Hélène Constanty
Journaliste, autrice et scénariste
Pigiste Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 juin 2015

Omerta au royaume d'Estrosi

Lorsque j’ai quitté Paris pour poser mes malles à Nice, en vue de la rédaction d’un livre d’enquête sur la Côte d’Azur, les premiers journalistes rencontrés au club de la presse Méditerranée m’ont délivré de curieux messages, sur le ton de la plaisanterie amicale : « bon courage », « ton livre ne sortira jamais », « on en reparlera après la publication »! Sur le moment, je n’y ai pas trop prêté attention.

Hélène Constanty
Journaliste, autrice et scénariste
Pigiste Mediapart

Lorsque j’ai quitté Paris pour poser mes malles à Nice, en vue de la rédaction d’un livre d’enquête sur la Côte d’Azur, les premiers journalistes rencontrés au club de la presse Méditerranée m’ont délivré de curieux messages, sur le ton de la plaisanterie amicale : « bon courage », « ton livre ne sortira jamais », « on en reparlera après la publication »! Sur le moment, je n’y ai pas trop prêté attention.

Je me suis aussitôt plongée, avec délice et effarement, dans les combines azuréennes. Ici, des mafieux italiens viennent blanchir l’argent de la drogue ; des oligarques russes et kazakhs flambent les fortunes acquises grâce au pillage des richesses de leur pays ; les procureurs et les préfets qui débarquent sont l'objet de tentatives de corruption sans fard ; des élus empochent des pots-de-vin versés sur de discrets comptes en Suisse…

Un festival ! Comme le disait si bien feu le sénateur maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat, mis en examen pour corruption : « les gens écoeurés par les affaires, ce sont ceux qui n’ont pas eu leur part ». Ce sont toutes ces histoires que je raconte dans le livre.

Aujourd’hui, deux mois après la publication de Razzia sur la riviera, enquête sur les requins de la Côte dAzur (Fayard 2015), je comprends le sens des remarques de mes confrères ! L’omerta locale qui entoure sa parution n'a rien à envier à celle qui fait la réputation de l’île de mes ancêtres, objet de mon précédent ouvrage, Razzia sur la Corse (Fayard 2012). 

D’accord, je ne suis pas à plaindre. L’ouvrage se vend bien, grâce à l’accueil chaleureux de la librairie Masséna de Nice, aux bons échos des éditions locales de Metro, 20 minutes, France Bleu Azur et des médias nationaux. En revanche, pas une ligne dans Nice Matin, pas un écho sur France 3 Cote dAzur !  Ce n’est pourtant pas tous les matins qu’une enquête de ce type est publiée… « Tu es blacklistée à Nice Matin », m’a glissé hier un confrère bien renseigné. 

Tiens, tiens… Les grands médias locaux partageraient-il la même liste noire que le député maire Christian Estrosi ? Depuis la parution de mes premiers articles sur la politique niçoise dans LExpress, suivis de quelques bombinettes publiées par Mediapart, je suis devenue persona non grata. Le flot des communiqués de presse relatant les moindres faits et gestes de Christian Estrosi s’est tari et mes demandes d’information sont restées sans réponse. Monsieur le député, maire, président de la première métropole de France et président du comité départemental des Républicains (issu de la refondation de l’UMP) n’aime pas que l’on vienne le chatouiller sous les bras…

Ici, pas de demi-mesure. Si vous n’êtes pas « pour » le pouvoir en place, vous êtes cataloguée comme ennemie. La consigne circule avec une efficacité redoutable dans tout le département. Une association de Vallauris-Golfe-Juan, qui désirait m’inviter à donner une conférence, s’est vue refuser la salle municipale au motif que mon livre « porte atteinte à l’image de la ville » ; un libraire de Mandelieu a refusé ma présence à une séance de dédicace de peur de « déplaire à la mairie »…

Heureusement pour moi, les Azuréens adorent les cancans. Mon livre dérange ? Tant mieux ! Et vive le bouche-à-oreille !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Conjoncture
Le nouveau plein emploi n’est pas le paradis des travailleurs
De l’emploi, mais des revenus en berne et une activité au ralenti. La situation est complexe. Pour essayer de la comprendre, Mediapart propose une série de deux articles. Aujourd’hui : pourquoi le nouveau plein emploi ne renforce pas la position des salariés.
par Romaric Godin
Journal — Conjoncture
Le lien brisé entre emploi et inflation
Notre premier épisode sur les mirages du plein emploi: pourquoi l’embellie de l’emploi ne permet-elle pas une hausse des salaires réels ?
par Romaric Godin
Journal — Climat
Face au chaos climatique, le séparatisme des riches
Alors que des milliers de Français sont évacués à cause des incendies, que d’autres sont privés d’eau potable voire meurent au travail à cause de la chaleur, les ultrariches se déplacent en jet privé, bénéficient de dérogations pour pouvoir jouer au golf et accumulent les profits grâce aux énergies fossiles. Un sécessionnisme des riches que le gouvernement acte en perpétuant le statu quo climatique.
par Mickaël Correia
Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel

La sélection du Club

Billet de blog
Une approche critique de la blanquette de veau
Un jour, je viens voir ma mère. Je mange avec ma mère. J’ai fait une petite blanquette, c’est dans la casserole, elle me dit et je lui dis que c’est chouette mais quand je regarde la casserole, c’est bizarre cette blanquette dans l’eau. On dirait qu’il manque quelque chose.
par noemi lefebvre
Billet de blog
par carlita vallhintes
Billet de blog
Iel
De la nécessité d'écrire inclusif-ve...
par La Plume de Simone
Billet de blog
Avec mes potes, sur la dernière barricade
Avec les potes, on a tout ce qu’il faut pour (re)faire un monde. Et on se battra jusqu’à la dernière barricade, même si « la révolution n’est plus synonyme de barricades. Elle est un tout autre sujet, bien plus essentiel : elle implique de réorganiser la vie tout entière de la société ». Ce à quoi on s’emploie. Faire les cons, tout en faisant la révolution : ça va être grandiose. Ça l’est déjà.
par Mačko Dràgàn