Réforme du lycée : la formation des citoyens est sacrifiée par Luc Chatel.

A l’automne 2008, le projet de réforme du lycée avancé par X. Darcos

La campagne d’information menée avec efficacité par l’APSES (association des professeurs de sciences économiques et sociales), a conduit le ministère à reconnaître la centralité de cet enseignement pour la formation citoyenne et les SES furent intégrées dans le tronc commun juste avant que X. Darcos ne reporte sa réforme qui souffrait pas ailleurs d’important défauts (l’essentiel résidant dans la volonté de réformer à moyens constants, voire en les réduisant) . La logique voudrait alors que l’enseignement des sciences sociales pour tous soit un fait acquis dans la réflexion actuelle sur le nouveau le lycée. Non seulement il n’en est rien mais les SES voient leur horaire diminué ! (passant pour les élèves de 2 heures 30 à 1 heure 30). Cela témoigne d’un mépris pour tout le travail d’information du public et de concertation réalisé durant cette période mouvementée.

 

Luc Chatel doit prendre conscience qu’une profession qui parvient à rassembler en l’espace d’une semaine prés d’un tiers de ses membres pour une belle manifestation nationale (le 3 décembre 2008) sera le moment venu en ordre de bataille pour défendre l’exercice de ce sacerdoce que constitue l’aide apportée aux élèves pour mieux comprendre la société dans laquelle ils vivent.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.