L'intégrité d'un lobbyiste de Monsanto

 

Paul Moreira, dans son reportage sur les OGM "bientôt dans vos assiettes" sur Canal +, a piégé, lors d'une interview, un certain Dr Patrick Albert Moore, un lobbyiste de Monsanto (ce que réfutent évidemment l'un et l'autre), sur le glyphosate, désherbant total (non sélectif) produit sous brevet par Monsanto depuis 1974, sous la marque Roundup. Alors que le journaliste interview Monsieur Moore sur le glyphosate, ce dernier lui affirme que "vous pourriez en boire un plein verre, que ça ne vous ferait pas mal". Paul Moreira lui propose alors d'en boire un verre, en direct, sur le plateau :

http://www.bing.com/videos/search?q=bient%C3%B4t+dans+vos+assiettes+interview+de+moore&FORM=VIRE4#view=detail&mid=AD6DFA535BF0EA06D3E2AD6DFA535BF0EA06D3E2

Le Roundup a été reconnu scientifiquement comme dangereux et responsable de dégâts environnementaux et sanitaires. Il est l'un des herbicides les plus vendus au monde et, depuis que son brevet est tombé dans le domaine public (en 2000), d'autres sociétés le produisent et rendent son identification plus difficile (environ 750 produits agricoles et forestiers contiennent du glyphosate, dont des produits à usage domestique).

En France, on estime qu'environ 8000 tonnes de cette substance sont répandues chaque année. Le succès de ce produit a trouvé son origine dans son faible coût et son faible impact sur la culture suivante, ce qui a pu faire croire en sa biodégradabilité (sic !), argument marketing mensongé avancé par Monsanto. La firme a d'ailleurs déjà perdu plusieurs procès parce qu'elle avait présenté le Roundup comme dégradable et biodégradable.

Il est nécessaire de souligner que la vente de glyphosate a explosé AVEC l'introduction de semences OGM pour lui résister.

Le 20 mars dernier, l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) et l'IARC (centre international de recherche sur le cancer) ont classé cet acide comme "cancérigère probable pour l'homme" *. Mais cette avancée est inutile si les gouvernements ne prennent pas ensuite les mesures de précaution qui s'imposent ... Au niveau européen, une évaluation sur la dangerosité de la substance est en cour ... Quand on connaît la puissance des lobbies à l'oeuvre dans l'enceinte même de la Commission européenne, on peut avoir quelques doutes quant aux suites données à cette évaluation ...

Alors, monsieur Patrick Albert Moore, on trinque ?

 

* Le 20 mars 2015, l'OMS a classé 3 nouveaux pesticides comme "cancérogènes probable pour l'homme" : l'herbicide glyphosate et les insecticides malathion et diazinon. Selon l'OMS, "il existe des preuves limitées que ces produits provoquent des cancers chez l'homme, comme les lymphomes non hodgkiniens, des cancers du sang, ..." Sur ce point, on peut souligner que les agriculteurs et éleveurs sont une classe active qui est très touchée par les cancers (notamment les cancers du poumon et de la peau). Elle est pas belle la vie à la campagne ?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.