Hélène Elouard
Féministe, rédactrice Droit social à MTE, Autrice, Peintresse, comédienne, metteuse en scène...et tant d'autres...
Abonné·e de Mediapart

26 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 avr. 2020

Réouverture des écoles le 11 mai: les AESH au casse-pipe !

Les AESH (Accompagnant·es d’Élèves en Situation de Handicap) accompagnent leurs élèves dans une grande promiscuité. Comment, dans ces conditions, respecter et faire respecter les gestes barrières ? N'est-ce pas pure folie ?

Hélène Elouard
Féministe, rédactrice Droit social à MTE, Autrice, Peintresse, comédienne, metteuse en scène...et tant d'autres...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Président de la République a annoncé une réouverture progressive des écoles le 11 mai.

L'annonce s'avère déjà absurde. Pourquoi les écoles et pas les restaurants ? Comment expliquer à des élèves de maternelle les gestes barrières ?

Les écoles, collèges, lycées n'auront pas la place de diviser leurs classes pour respecter la distance d'un mètre. Le personnel de l’Éducation Nationale aura-t-il des masques ? Les établissements seront-ils pourvus en savon et gel hydro-alcoolique ?

Ensuite, qu'en sera-t-il des AESH (Accompagnant·es d’Élèves en Situation de Handicap) ? Sachant qu'un·e AESH, pour accompagner son ou ses élèves, s’assoit, dans la majorité des cas à côté de son élève, se retrouve donc dans une grande promiscuité, comment les gestes barrières pourraient être respectés ? Les élèves auront-il·elles des masques ? Si oui, les élèves autistes et celles et ceux ayant des troubles du comportement supporteront-ils·elles des masques ? Comment feront les AESH qui doivent pratiquer des gestes d'hygiène sur leurs élèves ? Comment feront les AESH qui portent leurs élèves qui ne peuvent marcher, celles et ceux qui poussent une chaise roulante et montent dans les ascenseur avec leurs élèves ? Comment feront les AESH qui prennent la main de leurs élèves qui sont dans l'incapacité d'avancer sans ce contact ?

Certain·es élèves  passent leurs journées la main dans la bouche ou à jouer avec leurs narines pour ensuite toucher leur matériel puis celui de l'AESH. D'autres ont besoin d'être contenu·es dans des bras pour se calmer, d'autres évacuent leur stress grâce à des contacts avec leur AESH.   D'autres sont incapables de se laver les mains seul·es, de se moucher seul·es...Enfin, le fait de parler doucement pour ne pas déranger la classe renforce la promiscuité et le risque de contagion. Les gestes barrières ne peuvent pas être respectés entre un·e élève et son AESH !

La situation n'est plus absurde mais irréaliste. C'est de l'inconscience. Non seulement de réouvrir les écoles et établissements en premier, mais de mettre en danger un personnel précaire qui vit déjà des conditions de travail extrêmement difficiles ainsi que ses élèves et leurs familles respectives.

Nous ne pouvons que constater, encore une fois, que le gouvernement se moque du personnel de l’Éducation Nationale et fait le choix de faire de ses écoles et établissements une vaste garderie nationale pour permettre aux parents de retravailler et de relancer l'économie.

Le gouvernement a envoyé le personnel soignant au casse-pipe, il réitère avec les personnels de l’Éducation Nationale. Les AESH, travaillant au contact des élèves, seront plus touché·es. M. Macron, ne comptez pas sur nous pour affronter le danger et propager le virus ! C'est de la pure folie !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat