Lienemann, Filoche, Emmanuelli, Hamon et les autres devraient tirer les conséquences de la dérive droitière du gouvernement.

 Quel point commun entre ces personnalités politiques, hormis leur appartenance au PS ? Un ministre, une sénatrice, un député, un membre du bureau national du PS. La liste n’est pas exhaustive. Il s’agit de personnalités dont les idées se situent à gauche du PS.  Il n’est qu’à visiter le blog de Gérard Filoche pour s’en convaincre  http://www.filoche.net/2013/11/  .  Benoit Hamon et Henri Emmanuelli ne sont pas en reste et nul besoin d’aller rechercher leur propos d’avant la présidentielle. Ils s’érigeaient fin aout dans les Landes contre la dérive droitière de M.Valls : http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/09/28/roms-benoit-hamon-denonce-les-propos-de-manuel-valls_3486666_823448.html 

On peut comprendre la  logique selon laquelle ces personnalités souhaitent peser de l’intérieur sur les orientations du PS et les décisions du gouvernement mais n’est-on pas en droit de s’interroger? Jusqu’où les reniements du gouvernements doivent-ils aller pour qu’ils claquent la porte avec classe et panache, proclamant haut et fort qu’avec la liste suivante,  la coupe est pleine : absence de la grande réforme fiscale annoncée durant la campagne, cadeau sans contrepartie du crédit impôt compétitivité (20 milliards) partiellement financé par une hausse de la TVA (voir ici le papier récent de L.Mauduit : http://www.mediapart.fr/journal/france/061113/sous-les-revoltes-fiscales-la-menace-populiste ),  renoncement à l’engagement de campagne de ne pas avaliser le pacte budgétaire européen, contre-réforme des retraites à laquelle  pour l’essentiel ce sont encore les salariés qui contribuent,  loi entérinant  l’accord national interprofessionnel (ANI) qui accentue la  flexibilité du  travail…etc.

G.Filoche écrit dans un entretien récent  « (…) Et nous, il faut arrêter de faire tous ces cadeaux au Medef. Ca ne sert à rien, le Medef lui, ne nous fait pas de cadeau. (…) »      (http://www.filoche.net/2013/11/06/mon-intervention-au-bn-du-mardi-5-novembre-quest-ce-qui-se-passe-en-bretagne-et-ailleurs/ ). « So what » est-on tenté de répondre ? Cela fait des années que G.Filoche répète les mêmes choses qu’au demeurant nous partageons. Le moment n’est-il pas venu de tirer les conséquences de l’inexorable dérive droitière du PS ?

Car à gauche Mesdames et Messieurs les détracteurs du social-libéralisme, l’offre politique alternative existe et l’exil s’il est douloureux, peut se révéler salvateur. Je n’ose croire que c’est la chaîne des avantages dont parlait La Boétie (une des explications de la servitude volontaire, outre l’habitude) qui vous retient !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.