Le traité transatlantique ou la fin d'un cycle historique

Voici, pour la modique somme de 5€, un excellent petit ouvrage fort clair sur ce qui attend le peuple européen dès la ratification de ce futur accord de "Partenariat Transatlantique pour l'Investissement et le Commerce" (PTIC ou accord TAFTA en anglais).

L'auteur, Raoul Marc Jennar, Docteur en science politique et spécialiste des relations internationales, des questions européennes et du droit de l'OMC, nous traduit, en langage accessible à tous, le contenu des 46 articles de ce traité actuellement en négociation entre les Etats-Unis et l'Europe, ou plus précisément, entre les gouvernements américains et la Commission européenne. Car, il faut le souligner, cet accord est négocié sans que ni les 505 millions d'Européens, ni leurs représentants soient informés et consultés. En entendez-vous parler dans les médias ? En avez-vous entendu parler par les 2 finalistes de la dernière élection présidentielle ? Le texte du traité n'existe qu'en anglais et sa diffusion est interdite.

Avec cet accord, qu'est-ce qui changera ?

La réponse est simple : tout.

Donnons la parole à l'auteur :

"Quelque chose doit remplacer les gouvernements, et le pouvoir privé me semble l'entité adéquate pour le faire". "Ces mots, confiés par David Rockefeller au magazine américain Newsweek le 01/02/1999, fournissent la clé pour comprendre ce qui se passe depuis une trentaine d'année et qu'on appelle "mondialisation néolibérale" " rappelle Raoul Marc Jennar. "Déléguer au secteur privé la maîtrise des choix  (ou comme disent pudiquement certains médias - comme Le Monde ou les Echos - "redéfinir le périmètre de l'Etat"), c'est l'objectif du patronat et des milieux financiers."

"Cet objectif est en passe d'être atteint avec ce projet PTIC."

"Cet accord annonce un bouleversement des valeurs sur lesquelles nous avons adopté les normes qui façonnent notre quotidien : il conférera aux firmes privées le pouvoir de contester et remettre en cause nos législations et réglementations dans tous les domaines où les firmes privées considèrent que ces normes constituent une entrave à leurs profits : normes salariales, sociales, environnementales, organisation des marchés publics, protection des investisseurs à tous les niveaux : national, régional, départemental et local". "Le mécanisme de réglement des différends est l'instrument décisif pour transférer la définition de la norme aux firmes privées. Trois articles lui sont consacrés afin qu'aucune matière où les firmes privées pourront attaquer les pouvoirs publics ne lui échappe."

"Derrière les termes anodins pour désigner un accord classique de libre-échange se cache un projet d'une ampleur radicalement différente," avertit l'auteur. Et de citer Salvador Allende qui, à l'Assemblée générale de l'ONU en 1972, déclarait :

" Nous faisons face à un conflit frontal entre des entreprises transnationales et les Etats. Ceux-ci sont court-circuités dans leurs décisions fondamentales - politiques, économiques et militaires * - par des organisations globales qui ne dépendent d'aucun Etat et dont les activités ne sont contrôlées par aucun parlement, ni aucune institution représentative de l'intérêt collectif".

" Il a fallu 30 ans de dictature des marchés imposée par la dictature des militaires appuyée par Washington, pour que le Chili et d'autres pays d'Amérique latine se libèrent de ce double joug et s'émancipent de la tutelle US." **

"Ecoutons la voix d'Allende. Et épargnons-nous 30 ans de dictature néo-libérale".

 

Ps : juste une anecdote. Vous souvenez-vous du jugement de Bernard Tapie, jugement établi par un tribunal privé ? Voilà à quoi ressemblera la justice, remise aux mains du pouvoir privé ...

----------------------------------------------------------------

* aujourd'hui, nous pourrions rajouter : financières, sociales, culturelles et environnementales

** A ce sujet, je conseille vivement la lecture de l'ouvrage de Naomi Klein " La stratégie du choc".

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.