Harcèlement moral sur adulte handicapé. #TRIALP et #C2A -

Bernard Accoyer, toujours prompt à donner des leçons de gestion au gouvernement, montre bien l'exemple avec l'Agglo dont il est vice président. A la C2A, quand on doit choisir entre une Association qui facture 310.453,24 Euros (prix pour 2011) et une société privée qui facture 361.323 euros (prix pour 2012), on choisit évidement... la société privée. Alors même que l'association occupait déjà les postes sur les déchèteries depuis plus de dix ans.

Cette société c'est TRIALP, une société qui aime communiquer sur la convivialité et l'insertion. Comment s'offrir une image de bons samaritains...

Le soucis ? Faut pas regarder de plus près !

« Harcèlement moral sur adulte handicapé »

Monsieur R.J. est reconnu adulte handicapé suite à un AVC en 2005. Il commence à travailler pour TRIALP fin mars 2012. La société ne lui propose pas de contrat d'insertion, mais un CDD tout public. Aucun poste en insertion ne sera créé sur les déchèteries de l'agglomération d'Annecy en 2012. A ce jours il n'en n'existe toujours pas à notre connaissance.

Dès le premier jour sur l'agglo, Monsieur R.J. sera laissé seul un site réputé pour être très compliqué à gérer, faisant face chaque jours aux altercations et aux problèmes de sécurité. Aucun aménagement ne lui sera proposé, totalement abandonné par sa hiérarchie qui à aucun moment ne souhaite prendre en compte son handicap. Trialp le laissera même sans moyen de communication et sans téléphone plusieurs semaines, impossible pour lui de communiquer en cas de problème...

Tout est fait pour le faire craquer. Alors même que Monsieur R.J. est reconnu adulte handicapé, sa hiérarchie va jouer avec lui. Ordre et contre ordre permanent, changement de planning du jour au lendemain, il sera même témoin d'une violente agression physique de son supérieur sur un collègue de travail (plainte déposée).

Monsieur R.J. est détruit par ce management totalement inacceptable à la vue de son statut d'adulte handicapé.

Le harcèlement moral sera reconnu par la médecine le 30/10/2012. (voir photo) Et un arrêt de travail prononcé.

Harcèlement morale reconnu par le médecin de Monsieur R.J Harcèlement morale reconnu par le médecin de Monsieur R.J

Mais TRIALP est intouchable, alors pourquoi ne pas en rajouter une couche ? Alors même que Monsieur R.J est en arrêt, un cadre de la société lui envoi ce texto surnaturel le 06/11/2012 « il est urgent que je récupère la clef de chavanod tu me l'apporte aujourd'hui à Epagny. J'attends réponse »

Suite à cet arrêt de travail, Monsieur R.J. passe devant la médecine du travail qui le déclare apte le 09/01/2013 pour une reprise de son poste. Dans un état psychologique totalement détruit, Monsieur R.J. est pourtant bien obligé de reprendre son poste. Son retour sur poste se soldant par des vouvoiements vexatoires de la part de son chef d'équipe, un éloignement de son poste alors que qu'il se déplace uniquement avec un scooter hors d'age, etc.

Devant de tels actes, son médecin remet Monsieur R.J en arrêt de travail. Suite à cet arrêt il sera de nouveau obligé de passer devant la médecine du travail, qui par magie déclare Monsieur R.J « Inapte » après 15 mois de travail...

Monsieur R.J sera donc licencié le 05/07/2013 pour « Inaptitude ». Depuis quand peut-on juger un travailleur handicapé comme « inapte » après 15 mois de travail dans ces conditions ?

Malgré ces preuves, notamment les écris du médecin qui écrit clairement « Harcèlement moral », la justice Annécienne à pensé qu'il n'y avait aucune preuve de harcèlement et à classé la plainte. Circulez ! Y a rien à voir ! Précisons qu'une deuxième plainte à été déposée contre les mêmes personnes, également pour harcèlement moral mais aussi une pour agression physique.

Dans la deuxième partie à venir, nous verrons qu'il n'est pas bon de vouloir conserver sa vie privée sur les déchèteries de l'agglomération d'Annecy, avec des photos qui circulent de mains en mains ou l'on voit des usagers et le personnel. La version officielle de la C2A et de TRIALP est de dire « C'est faux. Ces photos n'ont jamais existé. » Et pourtant, elles seront diffusées ici...

Le pion de service...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.