Hazies Mousli
Abonné·e de Mediapart

382 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 août 2014

Hazies Mousli
Abonné·e de Mediapart

Gestion colonial d'hier et d'aujourd'hui (1iere parti:l'Algérie )

Hazies Mousli
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En avant-propos, quelques fonctions et dispositifs clés de l’administration de l’Algérie coloniale

La mission du Cadi

Juriste musulman, le Cadi est un référent en matière de droit musulman. Consulté dans les affaires courantes, telles que les mariages, les divorces, les affaires notariales…, son rôle essentiel consiste à gérer la vie sociale des autochtones, à coups de jurisprudence musulmane, mais dans le strict cadre de la réglementation imposé par le régime républicain français.

Chaque ville moyenne compte un cadi installé dans les locaux municipaux,officiant sous la responsabilité directe des autorités françaises et du maire.Le maire de la ville, quant à lui, s’occupe exclusivement de ses administrés de nationalitéfrançaise. Dans la hiérarchie coloniale, un autre personnage musulman joue un rôle de tout premier plan, se plaçant au-dessus du Cadi, il s’agit du « Caïd ».

La fonction du Caïd en Algérie et le personnel indigène de la SAS.

Le maillage politique de l’Algérie coloniale verrouille une gestion administrative ségrégationniste, conférant des droits différents aux autochtones et aux Français, ou encore les colons. En effet, les Français dépendent exclusivement de l’administration française, alors que les autochtones sont administrés par les Caïds, Cadi et autres Moqadem…

Remontant à l’empire Ottoman, l’existence des Caïds est ancienne en Algérie.
Appartenant pour la plupart à une élite sociale, soit issus des rangs des notables, soit des religieux, lettrés et ayant effectué le Hadj (Pèlerin ayant effectué le pèlerinage de la Mecque), les Caïds ont vocation à être des relais incontournables entre les autorités coloniales et les indigènes, habilités à rendre des arbitrages dans des décisions relatives au fonctionnement d’un village, sans être soumis à la validation du maire.

Jouissant d’un pouvoir influent, informateurs privilégiés des autorités coloniales, ils interviennent principalement dans le relevé des impôts, ainsi que dans la gestion des villes en collaboration avec le maire et les préfets. Rétribués par le gouvernement français, touchant des subsides secondaires, l’ambiguïté de leur statut « bâtard » les confine aux limites du politique et du militaire.

Les ragots vont bon train sur ces intermédiaires de poids de l’administration coloniale française en Algérie, certaines mauvaises langues allant jusqu’à dire que l’administration française envoyait en pèlerinage leurs Caïds, afin de les faire bénéficier d’une plus grande
respectabilité.

C’est à la S.A.S (Section d’Administration Spécialisée), anciennement « Bureau Arabe », que l’information est confiée dans les années 1950. Elle intégrera en son sein des auxiliaires indigènes, dont de jeunes militaires autochtones, les « Appelés », qui rejoindront plus tard la population locale, constituant le vivier des immigrés algériens.

Les Moghaznis, militaires engagés « M’Gajie », ainsi que des civils appelés « Cartes Blanches », en raison de la carte blanche qu’ils portaient pour attester de leur rôle d’informateurs, viennent compléter ce dispositif administratif.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Derrière le triomphe annoncé de l’extrême droite, des élections aux multiples enjeux
Dimanche, les Italiens votent pour renouveler leur Parlement. Une élection décisive qui conclut une campagne morne mais pourrait porter l’extrême droite au pouvoir. Tour d’horizon des programmes et des enjeux. 
par Romaric Godin
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal — Moyen-Orient
L’Arabie saoudite soudoie des stars des réseaux sociaux pour attirer les touristes
Le royaume entend préparer l’après-pétrole grâce aux revenus du tourisme. Pour faire la promotion des trésors touristiques saoudiens, des influenceurs des quatre coins du monde affluent par avions entiers. Avec un objectif : montrer par leurs publications Instagram que le pays s’est ouvert. 
par Yunnes Abzouz
Journal — Écologie
Trois ans après Lubrizol, Rouen confie aux entreprises la prévention des risques industriels
Trois ans après l’accident de l’usine chimique, la métropole normande a mandaté une association d’industriels pour étudier les attentes de la population et former les élus. Une association de victimes dénonce un « McKinsey » de la pollution.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste