Halim Mahmoudi
Auteur de BD / Presse
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mai 2017

Mon vote n'a pas la peau blanche

Le FN promeut un patriotisme extrémiste radical. Comme un « Djihad bleu, blanc et rouge ». Une sorte de « guerre sainte » au nom de la préférence nationale aux racines blanches et chrétiennes. Si pour vous le vote est un droit, pour nous il a le poids et la douleur d’un devoir : Celui de rester en vie !

Halim Mahmoudi
Auteur de BD / Presse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 «Il est si facile de détourner le regard,

De vivre avec les conséquences de notre histoire

Et d'ignorer l'infamie perpétrée en notre nom tous.

Toi et moi, nous n'avons jamais vraiment eu ce luxe. » 

Ta-Nehisi Coates  - Une Colère Noire.

Comme il y a 15 ans, les élections présidentielles de 2017 nous mettent face à la menace bien réelle du Front National au second tour. Mais cette fois-ci, des millions de Français s’apprêtent à voter Marine Le Pen. Par choix. Des millions d’autres quant à eux, ne peuvent déjà se résoudre à voter pour Emmanuel Macron.

Un luxe que j’aurai adoré connaitre, mais je ne peux pas me le permettre. Je ne peux pas m’offrir le privilège de croire qu’en France mon vote peut être aussi blanc que les autres…

Les élections de 2002 qui opposèrent Jacques Chirac à Jean Marie Lepen au second tour servent souvent d’exemples aux élections-ci (Le chantage au vote utile, le regret d’avoir voté Chirac etc). Mais, en dehors d’un chômage et des inégalités galopantes,  quelles ont été les conséquences les plus graves du dernier quinquennat de Chirac? Les lois d’exceptions sur le port du voile dès 2004, l’assimilation des arabes et noirs de France à l’islamisme radical, les émeutes de 2005 dans l’indifférence générale, un plafond de verre structurelle maintenant l’existence des ghettos ethniques et une crise économique qui a touché tout le monde, mais qui généré une augmentation des discriminations toujours plus racistes, décomplexées et violentes à l’égard des populations racisées et criminalisées. Populations dont les vies, et des voix électorales restent invisibles car elles ni représentées ni prises en compte. Jamais !

Le voilà le bilan du quinquennat de Chirac ! Quel aurait été celui de Jean-Marie Le Pen ?

De 2002 à 2017, le terreau fertile où le FN a poussé année après année, est la cause direct du traitement et des attaques incessantes que nous avons subis jusqu’à l’état d’urgence actuel.

En dépit des alternances politiques, les arabes et noirs de France ont depuis toujours été des citoyens de seconde zone. Des indésirables. Nous habitons pour la plupart hors des périphéries des villes, où nous culminons depuis toujours à plus 40% de chômage. Notre pauvreté à nous, est le fait de discriminations qui nous condamnent presque tous à l’invisibilité, à l’échec scolaire, aux aides sociales, aux voies de garages, et autant de CDD, missions interim, répressions policières, et exclusions systémique. Le plafond de verre entre les blancs et nous, nous pousse dans l’économie parallèle, l’illégalité, et nous remplissons les prisons françaises à 77%. Que la France soit ou non en crise, ce plafond de verre est si omniprésent qu’on le croirait inscrit dans le marbre de la constitution Française. Comme un héritage..

Malheureusement, de population en danger, nous sommes devenues une population dangereuse. Entre 2002 et 2017, nos visages et nos noms de familles ont été synonymes de la délinquance puis du terrorisme. Nous en sommes devenus inemployables, inintégrable et infréquentables. A un point tel que Marine Lepen se targue d’avoir à elle seule le « courage » de s’attaquer à nous, sans que personne en France ne se demande ce que nous ressentons au fond de nous, à être ainsi perçus comme des parasites ou du gibier à abattre.   

A cause d’une poignée d’extrémistes religieux, nous payons tous, et passons pour des individus potentiellement dangereux. Mais imaginez un instant que nous traitions tous les français de fascistes, parce qu’une poignée d’entre eux (majoritairement blancs) votent Front National ? Vous en penseriez quoi ?

Très honnêtement, je ne sais pas ce qui nous retient de le faire. De proposer des centres de déradicalisation politique,  d’instaurer un état d’urgence ou que sais-je encore...

Depuis que je suis petit, je sais que le FN promeut un patriotisme extrémiste radical. Comme un « Djihad bleu, blanc et rouge ». Une sorte de « guerre sainte » au nom de la préférence nationale aux racines blanches et chrétiennes. Ses partisans qui ne s’en sont jamais cachés ne sont pas vus comme des illuminés ou des prêcheurs radicaux. Pourtant en prônant la haine raciale, c’est ce qu’ils sont.

Malgré tout, FN ou pas, nous avons l’habitude de ces injustices à 2 vitesses. La police Française qui vote à plus de 50% pour ce parti, tue 10 à 15 d’entre nous, chaque année, en toute impunité…. Pour dire que la seule chose que nous avons assimilé dans vos politiques d’intégrations vaseuses, c’est que nos vies ne valent rien en comparaison des vôtres. Et par conséquent, notre avis et notre voix non plus !

Depuis une semaine, j’assiste incrédule à la vaillante certitude des blancs, à leur éthique de privilégiés convaincu de ne pas se corrompre dans le vote Macron. Parce que comme leur vie, leur voix a un prix, que la mienne n’a pas. Ils arguent qu’ils ne voteront jamais Macron. Qu’ils ne se sont pas opposé des mois durant à sa loi travail pour abdiquer dans l’isoloir. Que c’est au-delà de leurs forces etc… Je les vois confondre ennemi avec adversaire, et se permettre ce luxe inouï (et inconscient) d’ignorer la menace FN, parce qu’ils ne sont pas étrangers, musulmans, pauvres, homosexuels ou autre.

En 2017, Macron est un adversaire du peuple, dévoué à la finance mondialisée. C’est vrai, mais Marine Le Pen n’est pas un simple « adversaire » du peuple, elle en est l’ennemi !

Cet erzat de « califat » qu’elle nommera « 6e République » s’en prendra avant tout et exclusivement à toutes celles et ceux qui n’ont pas le luxe de refuser le chantage Macron-Lepen.

« Heureusement » la politique prônée par le FN, n’est pas très différente de celle que nous avons l’habitude de subir en France.

Nous sommes en quelque sorte, devenus « tolérants » économiquement et socialement aux souffrances qu’engendre l’exclusion raciale. Et à mesure que nous nous sommes habitués à elles, de plus en plus de privilégiés - majoritairement blancs - ont adhéré gentiment aux idées du Front National.

Alors si pour vous le vote est un droit, pour nous il a le poids et la douleur d’un devoir.

Celui de rester en vie !

Halim Mahmoudi

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach