Hélène Constanty
Journaliste, autrice et scénariste
Pigiste Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2015

Omerta au royaume d'Estrosi

Lorsque j’ai quitté Paris pour poser mes malles à Nice, en vue de la rédaction d’un livre d’enquête sur la Côte d’Azur, les premiers journalistes rencontrés au club de la presse Méditerranée m’ont délivré de curieux messages, sur le ton de la plaisanterie amicale : « bon courage », « ton livre ne sortira jamais », « on en reparlera après la publication »! Sur le moment, je n’y ai pas trop prêté attention.

Hélène Constanty
Journaliste, autrice et scénariste
Pigiste Mediapart

Lorsque j’ai quitté Paris pour poser mes malles à Nice, en vue de la rédaction d’un livre d’enquête sur la Côte d’Azur, les premiers journalistes rencontrés au club de la presse Méditerranée m’ont délivré de curieux messages, sur le ton de la plaisanterie amicale : « bon courage », « ton livre ne sortira jamais », « on en reparlera après la publication »! Sur le moment, je n’y ai pas trop prêté attention.

Je me suis aussitôt plongée, avec délice et effarement, dans les combines azuréennes. Ici, des mafieux italiens viennent blanchir l’argent de la drogue ; des oligarques russes et kazakhs flambent les fortunes acquises grâce au pillage des richesses de leur pays ; les procureurs et les préfets qui débarquent sont l'objet de tentatives de corruption sans fard ; des élus empochent des pots-de-vin versés sur de discrets comptes en Suisse…

Un festival ! Comme le disait si bien feu le sénateur maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat, mis en examen pour corruption : « les gens écoeurés par les affaires, ce sont ceux qui n’ont pas eu leur part ». Ce sont toutes ces histoires que je raconte dans le livre.

Aujourd’hui, deux mois après la publication de Razzia sur la riviera, enquête sur les requins de la Côte dAzur (Fayard 2015), je comprends le sens des remarques de mes confrères ! L’omerta locale qui entoure sa parution n'a rien à envier à celle qui fait la réputation de l’île de mes ancêtres, objet de mon précédent ouvrage, Razzia sur la Corse (Fayard 2012). 

D’accord, je ne suis pas à plaindre. L’ouvrage se vend bien, grâce à l’accueil chaleureux de la librairie Masséna de Nice, aux bons échos des éditions locales de Metro, 20 minutes, France Bleu Azur et des médias nationaux. En revanche, pas une ligne dans Nice Matin, pas un écho sur France 3 Cote dAzur !  Ce n’est pourtant pas tous les matins qu’une enquête de ce type est publiée… « Tu es blacklistée à Nice Matin », m’a glissé hier un confrère bien renseigné. 

Tiens, tiens… Les grands médias locaux partageraient-il la même liste noire que le député maire Christian Estrosi ? Depuis la parution de mes premiers articles sur la politique niçoise dans LExpress, suivis de quelques bombinettes publiées par Mediapart, je suis devenue persona non grata. Le flot des communiqués de presse relatant les moindres faits et gestes de Christian Estrosi s’est tari et mes demandes d’information sont restées sans réponse. Monsieur le député, maire, président de la première métropole de France et président du comité départemental des Républicains (issu de la refondation de l’UMP) n’aime pas que l’on vienne le chatouiller sous les bras…

Ici, pas de demi-mesure. Si vous n’êtes pas « pour » le pouvoir en place, vous êtes cataloguée comme ennemie. La consigne circule avec une efficacité redoutable dans tout le département. Une association de Vallauris-Golfe-Juan, qui désirait m’inviter à donner une conférence, s’est vue refuser la salle municipale au motif que mon livre « porte atteinte à l’image de la ville » ; un libraire de Mandelieu a refusé ma présence à une séance de dédicace de peur de « déplaire à la mairie »…

Heureusement pour moi, les Azuréens adorent les cancans. Mon livre dérange ? Tant mieux ! Et vive le bouche-à-oreille !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Alors que le pays vit un effondrement économique total, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
Au nom de l’union, Taubira ajoute sa candidature à gauche
L’ancienne ministre de la justice est désormais officiellement candidate à la présidentielle. À Lyon, elle a dévoilé plusieurs propositions programmatiques, et annoncé s’inscrire dans le processus de la Primaire populaire, dont elle espère sortir gagnante à la fin du mois.
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN