Que faire avec plus de 40 milliards d'euros par an? "Et si l’on répondait aux besoins de la population, pour changer ? "

Tout ou partie des Milliards consacrés au CICE et au Pacte de responsabilité pourraient être consacrés à des dépenses socialement utiles c'est-à-dire répondant à de vrais besoins.

 Le titre de mon billet reprend en partie celui de l'excellent Observatoire des Inégalités. Le site a publié il y a quelques temps un excellent document permettant de simuler de manière simple et interactive l'usage qui pourrait être fait de tout ou partie des sommes colossales et sans précédent engagées dans le CICE et le Pacte de responsabilité. Ces dispositifs qui visent à stimuler l'offre (améliorer les conditions de production des entreprises en baissant les cotisations sociales et les impôts, on parle de « choc d'offre » dans le jargon économique) sont décrits avec précision par exemple sur le Portail Vie Publique ici :http://www.vie-publique.fr/actualite/dossier/rub1786/pacte-responsabilite-solidarite-allegements-charges-contre-embauches.html

 Leur portée potentielle est évaluée ici par des économistes de l'OFCE : https://www.google.fr/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=2&ved=0ahUKEwirjYD1po3LAhUPhhoKHYihAesQFggkMAE&url=http%3A%2F%2Fwww.ofce.sciences-po.fr%2Fpdf-articles%2F2013%2FDucoudre-.pdf&usg=AFQjCNFGmB-ORxOHVmJNmimcf2n9qjGPRw&cad=rja

 Outre le caractère nettement sujet à caution du dispositif, l'observatoire des inégalités illustre les alternatives possibles dans l'affectation d'une fraction des sommes engagées. Par exemple, rénover et construire chaque année 100 000 logements sociaux ne coûterait (« que ») trois milliards d'euros, créer 200 000 emplois d’utilité publique quatre milliards etrendre accessibles les bâtiments publics aux personnes à mobilité réduite deux milliards pour une année. Voir ici l'article de l'observatoire et le simulateur : http://www.inegalites.fr/spip.php?page=analyse&id_article=1960&id_rubrique=110&id_mot=74

Édifiante démonstration qui prouve l'injustice, l'inefficacité et la gabegie d'un « pacte » qui n'en a que le nom car les dépenses sont engagées sans véritable engagement ni contrepartie. Au fait, que devient l'observatoire des contreparties qui était sensé contrôler l'efficacité du dispositif ?

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.