Municipales : le retour à une régie publique de l’eau

Nous[i] avons  organisé le vendredi 24 janvier  à Salles (Gironde) une soirée-débat sur les problèmes posés par la gestion de l’eau par les multinationales et la pertinence d’un passage à une régie publique.

Nous[i] avons  organisé le vendredi 24 janvier  à Salles (Gironde) une soirée-débat sur les problèmes posés par la gestion de l’eau par les multinationales et la pertinence d’un passage à une régie publique.

Le premier intervenant, Monsieur P. du Fau de la Mothe, expert-comptable et conseiller régional (groupe écologie-front de gauche) a évoqué l’action de longue haleine conduite avec l’association Trans’cub (communauté urbaine de Bordeaux), action qui conduisit fin 2006 la Lyonnaise des Eaux à l’engagement de reverser la coquette somme de 233 millions d’euros à la communauté urbaine de Bordeaux. Un succès contre la multinationale accusée d’utiliser des méthodes douteuses pour engranger des surprofits. Facturer des compteurs d’eau pour une durée de vie supposée plus courte que leur durée réelle fait partie de ces procédés utilisés pour gruger les usagers. Ces derniers, captifs en raison du caractère monopolistique de l’activité une fois la gestion confiée à une entreprise, n’ont pas vraiment droit au chapitre, sauf lorsqu’ils s’unissent et se mobilisent. Exiger par exemple la mise en place d’une commission de contrôle financier est une obligation. Pourtant, de très nombreuses communes s’y refusent comme l’a rappelé dans le débat qui suivit  le conseiller municipal d’une localité voisine.

P.Augey, conseiller général et maire de la commune rurale de Fargues de Langon (33), a dressé un bilan positif de la régie intercommunale qu’il dirige, insistant notamment sur une  gestion plus démocratique et de proximité qui n’est pas sans rappeler l’un des arguments avancés par Gabriel Amard,
président de la Communauté d’agglomération les Lacs de l’Essonne et  du Conseil d’exploitation de la Régie publique Eau des lacs de l’Essonne. Autres avantages des régies publiques en général : un prix en moyenne inférieur de 25% et une possibilité de pratiquer des tarifs croissants avec la consommation pour inciter les usagers à économiser, les premiers litres gratuits. La dimension sociale du développement soutenable (la gratuité des premiers litres, un prix moins élevé) rencontre donc l’aspect environnemental (ne pas gaspiller ce bien commun).

Christian Bayrand, tête de liste dans la commune voisine du Barp (liste Gauche citoyenne pour le Barp soutenue par Le front de Gauche) s’est engagé s’il est élu à impulser une réflexion intercommunale sur la voie d’une régie publique. Vincent Nuchy maire de Salles (PS), s'il a indiqué qu'il n'excluait pas une réflexion sur la question, s'est montré beaucoup plus circonspect. Les résultats des municipales au niveau local et national seront peut-être de nature à stimuler un volontarisme politique en demi-teinte.

H.Bourouffala, membre de l’assemblée citoyenne Front de Gauche du Val de l’Eyre.

 

 


[i] L’assemblée citoyenne front de gauche du val de l’Eyre Gironde (constituée en 2012 pour soutenir la candidature de JL Mélenchon et le programme l’Humain d’abord lors des présidentielles)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.