Après PSA, AREVA. Philippe Varin, le "Serial Planteur"...

Philippe Varin, l'homme qui valait 21 Millions d'euros.

Pour commencer, inutile de me répondre que ce grand chef d'entreprise n'est pas responsable des pertes d'Areva. Il y a un an on nous expliquait qu'il méritait une telle retraite car il est un de ces grand patrons qui « prennent des risquent immenses, ont d'énormes responsabilités », alors Monsieur Varin, assumez les responsabilités qui incombe à ces sommes !

Monsieur Varin est responsable de 5700 départs « volontaires » ches PSA. Il a tout raté au point de se faire jeter par la famille Peugeot. En 2010 il rate le rapprochement avec Mitsubishi, un raté assez extraordinaire, puisque c'est au salon de Genève que le boss de Mitsubishi Motors affirme à La Tribune qu'"une alliance capitalistique n'est pas à l'ordre du jour". Varin se voit obligé de pondre un communiqué pour dire que, effectivement, "les conditions d'une alliance ne sont pas réunies". La loose Made In France...

Souvenez-vous, le même Monsieur Varin nous annonçait sans rire en 2012, certain de sa toute puissance, une grande alliance avec GM. Pour plaire aux américains, Monsieur Varin prive Peugeot du marché Iranien, alors deuxième marché de la marque derrière la France. Finalement, GM ne prendra que 7 % de PSA avant de s'en débarrasser rapidement...

Mais en France, un tel « capitaine » d'industrie, aussi brillant et visionnaire, on ne laisse pas à Pôle Emploi, non, on le recycle dans une entreprise appartenant à l'État pour 87 %, AREVA.

En Novembre 2014, Philippe Varin annonce des mesures « radicales pour sauver AREVA ».
La principale mesure ? Un truc complètement nouveau, qui a déjà fait ses preuves de « grande réussite ». Varin décide de créer une société de défaisance.
OUI ! Une société de défaisance, la même brillante idée, qui avait servi avec l’immense succès que l'on connaît, à sauver Le Crédit Lyonnais. Rien que le fait de penser à cette méthode devrait immédiatement lui valoir un renvoi direct. Mais non, pas ici, pas en France...

Bilan en ce mois de Mars 2015, AREVA doit trouver 5 Milliards, on nous rabâche déjà l'excuse des « départs volontaires », mais nul doute que le salaire de Monsieur Varin "le visionnaire" sera maintenu.

Cette homme est un visionnaire, on comprend pourquoi il vaut autant de millions !

Cet homme plante tout, avec de vieilles méthodes et on le laisse continuer, mais rassurez-vous, son salaire n'est pas indexé sur sa réussite, il est même inversement proportionnel au nombre d'emplois détruits.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.