Des tests peu fiables ...

Un article publié ce mercredi dans le Canard Enchaîné souligne le peu de fiabilité des tests rapides "antigéniques" pratiqués à la chaîne.

Tentes installées sur le trottoir par des pharmaciens, barnums ouverts sur des parkings ou des places publiques, ...

On ne compte plus le nombre de ces tests dits rapides, effectués à la chaîne ... comme on délivre des hamburgers en drive dans des fast food !

Oui mais ... d'après une étude publiée par les laboratoires Biogroup, les presque 2/3 des patients déclarés positifs par ces tests se révèlent négatifs après un test PCR de vérification !

On peut noter par ailleurs que l'ANSM (Agence Nationale de Sécurité du Médicament) a d'ailleurs retiré du marché le Vivadiag (test chinois) le 14 décembre dernier, en raison de la multiplication du nombre de malades imaginaires. Le Ministère de la Santé a prévu de faire un grand ménage dans la 40aine de ces tests rapides utilisés actuellement en France, du fait de leur manque de fiabilité. Mais seulement à partir du 4 janvier ... Alors, faut-il attendre le 4 janvier 2021 pour avoir enfin un nombre de contaminations fiable ?

Le Canard Enchaîné rappelle qu'à l'automne, "les scientifiques louaient pourtant ces tests : rapides, économiques et simples d'utilisation." Ils étaient censés n'enregistrer quasiment jamais de résultats faussement positifs ... Alors, de "quasiment jamais" aux 2/3 de faux positifs, cela fait beaucoup de différence, non ?

Les raisons ? Pour être fiables, ces tests doivent être pratiqués à des températures entre 15 et 25°, donc pas en extérieur actuellement. Et le professeur Bruno Lina, membre du conseil scientifique, avance le fait qu'un taux élevé de faux positifs relève "d'un cocktail complexe mettant en jeu, outre la qualité des tests, la faible incidence du virus dans la population générale et la compétence des personnes chargées de réaliser les prélèvements". On croit rêver !

On atteint même une absurdité totale quand on apprend que SPF (Santé Publique France) reconnaît qu'un dépisté positif "à tort" reste comptabilisé comme un cas de Covid, quel que soit le résultat de vérification de son test PCR !

Quand on pense que les décisions relatives au confinement d'une population s'appuient, entre autres, sur le nombre de contaminations par jour ... cela donne à réfléchir ...

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.