignante devant deux autres hiérarchiques qui ne trouvent rien à redire, ce n’est pas si évident de se sentir légitime à en souffrir. Quand ton travail de recherche est loué par ta formatrice et ton tuteur, que ta pratique est approuvée par tes collègues de terrain, et que le tout est ensuite dénigré lors de l’examen, ce n’est pas facile de s’y retrouver. En psychiatrie, appliqué à une personne, on appellerait sûrement ce type de comportement « pervers narcissique ». Là, il ne s’agit pas d’une personne, mais d’un système. 

Concernant ce fameux inspecteur maltraitant, nous devons savoir que c’est loin d’être la première fois que cela se produit. Une collègue a réussi à se mettre « en mode lionne » pour lui faire face lors de sa session d’examen. Précisions qu’il dure 4h-4h30 de pratique et d’oral, cet examen. C’est une force de la nature, ma copine. Dans mon école, une autre collègue est passée devant lui, non pas pour l’examen, mais au tout début de la démarche : pour l’entretien d’admission en formation. Résultat : 3 jours d’arrêt et encore les larmes aux yeux quand elle m'en parlait des mois plus tard. Dans une autre de mes écoles, il a aussi animé une grande réunion à propos d’une « situation d’urgence ». Une équipe terrassée, deux enseignant.e.s en pleurs. Ma collègue chevronnée d’une compétence rare avait préparé sa prise de parole pendant plusieurs jours auparavant : elle était quasiment en état de choc à la sortie, épuisée, après lui avoir vaillamment et très professionnellement tenu tête.  

Ce sont trois exemples de mon entourage direct, survenus en deux ans. Je ne citerai pas les témoignages par intermédiaires. Mais comme on dit aujourd’hui, « # pas de vagues »! J’ai entendu de la bouche d’une formatrice que cette personne était peut-être bien Asperger, ce qui tendrait à expliquer son manque total d’empathie selon elle. Alors là, j’avoue que c’est la cerise sur le gâteau! Ce monsieur traumatise tout le monde impunément et il faudrait encore que l’on ne dise rien car il serait peut-être Asperger! Heu…jusqu’à preuve du contraire, la perversion n’est pas un signe clinique de l’autisme, non? Si tel est le cas, ou plutôt si les manifestations de son trouble en font un danger pour ses collaborateurs, il aurait été bienvenu de lui proposer un poste où il puisse s’épanouir sans détruire les autres. 

Mais ça, ce serait dans un monde où l’on saurait trouver la mesure de toute chose. Dans un monde où les particularités de chacun seraient prises en compte dans le respect de tous. Dans ce monde-là, qui est le nôtre en général et celui de l’Abnégation Nationale en particulier, on avance à marche forcée en fermant les yeux sur la violence. 

Elle est belle, n’est-ce pas, notre « École Inclusive »? 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid