Ozone et dérèglement climatique 2

L'oxygène nous protège

La protection en question consiste à bloquer les rayonnements électromagnétiques (OEM) les plus énergétiques (gamma, X) venant du soleil ou de l’espace. Le phénomène n’est qu’une réaction chimique. Grâce à l’énergie du rayonnement, la liaison qui relie les deux atomes d’oxygène s’ouvre et permet la création de l’ozone dont l’instabilité, dans le temps, restitue l’oxygène de départ.

Cette réaction permanente absorbe l’énergie des photons. Tant qu’il y a de l’oxygène, il y a de l’ozone.

 

Ensuite, pour créer du CO2, il faut utiliser de l’O2.

 

Or, l’Oxygène est généré dans la nature par le plancton, les forêts et toute la végétation qui utilise la photosynthèse pour vivre.

 

Tant que cette production d’O2 est suffisante pour combler le vide créé par les combustions, seul l’effet de serre lié au CO2 se manifeste.

 

Mais si la production d’oxygène est insuffisante pour compenser le vide, là les conséquences sont plus graves. Le taux d’oxygène baisse, pas au niveau du sol dans l’immédiat, mais en altitude car en ce lieu il n’y a aucun producteur d’O2.

 

Pascal Philippot(1) indique que l’ozone est présent entre 10 et 50 km d’altitude et qu’il se forme de l'ozone à partir de 1 % d’oxygène dans l’air

Conclusion si la haute atmosphère contient moins d’O2, l’énergie des rayons solaires pénètre plus profond, réchauffe l’air et le sol.

 

Je ne sais s’il y a des études sur l’évolution du taux d’oxygène dans l’air en fonction de l’altitude, mais un certain nombre de facteurs apportent du crédit à cette hypothèse.

 

La déforestation

La pollution des océans (action sur le planton)

L’évolution de la démographie multipliée par 4 en 2 siècles avec toutes les répercussions sur l’économie qui rejette du CO2.

Le développement de l’aviation (doublement du trafic tous les 15 ans depuis 1990) directement responsable de la diminution de l’O2 en altitude.

 

Je pense que le volet ozone doit être pris en compte et analysé précisément pour comprendre l’évolution du climat et voir ou agir pour être efficace. Le tri sélectif, le recyclage, et autre mesures écologie du même style, ne seront jamais suffisantes pour préserver toutes formes de vie sur terre.

 

  • De Géoscience de Montpellier dans Science et Vie Hors série N° 288 de septembre 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.